La crise budgétaire des universités, fil rouge du mandat Fioraso

Camille Stromboni
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Manifestation - enseignants-chercheurs - universités - © C.Stromboni déc2013
Manifestation - enseignants-chercheurs - universités - © C.Stromboni déc2013
Geneviève Fioraso sur le fil. Le remaniement ministériel, annoncé mercredi 2 avril 2014 suite aux résultats des élections municipales, confirme le bouleversement annoncé pour l’enseignement supérieur. Benoît Hamon a été nommé à la tête d'un grand ministère réunissant Education nationale, Enseignement supérieur et Recherche. Tandis que le sort de Geneviève Fioraso n'est pas encore fixé, retour sur les grandes lignes de ses deux années à la tête de l'ESR, vues par la communauté de l'enseignement supérieur.

Déficits, quasi-cessation de paiements, plan d'économies drastiques... La question du budget des universités et leurs difficultés financières ont rythmé les deux années du ministère Fioraso. Avec ces derniers mois les nombreuses péripéties de l'université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines en premier plan.

Un cas extrême, unique pour l'instant : l'établissement frôlait la cessation de paiement fin 2013. Sans l'aide de l'Etat – 800.000 euros – il n'aurait pu payer ses salariés. Une nouvelle "avance remboursable" de 2,6 millions d'euros a été annoncée pour le budget 2014 de l'université, qui a mis en place un régime d'économies sévères.

Autre crise forte que la ministre a dû gérer en 2013 : le bras de fer avec l'université Montpellier 3. Sa présidente, Anne Fraïsse, s'est élevée contre une situation financière catastrophique, l'obligeant selon elle à fermer son antenne de Béziers. Une version contredite par Geneviève Fioraso, qui pointait les nombreuses créations d'emplois et la trop faible mutualisation en master dans l'établissement. Le conflit s'est apaisé avec les ajustements budgétaires intervenus en fin d'année 2013.

Au-delà de ces cas d'espèce, un nombre grandissant d'universités a connu ces deux dernières années un ou plusieurs déficits consécutifs. Pour l'exercice 2013, près d'une vingtaine d'établissements seraient concernés. La faute à l'autonomie et à la loi LRU (Libertés et responsabilités des universités) de 2007, mal accompagnée, pour certains. Tandis que d'autres pointent l'effort financier insuffisant de l'Etat auprès des universités sous le gouvernement actuel. Le manque de moyens fait en tous cas l'unanimité dans la communauté universitaire.

La ministre n'a cessé de rappeler tout de même que ses deux budgets ont été en légère progression (+2,2 % en 2013, +0,5 % en 2014), signe de la protection et le soutien dont bénéficiait son ministère, qui a pu se prévaloir de la création de 1.000 emplois par an, jusqu'ici.

Université Versailles-Saint-Quentin - Bibliothèque universitaire UVSQ - Crédit : Christian Laute UVSQ

Ce qu'ils en pensent...

Anne Fraisse - présidente de l'université Montpellier 3Anne Fraïsse (université Montpellier 3)

"Nous avons vécu une politique où l’on parle de l’autonomie des universités mais où financièrement, on fait tout le contraire. Toutes les dernières mesures le prouvent : on ajoute sans arrêt des coûts supplémentaires que l’on fait porter aux universités, sans leur en donner les moyens. Et après, on nous reproche de mal gérer nos établissements. Il s’agit d’une mise au pas réglée des universités."

Julien Blanchet - syndicat étudiant - La FageJulien Blanchet (La Fage)

"S’il y a pu avoir des gestions hasardeuses de certaines universités, cela ne peut cacher le sous-investissement dans l’enseignement supérieur et de la recherche, qui est une réalité."

Patrick Hetzel (UMP)

Patrick Hetzel - Député UMP - juin2013 ©C.Stromboni"Geneviève Fioraso ne fait pas le poids quand il s'agit de remporter des arbitrages auprès de Bercy ou Matignon. Le budget est en retrait sur la recherche, tandis que les charges qui pèsent sur les universités ne sont pas prises en compte. Par exemple, concernant l'opération Campus et les Investissements d’avenir, la ministre n’a pas obtenu d’arbitrage favorable puisqu’une partie des intérêts [intercalaires] ne seront pas versés aux établissements, ce qui était pourtant prévu initialement."

Nos articles sur ce sujet

- Université de Versailles-Saint-Quentin : retour sur cinq mois de crise

Un risque de cessation de paiement. Depuis l'annonce du président Jean-Luc Vayssière, en novembre 2013, l'université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines traverse une situation de crise. Entre le rapport provisoire de la Cour des comptes dénonçant les erreurs de gestion, les remontrances du ministère et l'impossibilité de voter un budget, l'établissement tente de retrouver son équilibre. Retour sur cinq mois difficiles.

- Crise à l’université Versailles Saint-Quentin : la communauté dans l'incertitude

A l’horizon... l'incertitude. La communauté de l’UVSQ (université Versailles-Saint-Quentin) attend son budget 2014. Bien plus que le rapport définitif de la Cour des comptes, sévère, qui doit sortir dans les jours qui viennent. Enseignants et étudiants sont de plus en plus inquiets pour l’avenir de leur établissement, en grande difficulté budgétaire. Pour les conditions d'études, de recherche, mais aussi l'image, dégradée, de l'université.

- L'université Stendhal Grenoble 3 refuse de voter son budget 2014

Le conseil d'administration de l'université Stendhal Grenoble 3 a refusé d'adopter le budget 2014, fin décembre 2013, s'élevant dans une motion contre "une situation budgétaire critique induite par un désengagement de l'Etat, comme dans la plupart des établissements". Plusieurs autres universités ont également fait ce choix.

- Universités en déficit : le ministère veut reprendre la main

Période de fin de gestion budgétaire oblige, les déficits des universités apparaissent en cascade, avec des situations extrêmes, comme à Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines. Pour y faire face, Geneviève Fioraso veut privilégier l'accompagnement des universités en difficulté à la tutelle rectorale. Elle envisage notamment la création d'une formation spéciale pour les présidents, dispensée par l'ENA.

- Fin de conflit à l'université Montpellier 3 : l'antenne de Béziers préservée

Le bras de fer s'achève. L'antenne de Béziers ne fermera pas, a annoncé la présidente de l'université de Montpellier 3, Anne Fraïsse, fin novembre 2013.

- Anne Fraïsse (Montpellier 3) : "Je n'ai plus d'alternative, l'université va faire faillite"

Rouge. La présidente de l'université de Montpellier 3, Anne Fraïsse, a annoncé la couleur à son conseil d'administration le 17 septembre 2013, avec un plan d'économies drastique où figurait notamment la disparition de l'antenne universitaire de Béziers.

- Budget des universités : la répartition des dotations 2014

Les universités ont reçu le détail de leurs dotations 2014 à la mi-décembre 2013, ainsi que le nombre de postes attribués dans le cadre des 5.000 nouveaux emplois pour l'enseignement supérieur.

- Budget 2014 : les présidents d'université haussent le ton

Les présidents d'université dénoncent, par la voix de la CPU, une situation budgétaire "intenable". Ils listent six urgences, tandis que le projet de loi de finances est examiné au Parlement et que les établissements préparent leurs budgets 2014.

- Enseignement supérieur : un budget 2014 stable, une communauté universitaire inquiète

Un budget prioritaire. La ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Geneviève Fioraso, s'est réjouie de bénéficier d'un budget "préservé" pour 2014, en très légère hausse de +0,5%.

- Que sont devenus les "1.000 emplois" pour les universités ?

Il s'agit de l'une des mesures phares de Geneviève Fioraso : créer 1.000 emplois pour l'enseignement supérieur. Des postes que la ministre a voulu consacrer à la réussite en licence. Qu'en-est-il vraiment ? Entre créations effectives et résorption du déficit budgétaire, la situation est plus complexe.

- Budget 2013 : les universités restent inquiètes

Le budget de l'Enseignement supérieur et de la Recherche augmente de 2,2 % en 2013. Une légère hausse qui ne rassure pas les universités, en proie à des difficultés financières.

Lire aussi
- Le billet de Jean-Claude Dupas : Discipline budgétaire oui … mais pas au détriment des disciplines !
- Le billet de Romain Pierronnet : Financer la Recherche et l’Enseignement Supérieur : quelle place à l’avenir pour les collectivités ?

- Les billets de Pierre Dubois sur la question du budget des établissements

- La biographie de Philippe Jamet
- La biographie de Julien Blanchet
- La biographie de William Martinet
- La biographie de Patrick Hetzel
- La biographie de Claudine Kahane
- La biographie d'Anne Fraïsse

Camille Stromboni | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires