À la Sorbonne-Nouvelle (Paris 3) : tests de niveaux et stages de remédiation


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Pour la seconde année consécutive, les quelque 2.500 nouveaux étudiants de licence 1 de la Sorbonne-Nouvelle (Paris 3) sont soumis à une batterie de tests de niveau lors de leur journée d’accueil de prérentrée. Un moyen de mettre d’emblée les étudiants sur la voie de la réussite.

Ce sont pas moins de quatre tests qui sont organisés lors de la prérentrée à Paris 3 : langues vivantes, informatique, orthographe et culture générale. Les deux premiers servent à constituer des groupes de niveau, voire, pour l’informatique, à dispenser les meilleurs de suivre cet enseignement. "La finalité des tests d’orthographe et de culture générale sont différentes : il s’agit pour les étudiants de leur faire comprendre que cela constitue des éléments clés de la réussite dans nos filières de lettres et sciences humaines", expose Elsa Pic, chargée de mission aide à la réussite au CEVU (Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire).

Les étudiants obtenant de faibles scores se voient proposer des stages de remédiation de dix-huit heures (par exemple à raison de six heures sur trois samedis), pendant la quinzaine de prérentrée. L’an dernier, sur les 2.500 étudiants ayant passé les tests, 540 ont suivi ces stages intensifs. L’université a organisé treize stages en orthographe et quatorze en culture générale, ce qui représente au final 504 heures de vacation enseignant.

Réception globalement positive


Le bilan effectué par l’université à l’issue de la première année est positif. Ces stages de remédiation répondent à un réel besoin, exprimé par des étudiants conscients de leurs lacunes et qui ont reçu globalement de façon très positive l’offre qui leur était faite. Et, malgré le caractère non obligatoire des stages, la moitié des inscrits a suivi cinq demi-journées de stages sur six. Par ailleurs, les étudiants ont demandé que d’autres stages thématiques soient organisés, par exemple en langues vivantes. En cette rentrée 2012, l’université renouvelle donc l’opération et pense organiser d’autres stages intensifs durant l’année.

Mathieu Oui
Septembre 2012





| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires