Newsletter

Les écoles de commerce qui baissent leurs frais de scolarité

Martin Rhodes
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'ESC Clermont récupère son grade de master pour deux ans
Les frais de scolarité à l'ESC Clermont ont diminué de 1.750 euros et sont désormais fixés à 8.250 euros par an. // ©  ESC Clermont

Grâce à leur statut, en raison de difficultés ou par choix stratégique, quelques business schools ont maintenu, voire baissé leur prix cette année. Pour combien de temps encore ?

Cinq écoles de commerce en trois ans ont maintenu leur prix entre 2014 et 2015 : l'ESC Dijon, Skema, l'ESC Pau, Télécom EM (TEM) et L'EM Strasbourg. Ces deux dernières écoles publiques avaient fait flamber les prix en 2012. Mais les subventions de l'État leur permettent toujours de proposer les tarifs les plus bas du marché, respectivement de 5.650 et 7.500 euros par an.

Trois écoles post-prépa ont même décidé de baisser leurs frais de scolarité. L'année d'études à l'ICN Nancy coûte ainsi 27 euros de moins que l'année passée. Une diminution d'autant plus anecdotique que l'école a augmenté ses frais de scolarité de 560 euros à la rentrée 2014.

Montpellier BS, plus coûteuse à la rentrée 2013 que beaucoup d'établissements mieux classés dans les palmarès, comme Audencia ou Skema, a connu une petite hausse de 164 euros en 2014, puis une baisse de 284 euros en 2015. Elle est désormais légèrement moins chère que la moyenne des écoles en trois ans. Il s'agit finalement moins d'une baisse que d'un ajustement du prix.

ESC Clermont : un cas d'école

La baisse la plus spectaculaire de l'année est attribuée à l'ESC Clermont : moins 1.750 euros par an. Une diminution nécessaire après plusieurs années d'augmentations vertigineuses. En 2013, l'école fait sa première rentrée avec le groupement France business school (FBS). Ses frais d'inscription fixés à 7.000 euros en 2012 augmentent fortement, jusqu'à atteindre 10.000 euros en 2014.

La sentence est alors immédiate. "Nous avons eu de gros problèmes de recrutement en 2013 et 2014. L'école ne faisait pas le plein. Pour moi, deux raisons à cela. Le choix de ne plus faire partie de la banque d'épreuves BCE et l'augmentation trop importante du prix", déclare Françoise Roudier, directrice de l'ESC Clermont, avant de préciser : "le tarif était décalé par rapport au marché, d'autant plus que nous avions perdu notre visa et notre grade de master en 2013".

Redevenue financièrement indépendante depuis la dissolution de FBS en juillet 2014, Clermont a revu sa politique de prix pour la rentrée 2015. Les frais de scolarité sont désormais de 8.250 euros par an.

Trouver le juste prix

Pour beaucoup de directeurs, FBS est la preuve qu'il y a un marché et que les écoles ne peuvent fixer leur prix comme bon leur semble. Mais y compris pour ces écoles à contre-courant, une hausse semble inéluctable. Les établissements, même publics, peinent désormais à maintenir leur prix plus de deux ans.

"L'essentiel de nos recettes ne provient pas des frais de scolarité mais des dotations. Ces dernières vont baisser dans les années à venir alors que nous avons besoin de moyens toujours plus importants, notamment pour renforcer notre présence à l'étranger ", souligne Denis Guibard.

Le directeur de TEM ne voit pas d'autre alternative que l'accroissement du montant demandé aux étudiants  : ils passeront à 5.800 euros dès la rentrée 2016. Le coût de l'EM Strasbourg, stable de 2013 à 2015, augmentera quant à lui dès la rentrée 2016.


Martin Rhodes | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires