Newsletter

Enseignement supérieur au Maroc : le modèle français s'exporte bien

Delphine Dauvergne
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L’école privée HEEC va s’implanter dans la nouvelle université publique-privée de Marrakech.
L’école privée HEEC va s’implanter dans la nouvelle université publique-privée de Marrakech. // ©  Delphine Dauvergne

Le Maroc développe son enseignement supérieur à vitesse grand V et s'appuie, notamment, sur ses relations historiques avec la France pour y parvenir. Du double diplôme à l'implantation d'écoles françaises en passant par la formation des enseignants, les partenariats entre établissements français et marocains n'ont jamais été aussi féconds.

"L'État marocain encourage les accords et échanges avec la France, ouvre la porte aux enseignes internationales de l'enseignement supérieur qui s'installent à Casablanca, Marrakech ou Rabat. Le pays a érigé l'enseignement et la formation en priorité nationale et y consacre de plus en plus de moyens pour répondre à la pression des jeunes et aux besoins des entreprises, marocaines et multinationales s'installant au Maroc", analyse Thami Ghorfi, président d'ESCA École de Management, située à Casablanca.

Enseignants français qui se déplacent au Maroc, doubles diplômes, voire délocalisation de diplômes existants, implantation de campus de grandes écoles françaises... Les coopérations franco-marocaines au royaume de Mohammed VI prennent des voies variées mais de plus en plus nombreuses, portées par le développement de l'enseignement supérieur local. Le nombre d'étudiants y a augmenté de 40% en trois ans.

Un besoin toujours croissant d'ingénieurs

Les écoles d'ingénieurs françaises sont des partenaires particulièrement recherchées depuis longtemps. Avec le programme gouvernemental "10.000 ingénieurs" lancé en 2006, le Maroc ambitionne en effet de former au moins 10.000 ingénieurs par an, pour accompagner la croissance économique du pays, qui reste stable à 5%.

"Des entreprises avec lesquelles nous collaborons (Alstom et Airbus notamment), étaient demandeuses d'implantations d'écoles d'ingénieurs françaises pour leurs filiales au Maroc. Notre projet de campus allait dans le sens de la volonté politique marocaine, donc l'administration nous a aidé à obtenir les autorisations nécessaires", se rappelle Sylvain Orsat, directeur de l'EIGSI.

En 2006, l'école d'ingénieurs française a été l'une des premières à ouvrir un campus à Casablanca, ville considérée comme le poumon économique du Maroc, mais aussi comme un "hub" de l'Afrique.

Le double diplôme en fer de lance

Si les grandes écoles françaises multiplient les accords avec les établissements marocains depuis une quinzaine d'années, les universités de l'Hexagone ne sont pas en reste. "Les étudiants marocains préfèrent les diplômes universitaires reconnus par l'État français, car il est plus facile d'avoir des équivalences pour continuer des études en France", constate Moulay Ahmed Lamrani, président d'HEEC (École des hautes études économiques et commerciales) à Marrakech.

Cette école de management marocaine privée a ainsi choisi de développer des partenariats avec les universités françaises, avec quatre doubles diplômes, notamment avec Montpellier 1 et l'université de Bourgogne.

Parmi les autres types d'association, Moulay Ahmed Lamrani cite aussi "'la délocalisation' de diplômes français existants déjà, dans notre école, avec 70% de l'enseignement donné par les Français". "Il y a un réel engouement chez les Marocains, les jeunes générations sont attirées par nos formations, enseignées en français, accréditées et assurées en partie par des professeurs français", renchérit François Bonvalet, directeur de Toulouse Business School, école de commerce implantée à Casablanca depuis 2005.

A HEEC, école privée à Marrakech, une année coûte environ 5.000 euros.

Une nouvelle université orientée "recherche"

Les coopérations se déclinent désormais du côté de la recherche. Un nouvel établissement marocain d'envergure,  l'université Mohammed VI Polytechnique, vient ainsi d'être créée et compte accueillir à terme 12.000 étudiants, pour faire face aux besoins de l'enseignement supérieur public, aujourd'hui surchargé. Parmi ses écoles internes, l'EMINES, spécialisée dans le management industriel a été créée en 2013 en partenariat avec l'École des mines de Paris.

"Les entreprises marocaines font faire une grande partie de leurs recherches à l'étranger. Il y avait donc la place pour une nouvelle université où la recherche occupe une place centrale et qui soit capable de convaincre à terme les entreprises de devenir partenaires de recherche", justifie Nicolas Cheimanoff, directeur de l'EMINES.

Il constate cependant avec ce projet, que "le plus dur est d'attirer les bons enseignants-chercheurs, qu'ils soient marocains, français ou d'autres nationalités. Ce sont en effet les enseignants-chercheurs permanents, à temps plein ou à temps partiel, qui vont nous permettre de capitaliser les produits de nos investissements de recherche. Pour cela, nous faisons notamment valoir la possibilité de faire des essais à grande échelle dans les différents domaines de recherche de l'université".

Les enseignants-chercheurs créent souvent des partenariats avec les établissements français où ils ont fait leur doctorat.
(B. Benameur)

LES liens du doctorat

Des liens entre la France et le Maroc qui s'expliquent par l'histoire nationale mais aussi par des trajectoire personnelles. À l'INPT (Institut national des postes et télécommunications), 90% des partenaires à l'international sont français.

