Newsletter

Etudiants, entreprises et enseignants unis à travers le jeu

Catherine de Coppet
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Grâce à son nouveau laboratoire dédié aux serious games de l’innovation, Grenoble École de management souhaite répondre à la demande des entreprises, mais aussi apprendre aux étudiants à travailler différemment.

Permettre la création de jeux de plateau sérieux favorisant l'innovation, le tout en une journée, c'est le défi que s'est lancé Grenoble École de management (GEM) qui ouvre à la rentrée 2013 un laboratoire dédié aux serious games. Concrètement, il s'agit d'une salle découpée en deux espaces : un lieu d'animation pour jouer pouvant accueillir jusqu'à 40 personnes et un lieu de conception consacré à la création et réservé à cinq ou six personnes.

L'espace conception a été pensé pour un parcours en huit étapes qui devraient permettre, en une dizaine d'heures, de réaliser un jeu de plateau au service de l'innovation. "Les jeux qui sortiront du laboratoire permettront tout autant de proposer une solution innovante à une question d'entre­prise que de modéliser cette question pour en comprendre tous les enjeux", souligne Hélène Michel, professeur à GEM et initiatrice du laboratoire.

Hélène Michel, professeur à GEM et initiatrice du laboratoireL'outil, construit grâce aux compétences des enseignants de l'école et de spécia­listes du game design, sera utilisé par les étudiants et enseignants mais aussi par les entreprises, et c'est là son originalité. Les entreprises peuvent en effet solliciter GEM et accéder au laboratoire, dans le cadre des programmes de formation continue, pour des modules centrés sur l'innovation ou le management de l'innovation. ­

"L'idée est d'accompagner une équipe de salariés, soit pour jouer, soit pour créer un jeu", explique Hélène Michel. L'entreprise peut souhaiter créer un outil de management interne ou faire progresser ses équipes via la création d'un jeu. À l'arrivée, les salariés matérialisent les problématiques de leur entreprise en manipulant les éléments du jeu.

Répondre aux besoins des recruteurs

Du côté des étudiants, le laboratoire de serious ­games s'adresse plus spécialement aux élèves de deuxième année qui doivent traiter des cas d'entreprises dans le cadre de leurs cours de management de l'innovation. Que ce soit pour les entreprises ou les étudiants, un professeur de GEM joue le rôle d'accompagnateur et prépare la journée en amont. "Il s'agit de réunir les données utiles au traitement du problème, mais aussi d'inventorier les qualités requises pour les joueurs-concepteurs, par exemple", poursuit Hélène Michel.

Mieux préparer les jeunes candidats

Pour GEM, l'ouverture du laboratoire de serious games constitue une étape de plus dans la promotion du jeu en tant qu'outil de pédagogie. Utilisatrice de jeux dédiés au business ou aux comportements depuis plus de deux ans, l'école s'est elle-même lancée dans la création de jeux il y a un an et demi. "Nous sommes partis des besoins des enseignants pour leurs cours et avons fait appel à un prestataire qui nous a proposé un logiciel permettant de créer des jeux sur mesure", raconte Hélène Michel.
De fil en aiguille, GEM a créé sa propre marque et méthode de création de jeux à disposition des étudiants, des enseignants et des entreprises. "Le jeu nous a permis notamment de répondre aux demandes des recruteurs qui souhaitent que les jeunes candidats soient davantage préparés au management, à la gestion des questions éthiques, etc., mentionne Hélène Michel, ce qui relève plus du comportement que de la théorie."

Outre la pédagogie, l'objectif est de rapprocher étudiants et entreprises. Dernier exemple en date, l'utilisation par les 600 étudiants de première année d'un jeu conçu en amont par des professeurs au service d'une entreprise leader dans le secteur des remontées mécaniques. "Nous avons abouti à un jeu auquel on joue grâce à quatre immenses dés qui synthétisent les problématiques d'innovation de l'entreprise, illustre Hélène Michel. Le but est de faire émerger de cette séance de jeu géante cent idées de services nouveaux que l'entreprise pourrait lancer." Ou comment permettre aux étudiants d'approcher la réalité de l'entreprise tout en favorisant l'innovation...
À terme, GEM se fixe comme objectif pour 2013-2014 de faire sortir du laboratoire une dizaine de jeux ou processus d'innovation commercialisables ou ayant déjà fait preuve de leur efficacité en entreprise.

« Interface », la lettre des relations écoles-universités-entreprises

Comment optimiser sa récolte de la taxe d’apprentissage ? Comment améliorer l’insertion professionnelle de ses jeunes diplômés ? De quelle manière établir des partenariats avec des PME ? La réponse est dans Interface, la nouvelle lettre bimensuelle qui facilite les relations entre l’enseignement supérieur et le monde économique.

Lancée par l’Etudiant-EducPros et l’Entreprise, Interface s’adresse aux professionnels des relations écoles-universités-entreprises (directeurs d’établissement, responsables des relations entreprises, BAIP, mais aussi campus managers, recruteurs, RH…).

Dans chaque numéro, huit pages de conseils, d’analyses et de bonnes pratiques, mais aussi toute l’actualité du secteur, les manifestations et les nominations qui comptent.

Interface est disponible sur abonnement



Catherine de Coppet | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires