David Bearfield (EPSO) : “L'Union européenne recherche les meilleurs”

Propos recueillis par Céline Authemayou
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Les institutions européennes sont en quête de talents. David Bearfield, directeur général de l’EPSO (Office européen de sélection du personnel), l'organisme communautaire chargé du recrutement, explique les besoins de cette filière de haut niveau.

David Bearfield, directeur général de l'EPSOLes institutions européennes attirent de plus en plus de jeunes diplômés. Mais la sélection, sur concours, est réputée drastique. Est-ce exact ?

David Bearfield. Nous pouvons recevoir 45.000 candidatures pour 300 places, mais certains concours sont moins sélectifs que d’autres. Quels que soient les postes visés, il n’y a aucun quota national. Ce sont donc les meilleurs qui sont sélectionnés.

Qu’entendez-vous par “les meilleurs” ?

Nous recherchons l’excellence : études de pointe, très bons résultats scolaires, multilinguisme… Des centres d’évaluation nous permettent également de rencontrer les candidats pour évaluer leurs compétences. Dans ce marché mondial des hauts talents, nous sommes en concurrence directe avec les entreprises privées.

Se vendre et se rendre attirants, tel est donc votre objectif ?

En effet. Nous avons une offre qui était très mal connue jusqu’à présent. Depuis 2010, nous avons réorganisé notre service pour réagir très vite aux besoins des institutions. Un site Internet carrières a été créé et nous formons des étudiants pour qu’ils deviennent ambassadeurs de carrière dans leur propre établissement.


Propos recueillis par Céline Authemayou | Publié le