Newsletter

Les stratégies des écoles de commerce pour former leurs étudiants au numérique

Dahvia Ouadia
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Les stratégies des écoles de commerce pour former leurs étudiants au numérique
L'Ieseg veut initier 3.000 de ses étudiants au langage informatique et au code. // ©  Adobe Stock/joyfotoliakid
Apprendre le code informatique se développe de plus en plus dans les écoles de commerce. Mais alors que certaines écoles choisissent de s’associer avec un partenaire extérieur, comme l’Ieseg avec la société Le Wagon, d’autres préfèrent investir sur un corps de professeurs permanents, comme ESCP Europe.

Externaliser ou internaliser sa formation au numérique ? Telle est la question que se posent de nombreuses écoles de commerce. L’Ieseg a choisi de s’associer au Wagon, société qui propose une formation intensive au développement web, pour initier ses 3.000 étudiants du programme grande école (PGE) au langage informatique et notamment au code. "Nous voulions allier les compétences en coding du Wagon avec celles en leadership de l’Ieseg", estime Caroline Roussel, directrice académique.

Le parti pris de l’école lilloise est de travailler avec son écosystème et de s’associer avec l’expertise "là où elle est" : "Le code informatique, la programmation ne font pas partie de notre cœur de métier alors que Le Wagon a une expérience et une réputation dans ce domaine. Nous avons donc opté pour une approche de double compétence", explique Caroline Roussel. Ainsi les étudiants sont formés au business et management via l’Ieseg et à la transformation numérique, le big data et l’IA grâce au Wagon. "Ils sont ainsi mieux préparer à leur vie professionnelle futur", poursuit la directrice.

Lire aussi : Quand les écoles de commerce forment les étudiants au code informatique

S’appuyer sur des experts dans leur domaine

L’Ieseg et Le Wagon estiment avoir des affinités d’approche : " Nous nous rejoignons sur un projet pédagogique commun et nous avons une vision partagée des choses", résume Boris Paillard, fondateur de l'école Le Wagon. L’Ieseg se place ainsi dans une "perspective de long terme" avec Le Wagon et souhaite développer une collaboration durable : "Nous pouvons ainsi apporter de la valeur ajoutée à nos étudiants, d’autant que nous avons déjà connaissance d’étudiants de l’Ieseg qui ont participé aux formations dispensées par Le Wagon", précise la directrice académique de l'école lilloise.

Mais, entre l’internalisation et le partenariat, les deux approchent coexistent. Ainsi l’Ieseg propose aussi un MSc en big data dans lequel des cours de codage sont prévus en interne. "À terme, on souhaite intégrer les deux avec des professeurs qui vont utiliser des modules du Wagon dans des cours maison."

À l’instar de l’Ieseg, l’EM Normandie a fait le choix de s’appuyer sur des experts du domaine pour former ses étudiants. "Nous partons du principe qu’il y a des gens qui savent mieux faire que nous et cela permet à nos étudiants de comprendre les tenants et aboutissants des nouvelles technologies", affirme Jean-Philippe Derout, responsable de l’Inside (Institut de l’innovation et du développement de l’entrepreneuriat).

L’EM Normandie travaille notamment avec la Coding School. Cette école labellisée "école du numérique" intervient sur des programmes et coanime par ailleurs des ateliers. "Nous avons plusieurs intervenants qui viennent de cette école mais nous travaillons aussi avec d’autres experts pour expliquer les nouvelles technologies à nos étudiants", indique Jean-Philippe Derout.

Par ailleurs, le master 2 start-up et développement numérique propose aussi un cours de 38 heures, appelé "SAS Tech-off", délivré par des intervenants extérieurs, ingénieurs de chez Orange dans le cadre du Projet Orange Lab academy. L’ensemble des intervenants sont rémunérés pour assurer la qualité des cours.

Lire aussi : Ouverture d'Epitech digital : les écoles du numérique ont de l'avenir

Avoir un corps professoral permanent dédié au numérique

L’ESCP Europe a, de son côté, fait le choix d’internaliser sa formation au numérique avec un corps professoral permanent dédié au numérique. Elle a notamment embauché Yannick Meiller, titulaire d’un doctorat à l'ISAE Supaero en intelligence artificielle, en tant que professeur en charge des cours de codage au sein du programme MiM (Master in Management). Mais, l’école peut aussi faire appel à des intervenants extérieurs, comme des développeurs ou des dirigeants de start-up.

En créant des cours en interne, l'ESCP Europe peut notamment "tester des choses, voir ce qui marche et ce qui ne marche pas", estime Yannick Meiller. Qui explique par ailleurs avoir "développé des outils pour un certain type d’application en interne, ce qui nous permet de tisser des liens avec nos enseignants en interne. Et aujourd’hui, des professeurs de finance ou de marketing revoient leurs cours pour intégrer le coding", ajoute-t-il.


Dahvia Ouadia | Publié le

Vos commentaires (2)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Frédéric Bardeau.

Et si certaines écoles veulent faire des choses plus inclusives et participer à la fois à la formation de leurs étudiants et à des actions à impact social, il y a aussi Simplon.co

Vernet.

Ainsi les étudiants sont formés aux AFFAIRES et à l'ENCADREMENT via l’Ieseg et à la transformation numérique, aux MÉGADONNÉES et à l’IA grâce au Wagon.