Newsletter

Stratégie numérique : Lille 1 s’adapte aux nouveaux usages

Mathieu Oui
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université Lille 1- campus © Mathieu Oui - décembre 2013
Université Lille 1- campus © Mathieu Oui - décembre 2013

Très en pointe sur les ressources numériques, l’université Lille 1 tente de répondre aux nouvelles demandes d’étudiants de plus en plus mobiles.

En pointe sur la question des technologies numériques à travers notamment l'existence, depuis 1998, du SEMM (Service enseignement et multimédia), Lille 1 est au cœur des nouvelles problématiques. L'évolution technologique rapide des outils et les exigences du public étudiant nécessitent une adaptation continuelle. “Nous devons répondre au nomadisme croissant des étudiants, assure le président de l'université, Philippe Rollet. Celui-ci se développe pour des raisons diverses : l'emploi salarié, puisque 40 % de nos étudiants ont un travail d'au moins 12 heures, et la mobilité à l'étranger, ainsi que les stages qui se multiplient également.”

Évolution des usages

Si les étudiants sont plus mobiles, ils sont aussi en attente d'une meilleure prise en compte de leurs usages. “Ils sont aujourd'hui de mieux en mieux équipés en ordinateur, mais leur comportement est ubiquitaire, renchérit Philippe Mathieu, le vice-président en charge des TICE (technologies de l'information et de la communication pour l'éducation). Ils souhaitent pouvoir accéder aux ressources numériques depuis n'importe quel endroit, que ce soit sur le campus ou chez eux. Leur demande est de pouvoir brancher leur ordinateur n'importe où.” De nouveaux usages qui pourraient même faire évoluer la fréquentation des salles d'ordinateurs en accès libre, selon Philippe Mathieu.

Nous devons répondre au nomadisme croissant des étudiants (Ph. Rollet)

Cloud gratuit pour tous

D'un point de vue technique, l'université travaille donc au passage de l'ensemble des ressources numériques au format HTML 5, ce qui permettra d'y accéder depuis tous types de supports. De même, et toujours dans ce souci d'accessibilité, le principe est de retenir de préférence les solutions logicielles gratuites.

Depuis la rentrée 2013, l'université offre également à chaque étudiant la possibilité d'accéder à un cloud de données. L'accord a été passé avec la société voisine, OVH, un des leaders en matière d'hébergement Internet, basée à Roubaix. Tout inscrit à Lille 1 bénéficie gratuitement d'un espace de stockage de 50 gigas. “Les étudiants ont accès à cet espace personnel depuis n'importe quel terminal : téléphone, ordinateur ou tablette, ce qui signifie, par exemple, qu'ils peuvent le consulter et travailler durant leur trajet en train quand ils rentrent chez eux”, explique le vice-président.

Équipe dédiée

Produire, diffuser et former aux ressources numériques : c'est le rôle du SEMM. Cette “cellule TICE”, dirigée par Thierry Danquigny, compte une vingtaine de salariés (ingénieurs pédagogiques, techniciens, développeur...), dont sept spécifiquement dédiés à la vidéo, qui accompagnent et forment les enseignants. Le SEMM met aussi à leur disposition sa logistique : des salles de montage vidéo ainsi qu'un studio de tournage de 80 mètres carrés.

Il s'agit aussi d'harmoniser les pratiques et de lutter contre des usages “masqués”, c'est-à-dire en dehors des canaux et plates-formes officiels de l'université. Par souci notamment de simplification d'accès, “nous encourageons les enseignants à utiliser la plate-forme pédagogique Moodle de l'université, ce qui est le cas de 75 % d'entre eux”, explique Thierry Danquigny.

La cellule TICE de Lille 1 s'attache à harmoniser les pratiques et à lutter contre des usages “masqués”

Plates-formes vidéo

En matière de ressources vidéo, Lille 1 dispose de différents canaux de diffusion. Sur la WebTV sont proposés tous les événements officiels de l'université : des conférences scientifiques, une vidéo sur les thèses Cifre ou encore sur les assises de l'addictologie.

Sorte de Youtube universitaire, la plate-forme vidéo Lille 1.Pod est quant à elle ouverte aux enseignants comme aux étudiants. Elle permet d'avoir accès à des films séquencés et enrichis d'autres contenus (PDF, textes, images...). De telles fonctionnalités “transforment l'outil vidéo en véritable support de cours”, souligne Thierry Danquigny, dont le service propose régulièrement des formations aux enseignants pour utiliser au mieux ces outils.

Investir les MOOC

La stratégie numérique passe aussi par le soutien aux MOOC, dossier sur lequel Lille 1 s'est beaucoup investie. Dès le lancement de la plate-forme FUN (France université numérique), l'université était présente à travers deux MOOC, l'un dédié à l'arithmétique, le second porté par l'UNT (université numérique thématique) Unisciel autour de la culture scientifique.

En matière de MOOC, le SEMM a mis à disposition des enseignants le studio où ont été tournées les vidéos et l'équipe d'ingénieurs pédagogiques afin de travailler à la scénarisation. “Nous avons un peu un rôle d'alerte et de pédagogie autour des cours en ligne, explique Thierry Danquigny. Sur un MOOC, il s'agit de voir, par exemple, comment exploiter une vidéo de cours pour proposer une activité aux étudiants et, à travers cette participation active, mieux ancrer la connaissance.” Quant à la scénarisation, il s'agit souvent de trouver un thème original et accrocheur comme fil conducteur de ressources classiques : c'était le cas avec le MOOC sur l'arithmétique présenté sous l'angle de la cryptographie.

Lire aussi
Le dossier sur letudiant.fr : "Lille 1, une cité étudiante au cœur de Villeneuve-d'Ascq"

Mathieu Oui | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires