Kira Weissman, professeur des universités à Nancy : « Il faut obtenir une qualification d’enseignant-chercheur pour postuler dans une université française »

Propos recueillis par Céline Manceau
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Senior scientist à l’université de la Sarre, en Allemagne, depuis 2007, Kira Weissman, 37 ans, vient de rejoindre l’université de Nancy. Cette enseignante américaine, diplômée de Cambridge où elle a débuté sa carrière, résidait en France depuis trois ans, où elle avait suivi son mari. Ses projets professionnels la conduisent aujourd’hui à s’investir dans la recherche et dans l’enseignement en France. Elle explique les raisons de son choix.

Pour quelles raisons avez-vous choisi de venir à l'université de Nancy ?

Essentiellement pour des raisons scientifiques. Je souhaitais intégrer une équipe qui avait de fortes connaissances dans mon domaine, l’enzymologie, et qui présentait plusieurs opportunités de collaboration productive. Je cherchais également un laboratoire qui était très bien équipé pour que je puisse rapidement redémarrer mes recherches. Heureusement, j’ai trouvé une unité qui répondait à tous ces critères à l’université Henri-Poincaré.

Comment s'est passée votre arrivée ?

J’ai noué les premiers contacts avec les dirigeants du laboratoire, Christiane et Guy Branlant, en août 2009. Et je suis arrivée un an plus tard, très aisément, car l’ingénieur qui travaille avec moi avait été formé à plusieurs techniques relatives à mon projet. Elle a donc pu bien avancer les travaux avant que je ne commence. De plus, j’ai eu du temps pendant l’été pour préparer mes cours magistraux. Par conséquent, ce n’était pas particulièrement difficile de commencer l’enseignement dès la deuxième semaine suivant ma prise de fonctions.

Remarquez-vous des différences dans les méthodes de recrutement des enseignants-chercheurs entre les universités ?

La différence principale est qu’il faut obtenir une qualification d’enseignant-chercheur pour postuler dans une université française. Une telle obligation n’existe pas dans le système anglo-saxon que je sache. En outre, la quantité de travail administratif demandée à tous les stades du processus est bien plus importante !

Quels sont vos projets de carrière ?

Je souhaite créer une équipe de recherche dynamique et performante, mais également participer pleinement à tous les aspects de l’enseignement à l’université. D’ailleurs, je donne déjà des cours magistraux et j’encadre des travaux dirigés. Après un certain temps d’adaptation, je souhaite prendre plus de responsabilités administratives et de gestion dans l’unité, ainsi que m’investir dans des tâches collectives reliées à la recherche au niveau de l’université. Il faut dire que mon mari et moi envisageons de rester longtemps en France.

Propos recueillis par Céline Manceau
9 novembre 2010


Propos recueillis par Céline Manceau | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires