Les rites de passage de l’EIGSI La Rochelle

Sophie Blitman
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Soucieuse d’accompagner ses étudiants sur le plan personnel et professionnel tout en créant un sentiment collectif d’appartenance, l’EIGSI La Rochelle a mis en place à la rentrée 2012 deux dispositifs innovants, baptisés "Heureux qui comme Ulysse" en première année, et "Moi, ma tribu, mon épopée" en troisième. L’Odyssée étant ici la métaphore du chemin que le jeune bachelier doit parcourir pour devenir un ingénieur professionnel.

"Heureux qui comme Ulysse"

En première année après le bac, l’objectif est de donner aux élèves les outils nécessaires pour travailler en autonomie, gérer son temps ainsi que son stress et ses émotions. Les dix premiers jours de l’année sont ainsi consacrés non pas à des cours, mais à des ateliers divers : méthodes de travail et réflexion individuelle sur les atouts et la motivation de chacun, mais aussi théâtre, tai-chi, philosophie… Les élèves doivent en outre construire une embarcation avec des matériaux biodégradables qu’ils mettent ensuite symboliquement à l’eau.

"Moi, ma tribu, mon épopée"

Au début du cycle ingénieur, en troisième année, l’accent est davantage mis sur l’avenir professionnel, à travers notamment des séances de coaching qui se poursuivront jusqu’au mois de décembre. Au programme : méthodologie, discussions de groupe et questionnaires de personnalité visant à construire un projet personnel et professionnel. Enfin, un atelier créatif est organisé avec un sculpteur de la ville, au cours duquel les élèves réalisent un totem sur lequel ils apposent les moulages de leurs mains.

Signe de l’orientation professionnelle du dispositif, l’EIGSI s’est associée à Vinci Énergies, qui contribue à financer le projet et parraine la promotion. Les quatre jours de rentrée s’achèvent ainsi par une séance de restitution en présence de l’entreprise. Coût de l’opération : 6.000 €.

Si l’EIGSI entend pérenniser ces dispositifs, elle souhaite aussi les élargir aux étudiants des autres années.

Sophie Blitman
Septembre 2012





Sophie Blitman | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires