Newsletter

UPMC : développer le sentiment d’appartenance chez les étudiants et les diplômés

Dossier réalisé par Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Les jardins de l'UPMC // ©Camille Stromboni
Les jardins de l'UPMC // ©Camille Stromboni // ©  Camille Stromboni

Créer une vraie communauté UPMC, au niveau des étudiants et des anciens, tel est le challenge que s'est fixé la prestigieuse université scientifique. Avec une nouveauté à la rentrée 2012 : la Welcome Week.

«Welcome misteeeeeeer… President !» Jean Chambaz est accueilli à l'américaine pour inaugurer la Welcome Week , semaine d'accueil organisée par l'UPMC pour la première fois en septembre 2012. «Nous voulons que les étudiants se sentent chez eux et s'approprient l'université», annonce le président au micro sur la scène installée au campus de Jussieu.

Au village de stands présentant les services de l'université, s'ajoutent une scène ouverte avec concerts et animations, des démonstrations sportives et surtout des aires de pique-nique, le tout à Jussieu dans une ambiance festive. Une initiative qui s'inscrit dans la stratégie de l'université de sciences et médecine, qui souhaite fédérer ses communautés, en commençant par la plus grande, celle des étudiants.

Faire entrer les étudiants dans le bain UPMC dès la rentrée

«Des collègues peuvent encore se demander pourquoi on dépense pour une welcome week plutôt que de donner plus aux labos : nous avons simplement changé de braquet. Si la recherche figure au cœur de notre mission, c'est également capital que nos étudiants se sentent accueillis et partie prenante de leur université», note le président. «Nous essayons ainsi de lutter contre l'échec en licence, mais aussi de développer le sentiment d'appartenance, qui souvent n'existe pas avant le master 2», renchérit Fabrice Chemla, vice-président Formation.

«C'est sympa, ils essaient de nous intégrer», assure une étudiante de master 2 qui vient de Paris-Sud, et mange son sandwich devant un quiz organisé par l'association TV Jussieu. Les questions permettent tout de suite d'entrer dans la culture UPMC : «Combien d'anciens diplômés compte l'université depuis sa création ?» ; «Qui était Jussieu ?» [botaniste ou biologiste… vaste débat sur scène !]. Ou de découvrir l'esprit scientifique – «Quelle est la division euclidienne de 7 par 3 ?» –, parfois potache … «Quelle est la durée de l'orgasme d'un cochon ?»

«On se dit qu'on est dans l'une des plus grandes facs européennes, avec des enseignements d'exception et une recherche à la pointe. Mais l'ambiance à la fac, c'est quand même un peu moyen, tout le monde reste un peu dans son coin, reconnaît Anthony Allali, vice-président étudiant, donc cette semaine festive est une bonne chose pour créer la rencontre.»

Les médecins pas encore intégrés dans le projet

À renfort de communication et d'opérations diverses («I love UPMC» sur Facebook), la préparation de cette Welcome Week, initiée par l'ancien président Maurice Renard , a eu lieu en quelques mois seulement (entre mai et août). Coût : 0,90 centime par étudiant. Résultat ? Encourageant : environ 500 étudiants étaient présents chaque midi sur les aires de pique-nique, placées entre les lignées de stands et devant la scène.

«Le premier jour, c'était très drôle : les étudiants avaient l'air un peu ahuris de voir tout ça», sourit Christelle Prally, responsable de la communication interne, coorganisatrice de l'événement avec Gaëlle Bailly-Franc, directrice de la vie étudiante.

Côté personnels, cette semaine d'animations a également eu une vertu fédérative. «120 personnels – administratifs et enseignants-chercheurs – ont été mobilisés, chacun à leur manière, se réjouit Christelle Prally. Les occasions sont rares pour les services de travailler ainsi sur une action commune.»

Pour l'an prochain, les responsables espèrent pouvoir toucher les étudiants médecins, qui ne sont pas sur le campus de Jussieu, et mobiliser plus fortement les étudiants dans l'organisation de l'événement (cette année, plusieurs associations, comme TV Jussieu ou le BDE, y ont participé).

Reste un point noir à Jussieu, de l'avis unanime des profs et des étudiants : les travaux permanents, qui provoquent un manque de place et rendent très compliquée l'organisation d'actions ou la mise à disposition de lieux de vie commune. Sans oublier les itinéraires pour aller d'un endroit à l'autre qui changent trois fois par an, ou le bruit, peu encourageant pour rester sur le campus.

Le réseau de diplômés pour accompagner les étudiants de l'UPMC

Dernier segment communautaire à l'UPMC : les diplômés. Précurseur dans le développement du réseau d'anciens parmi les universités, l'établissement dispose d'un outil clé : UPMC pro. Une plate-forme qui réunit étudiants, diplômés, entreprises et personnels. «Dès la L1, nous envoyons un mail aux nouveaux arrivants afin qu'ils s'inscrivent et créent leur fiche. Ce qui n'est pas toujours évident car ils ne voient pas forcément l'intérêt à s'inscrire tout de suite, alors que c'est très important», explique Nathalie Drach-Temam, vice-présidente Insertion professionnelle.

Avec 50.000 anciens actifs – c'est-à-dire qui ont créé leur fiche – et 1.600 entreprises inscrites, l'UPMC est en effet en avance par rapport à ses consœurs. Un résultat obtenu grâce à des opérations importantes comme «Curieux X Wanted» , pour retrouver des anciens, et à deux personnels aujourd'hui en charge de la plate-forme.

Faire d'un ancien un donateur ?

Dans quelle optique l'UPMC fédère-elle aujourd'hui ses diplômés ? Pas encore comme les facs américaines, qui voient d'abord des donateurs. «Il s'agit de collecter des informations sur l'insertion professionnelle de nos diplômés et de pouvoir les mobiliser afin qu'ils reviennent à l'université pour un retour d'expérience auprès de nos étudiants», explique Jean Chambaz. «Notre prisme est d'abord celui de l'accompagnement de nos étudiants dans leurs études et pour leur insertion professionnelle», complète Nathalie Drach-Temam.

Un retour vers l'université qui fonctionne. «Nos anciens sont nombreux à venir sur nos forums, même parfois plus qu'il n'est nécessaire, se réjouit la vice-présidente. Mais il faut élargir le réseau car ce sont quand même souvent les mêmes qui reviennent.»

Et le retour financier des alumni ? C'est une étape à venir. «Nous sommes dissociés de la fondation. Un de nos objectifs est de la connecter au réseau d'anciens», indique Nathalie Drach. «C'est un travail de longue haleine et, dans tous les cas, ce n'est pas une source de financement immédiate pour l'université», estime Jean Chambaz.


L'UPMC en photos : voir le diaporama de l'université Pierre et Marie Curie

Sur letudiant.fr : Portrait de fac : objectif licence à l'UPMC

La prestigieuse université Pierre et Marie Curie s'est fixé un objectif prioritaire : la réussite en licence. Pour l'atteindre, l'établissement tente de mieux accueillir ses nouveaux étudiants, mais aussi d'adapter son cursus de formation. L'enjeu est de taille : encore plus de la moitié des étudiants en sciences ne valident pas leur 1re année.

Une communauté UPMC chez les personnels ?

Chez les enseignants de la prestigieuse université scientifique, «la communauté existe déjà, considère le vice-président formation Fabrice Chemla. Nous avons par exemple un taux de participation élevé aux élections [65%]. D'autant qu'en sciences, nous travaillons beaucoup en équipe, le mythe du chercheur solitaire n'existe pas. Mais il reste tout de même à faire vivre cette communauté, ce qui est difficile avec notre campus en chantier.»

La fiche d'identité de l’UPMC

• Nombre d’étudiants : 32.700 (dont 15.500 en grade licence).
• Nombre d'étudiants en fac de sciences : 21.800.
• Nombre d'étudiants en fac de médecine : 10.900.
• Taux d’étudiants étrangers : 21%.
• Taux de boursiers : 16% (26% parmi les étudiants préparant une licence LMD) (moyenne nationale dans l’enseignement supérieur : 38%).
• Nombre d’enseignants-chercheurs et chercheurs : 5.900.
• Nombre de personnels administratifs : 4.200.
• Budget 2012 : 446 millions d’euros (dont 345 millions d’euros de masse salariale).
• 126 unités de recherche, dont 69 UMR, 6 UMS, 17 UMRS.
• 19 écoles doctorales.
• 790 thèses soutenues en 2010-2011.
• Nombre de sites : 14 (en région parisienne).
• Passage aux RCE (responsabilités et compétences élargies) : janvier 2009.

Source : chiffres 2011-2012
.

Lire aussi

• L'interview de Nathalie Drach, vice-présidente Insertion professionnelle, sur le site UPMC pro .
• Notre zoom sur la span style="font-style: italic;">Welcome Week.
• Notre article sur l'Opération «Curieux X Wanted» .
• Notre article «Désamiantage de Jussieu : le rapport accablant de la Cour des comptes».


Dossier réalisé par Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires