Newsletter

L’EPFL : un concurrent sérieux pour le recrutement de chercheurs étrangers

Céline Manceau
Publié le
Envoyer cet article à un ami

L’EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne) mène une politique très offensive pour attirer, très tôt, les meilleurs chercheurs.

À l’EPFL, un programme dédié au recrutement des enseignants est baptisé "Tenure Tracks". Concrètement, les jeunes profs (une vingtaine par an) sont recrutés comme postdocs, et des moyens financiers leur sont alloués pour être performants dans leur recherche (autour d'un million de francs suisses comme crédit d’installation et plusieurs centaines de millions d’euros tous les ans pour faire de la recherche, à charge pour l’enseignant de recruter, avec ce budget, ses doctorants et ses postdocs).

Les salaires sont attractifs : environ 150.000 € pour un jeune prof, jusqu’à 200.000 € pour un enseignant confirmé. Ces derniers peuvent aussi faire du consulting un jour par semaine, et leurs épouses bénéficient d’un programme de cocooning. Les résultats en matière de recherche sont le seul critère qui décidera ensuite de leur embauche comme professeur associé, puis full professeur. "Ils n’ont pas besoin d’attendre le départ à la retraite d’un autre enseignant pour obtenir un poste", résume Patrick Aebischer, le président de l’EPFL, précisant que deux tiers des Tenure Tracks finissent par être promus.


Céline Manceau | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires