Adapter son évaluation aux modalités du travail


Publié le
Envoyer cet article à un ami

Fixer des objectifs

À l’issue d’une grosse séquence en travaux de groupe, organisez une phase « méta » (pour méta-cognitif), c’est-à-dire d’évaluation collective, sur le mode atteint/pas atteint, au regard de deux ou trois objectifs fixés au début. Sollicitez d’abord l’avis des producteurs eux-mêmes, puis l’avis des autres groupes. Des conclusions se dégagent pour la suite du travail.

Couplez deux types d’objectifs : un objectif disciplinaire (thème, éléments de savoir, de savoir-faire) et un objectif en terme de coopération sociale, tout aussi importants l’un que l’autre (si, si, vérifiez dans votre programme).

Valoriser la contribution collective

« La performance de l’élève n’est pas le seul résultat de ses compétences et de la complexité de la tâche, précise Monteil. Elle résulte aussi du rapport qu’il entretient avec la tâche, des situations d’échec ou de réussite auxquelles il est habituellement confronté, de la manière dont il est mis en compétition, encouragé ou critiqué par l’enseignant. Sa visibilité dans la classe, c’est-à-dire la probabilité d’être interrogé ou de rester dans l’anonymat, ainsi que l’organisation du travail en groupe peuvent aussi modifier ses performances. »

Sept suggestions de comptes-rendus. Avoir fait le choix d’une organisation collective ne doit pas toujours renvoyer à une évaluation individuelle. C’est aussi son originalité, l’approche individuelle étant surdéveloppée par ailleurs. Ainsi, vous pouvez, par exemple, solliciter le compte-rendu des différents groupes par :

– l’exposé oral d’un porte-parole de chaque groupe (suivi ou non de discussion, de mise au point par la classe, de l’apport de précisions et de compléments par le professeur) ;

– un rapport écrit de chaque groupe commenté par le professeur et soumis à une évaluation ;

– une procédure par « scintillement » : chaque groupe scinde son compte-rendu de tâches en trois ou quatre messages brefs (de une à trois minutes), lit un premier message, suivi d’une discussion ; puis viennent les seconds messages suivis de discussions, et ainsi de suite jusqu’à épuisement des messages ;

– l’exposition des productions réalisées par chaque groupe pour les soumettre à l’observation et aux commentaires des autres groupes ;

– le débat entre délégués de chaque groupe (en forme de « panel-discussion ») ;

– l’expérimentation de matériels élaborés par chaque groupe (courtes émissions au magnétophone, tableaux statistiques, dossiers documentaires, montages, appareillages) ;

– une réflexion sur les méthodes de travail adoptées par chaque groupe et sur les obstacles rencontrés.


| Publié le