Une évidence, pour Bedreddine Benameur, le directeur, qui a fait ses études supérieures en France : "Beaucoup d'intellectuels marocains ont étudié en France. En revenant au Maroc, les enseignants-chercheurs créent souvent des partenariats avec les établissements français où ils ont fait leur doctorat. J'ai fait ma thèse à Supélec, nous avons donc un master en commun avec cette école".

Ces liens prennent aussi des voies plus institutionnelles. En mai 2015, une convention a été signée avec le ministère de l'Éducation nationale marocain pour acter de la formation des professeurs marocains des classes préparatoires scientifiques par leurs confrères français, déjà en œuvre depuis 2012.

null

Un modèle français par défaut ?

Les établissements marocains ne vont-ils pas être tentés d'aller voir du côté anglo-saxon pour se développer ? Moulay Ahmed Lamrani, le président de HEEC, se veut réaliste : "notre pays restera attaché à la France, pas parce que le système est meilleur, mais parce que la coopération est plus facile, grâce à la langue commune, mais aussi parce qu'un professeur français coûte trois fois moins cher à faire venir qu'un Américain".

Hervé Riou, président de l'UPSTI (Union des professeurs de sciences et techniques industrielles) ne craint pas la concurrence : "le Maroc ne changera pas de modèle pour adopter celui des Anglo-saxons, car les différences sont trop importantes, il y a une culture de formation à la française déjà bien ancrée, avec notamment l'adoption du système européen LMD."

Côté français, la dynamique d'implantations ne se dément pas. Rien qu'à la rentrée 2015, ont ouvert le campus de l'EM Lyon à Casablanca, l'École centrale Casablanca ou encore  l'Insa Euro-Méditerranée à Fès, qui formera des étudiants des deux rives.

L'enseignement supérieur au Maroc en chiffres
- 156.000 bacheliers (11% d'une classe d'âge)
- Plus de 650.000 étudiants
- 13 universités publiques, 5 universités privées, une université publique à gestion privée
- Plus de 5.000 étudiants en CPGE (24 publiques, 40 privées)
- 41 écoles d'ingénieurs (dont 22 publiques).

(chiffres 2014)

Delphine Dauvergne | Publié le

Vos commentaires (5)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Az-eddine Bennani.

Je suis tout à fait d'accord avec Richard. Les marocains et franco-marocains, docteurs, professeurs et chercheurs devaient être les premiers avec leurs collègues français et d'autres contribuer au développement de l'enseignement et de la recherche au Maroc, leur pays de naissance et/ou de culture qu'ils portent dans leur coeur... Par contre, je ne suis pas d'accord avec mon ami François Bonvalet que je connais depuis environ 20 ans lorsqu'il dit, je le cite " les jeunes générations sont attirées par nos formations, enseignées en français, accréditées et assurées en partie par des professeurs français", Je rappelle que les écoles françaises où des marocains, tunisiens ... enseignent et apportent une contribution significative dans le domaine de la recherche (le nombre d'HDR parmi ces professeurs le prouve bien) obtiennent les accréditations (EQUIS, AMBA,...) du fait de leur parcours et nationalité car les organismes d'accréditation imposent un certain nombre de professeurs étrangers/internationaux. Aussi, ces marocains, tunisiens, ... Enseignent pour le compte de ces écoles partout dans le monde sauf pour certaines école au Maroc sous prétexte que les marocains, étudiants et dirigeants d'établissements privés ou publics exigent que les formations soient assurées par des professeurs français et non pas des franco-marocains.. Un professeur est un professeur quelque soit sa nationalité et/ou ses origines. J'appelle donc les responsables dont mon ami François à faire en sorte pour cette exigence non justifiée cesse car nombreux parmi nous souffrons de cela en silence .

Régine DAUTRY.

Ces liens franco-marocains, toujours prêts à innover dans leur complicité intellectuelle, sont merveillleux !

Richard.

Il faudrait à mon sens donner la primeur aux docteurs Marocains ayant été formés en France pour participer au développement de ces établissements. Ils ont pour la plupart une double culture et sont capable au niveau pédagogique de transmettre mieux les savoirs requis compte tenu du contexte et de la culture Marocaine. Je ne crois pas à la similitude des deux cultures mais à leur interprétation féconde. Cordialement

Tarik TAHRI.

C'est très logique, mais malheureusement, ce n'est pas le cas! Et c'est la cause principale de l'échec d'installation sur le territoire marocain qu'on voit de plus en plus fréquent ces dernières années...

Cherki.

Bonjour, C'est regrettable de lire : "C’est souhaitable de facilité" émanant d'un "Pr.". Le sort de l'Université marocaine est entre "de bonnes mains". A bon entendant.

Mostafa Khouili.

Merci Mr. Cherkli pour la remarque : s'il s'agissait d'une faute de frappe !! J’ai réagi vite sans faire attention au sujet traité par cette information concernant nos universités !

lhassane Idoumghar.

L'université de Haute Alsace a délocalisé sa licence et son master MIAGE à l'IGA de Casablanca. Cette délocalisation a pour objectif de répondre à une demande croissante des étudiants marocains qui souhaitent avoir une double compétence : Informatique et gestion. Cette double compétence est très bien appréciée par les entreprises Françaises, Suisses et Allemandes (vu la localisation de l'université de Haute Alsace).