Newsletter

Faire campus : une ambition toujours d’actualité

Un dossier de Fabienne Guimont
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université de Marne-la-Vallée // DR
Université de Marne-la-Vallée // DR

Phare de l’UPEMLV, la cité Descartes de Champs-sur-Marne rassemble 10.000 de ses 11.000 étudiants, à une vingtaine de minutes de Paris par le RER. Alors que champs et forêts s’y étendaient il y a trente ans (voir le diaporama), quelque 300 entreprises, 5 grandes écoles et une dizaine de bâtiments de l’université parsèment aujourd’hui ce site d’activité économique et scientifique. Un site toujours en quête de son campus.

"Catalyseur d’innovation, la cité Descartes est le principal site de recherche de l’Est parisien, équivalent au campus de Berkeley aux États-Unis." Cette comparaison audacieuse est celle de l’aménageur du site de Marne-la-Vallée, l'EPA Marne. Au milieu de ce site, les lieux de vie sont restés les parents pauvres de l’aménagement, alors que la proximité avec une cinquantaine de laboratoires et les 123 hectares sont de réels atouts en regard des universités parisiennes morcelées.

Le rapport de la Cour des comptes sur les universités des villes nouvelles franciliennes note ainsi en 2012 à propos de l’UPEMLV : "L'établissement [est] marqué par des retards dans la réalisation de ses constructions et des carences en matière d’équipement de vie étudiante, particulièrement pour l’hébergement. En dépit de sa continuité géographique, le site de Champs-sur-Marne de l’université ne forme pas encore le vrai campus qu’elle souhaite achever avant de s’implanter plus à l’est sur le site de Val-d’Europe."

Des "lieux de vie" en vue

Deux décennies après sa création en 1991, les chantiers de l’université qui refleurissent tentent de rectifier le tir. La bibliothèque futuriste en forme de motte de terre et la maison de l’étudiant installée dans un ancien corps de ferme ambitionnent de créer des "lieux de vie étudiante" et peut-être de rappeler la campagne de ses origines... Les collectivités locales – région, départements, agglomérations nouvelles, etc. – contribuent à ces aménagements. En 2011, elles finançaient le tiers du budget de l’université (hors masse salariale). "Les collectivités et l’université souhaitent que l'université soit mieux intégrée à son environnement, qu’elle ne soit pas une verrue posée, coupée du monde. Par exemple, l’agglomération nouvelle de Marne-la-Vallée travaille avec nous sur la création, sur le campus, d'un lieu de vie culturelle ouvert à tous", illustre Gilles Roussel , le nouveau président de l’UPEMLV.

Labellisée campus prometteur avec 50 millions d’euros à la clé, l’université pourrait aussi s’offrir une nouvelle jeunesse en rénovant notamment son bâtiment principal (baptisé Copernic), ex-siège de Bull au centre de la cité Descartes.

S’appuyer sur une politique de site

Le site Descartes est encore un territoire de projets auprès des collectivités locales et de l’État pour développer l’Est francilien. À l’horizon se profilent l’installation du Pôle scientifique et technique du ministère de l'Écologie, l’agrandissement de l’ESIEE, une maison de l’apprentissage ou l’implantation proche du nouveau lycée international de l’Est parisien. Grand Paris Express, clusters ville durable ou tourisme avec le Val-d’Europe, pôles de compétitivité : l’université sait que son environnement est porteur, à condition que la fondatrice du PRES Paris-Est sache faire valoir son potentiel scientifique (voir l’article "L’UPEMLV et la recherche : jouer la logique de site (pour exister)").

Depuis deux mandats, l’université construit aussi son avenir sur le rapprochement avec sa consœur cristolienne, l’UPEC, et avec les autres écoles du PRES Paris-Est (voir les autres articles du dossier). "Il y a vingt ans, expliquait Francis Godard lors de l’anniversaire des universités nouvelles, nous étions sur des territoires plus étroits. Aujourd’hui, nous avons une vision métropolitaine et le sentiment d’appartenir à un territoire qui est le Grand Est francilien." Un fil rouge entre l’ancien et le nouveau président.

Un dossier de Fabienne Guimont
Septembre 2012


Comment se compose le PRES ?
Les membres fondateurs de l’Université Paris-Est : l’UPEMLV, l’UPEC, l’École des ponts ParisTech, l’ESIEE, l’École nationale vétérinaire d’Alfort , l’INSERM, le CNRS et l’IFSTTAR .

Les membres associés : CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment), l’EIVP, l’ESTP, l’IGN, l’EFS, l’INA, les écoles d’architecture Paris-Belleville et Malaquais, le pôle de compétitivité Advancity et l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire, de l’alimentation, de l’environnement, du travail).

Diaporama
La cité Descartes à Champs-sur-Marne au fil des années / Extrait de la vue aérienne IGN.



Crédits photos :
Université de Marne-la-Vallée, bâtiment Copernic à la cité Descartes à Champs-sur-Marne © Iconothèque Epamarne / Architecte : B. BONNIER / Photographe : Éric MORENCY, 2006.
Le bâtiment Lavoisier à la cité Descartes à Champs-sur-Marne de l'UPEMLV. © Iconothèque Epamarne / Architectes : JOURDA & PERRAUDIN / Photographe : Éric MORENCY, 2008.
Diaporama : © Epamarne / IGN (1972 et 1990), © Epamarne / INTER ATLAS (1998, 2000, 2005) et © Epamarne / SIAM (2008).


Un dossier de Fabienne Guimont | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires