Newsletter

Un nouveau tournant numérique pour l'université du Maine

Delphine Dauvergne
Publié le
Envoyer cet article à un ami
L'université du Maine s'attache à renouveler la pédagogie par le numérique ©D.Dauvergne - avril 2014
L'université du Maine s'attache à renouveler la pédagogie par le numérique ©D.Dauvergne - avril 2014 // ©  D. Dauvergne

Les enseignants-chercheurs de l'université du Maine sont de plus en plus formés à la pédagogie numérique. De nouveaux outils qui visent à améliorer les formations à distance et changent les pratiques pédagogiques.

"Avec la nouvelle pédagogie numérique, l'enseignant n'est plus caché derrière son ordinateur en faisant défiler un PowerPoint, il y a une réelle interaction grâce au tableau blanc numérique", explique Nicolas Postec, directeur du Pôle ressources numériques (PRN) à l'université du Maine. Dans la salle d'innovation pédagogique (SIP), ce tableau blanc numérique interactif permet aux enseignants d'intégrer des contenus multimédias, de surligner des idées ou encore de déplacer des éléments, ce qui peut être utile lors d'un brainstorming avec des étudiants.

Dotée de 20 places, cette salle a été ouverte en janvier 2014, une autre sera disponible à la rentrée prochaine. Les tables sont organisées en petits îlots, 20 ordinateurs et 15 tablettes sont mis à disposition. Petit gadget bonus pour les enseignants, la possibilité de mettre le matériel en "écran noir" pour s'assurer que les élèves écoutent les explications.

Plus de 60% des enseignants ont été formés par le Pôle ressources numériques

Parmi les différents outils, celui qui a le plus de succès est le boîtier de vote électronique, qui permet de réaliser des QCM ou des sondages sur le cours suivi. "Il suffit de quelques minutes pour vérifier que les notions sont comprises, vante Noella Gaigeot, une enseignante d'anglais conquise. Mais ces outils ne peuvent pas remplacer la présence physique, je ne serai jamais un hologramme", nuance-t-elle.

Les enseignants-chercheurs étaient plutôt réticents au début à se former à ces nouvelles pratiques. "Le numérique leur fait peur, mais ils essaient de s'y mettre car ils constatent que c'est nécessaire", remarque Anaïs Guéret, ingénieur pédagogique, qui les accompagne dans leurs projets numériques. Ils sont aujourd'hui plus de 60% à avoir été formés par le PRN.

Université du Maine : campus du Mans // © Delphine Dauvergne

Plus de 20 diplômes en ligne

Depuis 2005, l'université du Maine a développé l'enseignement à distance. Avec près de 700 étudiants qui ont choisi ce genre de formation et plus de 20 diplômes en ligne, l'université se targue d'attirer un public différent (professionnels actifs, sportifs, malades...) présent sur tout le territoire français mais aussi à l'étranger.

Ces formations sont aujourd'hui souvent hybrides, car "le taux de réussite était plus faible quand les cours étaient dispensés entièrement à distance", constate Florent Calvayrac, enseignant-chercheur physicien. Fin mars 2013, il s'est rendu à Hanoi, au Vietnam, pour effectuer du tutorat pendant une semaine. De l'autre côté de l'écran en France, c'est son collègue, Pascal Ruello, qui donnait le cours. "La classe virtuelle se rapproche du principe de la vidéoconférence : on échange grâce au micro, c'est satisfaisant, même si par moments on ressent le besoin d'avoir un tableau pour griffonner", explique le physicien.
Avant ces séances, les étudiants ont dû travailler des compléments de lecture et des exercices déposés sur la plate-forme numérique. Céline Beguin, responsable du DU (diplôme d'université) Gestion patrimoniale, qui s'effectue à distance, admet que "ce type de dispositif est trop difficile pour un étudiant en première année, il faut qu'il soit réservé à des étudiants autonomes qui sont motivés".

Côté enseignants, la méthode ne fait pas non plus l'unanimité. "Certains ont peur qu'on leur vole leur cours mis en ligne ou qu'on le commente de manière négative, mais aussi que cela réduise l'emploi", commente Florent Calvayrac. Pourtant, face à un cours en ligne, les étudiants ont encore, et peut-être plus que jamais, besoin d'un professeur.


Delphine Dauvergne | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires