Newsletter

HP : "sourcer" les candidats de bac+3 à bac+5

Sarah Masson
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Edition 2013 de la campagne Handivalides ©Nicolas Darphin
Edition 2013 de la campagne Handivalides ©Nicolas Darphin

La 9e campagne Handivalides s'ouvre le 6 février 2014. Initiée par l'association Starting-Block, elle implique les universités et les grandes écoles en organisant, jusqu'à fin avril, 20 journées de sensibilisation et de mobilisation. Alors que l'insertion professionnelle des jeunes handicapés reste un enjeu majeur aujourd'hui, certaines entreprises ont mis en place des actions en partenariat avec des établissements d'enseignement supérieur. EducPros passe en revue quelques dispositifs intéressants.

À l’origine du programme Handicap@hp, un constat : les entreprises ne trouvent pas de candidats en situation de handicap suffisamment diplômés, tandis que les jeunes handicapés, eux, ne trouvent pas d’emploi (21 % d’entre eux sont au chômage). "Notre objectif est de repérer de potentiels collaborateurs handicapés qui remplissent notre exigence de qualification", affirme Hélène Zaïna-Le Goff, responsable du programme Handicap@hp pour HP France (site parisien du groupe), qui cible des profils de bac+3 à bac+5.

La politique dynamique de sourcing des candidats se traduit par des partenariats forts avec des écoles ou universités cibles du groupe : l’EM Strasbourg, l’UTC (Université de technologie de Compiègne), l’université Paris Dauphine, Grenoble École de management, l’INP Grenoble, l’INSA Lyon et l’université Grenoble 2. Le principe est simple : l’entreprise apporte un soutien financier à la politique handicap de l’établissement. Elle ouvre aussi ses portes à des stagiaires ou des alternants handicapés pour, à terme, les embaucher en CDI.

Par exemple, avec l’EM Strasbourg, HP a développé un partenariat qui "inclut des systèmes de bourses pour les jeunes en situation de handicap qui souhaiteraient intégrer l’école, des aides financières à l’achat de matériel et un lien privilégié avec l’entreprise HP", détaille Sarah Richard, doctorante et chargée de mission handicap à l’EM Strasbourg. L’école comptait, en 2013-2014, sept étudiants déclarés en situation de handicap.


Sarah Masson | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires