Centrale Paris : la politique des petits pas

Caroline Franc
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Centrale Paris © Zir
Centrale Paris © Zir
Pas à pas, Centrale Paris assoit sa présence sur les réseaux sociaux en veillant à ce que les prises de parole des uns et des autres ne s’éparpillent pas.

«Notre présence sur les réseaux sociaux s’est effectuée pas à pas», raconte Olivier de Lapparent, responsable communication digitale à l’École centrale de Paris. Première étape, l’ouverture en mai 2010 du compte Twitter. Suivent en 2011 les chaînes YouTube et Dailymotion, puis, assez tardivement, à la rentrée 2012, la page Facebook ainsi que les réseaux pro Viadeo et LinkedIn. Dans les cartons pour les mois à venir, Pinterest, sorte de mur d’inspiration visuelle. «À ces comptes institutionnels s’ajoutent évidemment les initiatives individuelles de certains enseignants, comme le blog de Gilles Gleyze sur EducPros ou le fil Twitter du directeur des relations internationales», précise Olivier de Lapparent.

«Pour éviter un éparpillement de la parole, rien ne vaut, poursuit-il, une gouvernance centralisée par la direction de la communication. Actuellement, quatre ou cinq personnes se partagent les tâches, en attendant l’arrivée imminente d’un community manager. Il aura pour mission de faire remonter les informations en interne, d’animer, bien sûr, les conversations, d’accompagner ceux qui souhaitent s’impliquer et de veiller à l’e-reputation de l’école.» Attention toutefois, la présence sur les réseaux sociaux implique d’accepter de ne plus tout maîtriser, prévient Olivier de Lapparent : «Il faut être prêt à répondre aux interrogations, accepter les interpellations, et jouer la carte de l’interactivité.»

La présence sur les réseaux sociaux implique d’accepter de ne plus tout maîtriser


Ce qui n’exonère pas de «se souvenir que l’on parle en tant qu’institution». Traduction : ne pas tutoyer les étudiants sous prétexte qu’on leur parle sur Facebook, ne pas répondre frontalement aux critiques même lorsqu’elles semblent violentes, ne pas céder à la tentation de la petite blague, etc. «Chacun reste à sa place, ce qui n’empêche pas l’interactivité ni le dialogue.»

S’agissant du retour sur investissement d’une telle politique, l’École centrale de Paris est en train de mettre en place une série d’indicateurs de performance, qui prendraient en compte l’influence des différents followers.

Afin de promouvoir certains programmes proposés aux professionnels, mastères spécialisés, cycles executive, il est par ailleurs prévu d’introduire un système de «e-reconnaissance», sur le modèle de ce qui se fait par exemple pour les hôtels ou restaurants sur des sites comme Trip Advisor. Enfin, des réseaux «d’ambassadeurs» sont également chargés de répondre aux interrogations de candidats qui fusent sur certains forums lors des oraux des concours.


• Compte Twitter : @centraleparis, 3.206 followers.
Page Facebook : http://www.facebook.com/ecolecentraleparis, 1.117 fans.

Caroline Franc | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires