Université de Nantes : une approche éditoriale des réseaux sociaux

Caroline Franc
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université de Nantes - Façade fac de lettres - © Mathieu Oui 2012
Université de Nantes - Façade fac de lettres - © Mathieu Oui 2012 // ©  Mathieu Oui 2012
L’université de Nantes voit les réseaux sociaux comme des outils permettant de renforcer le sentiment d’appartenance de ses étudiants. À condition que les contenus diffusés aient du sens.

L’université de Nantes a été l’une des premières universités à posséder son compte Twitter. Présente dès 2007 sur les réseaux sociaux, elle a toutefois réellement pensé sa stratégie en la matière deux ans plus tard, avec une stratégie résolument «éditoriale», explique son webmaster Vincent Génin. «Nous sommes une équipe Web de trois personnes au sein d’une direction de la communication rattachée au cabinet de la présidence. Un fonctionnement qui permet une grande souplesse dans notre prise de parole», détaille-t-il.

Vincent Genin - université Nantes «L’idée est d’apporter du contenu et que celui-ci soit vraiment anticipé et réfléchi. Toutes les semaines nous organisons une conférence de rédaction avec les acteurs concernés : chargés de communication, attachée de presse, webmaster, etc. Nous listons les sujets à traiter en fonction des différents médias.» L’ambition étant d’avoir «une vision à 360°», en gardant à l’esprit que les cibles ne sont pas les mêmes sur Facebook, YouTube ou Twitter, note encore Vincent Génin.

En l’occurrence, précise-t-il, les fans de la page Facebook sont pour près de 80% des étudiants de moins de 24 ans, en quête d’informations sur la vie de l’université, sur les activités culturelles ou sportives à venir. «L’objectif est vraiment de renforcer un sentiment d’appartenance, pas d’être dans une communication institutionnelle.» Sur Twitter, l’approche est tout autre : «Nous avons bien sûr des étudiants parmi nos followers, mais aussi des partenaires de l’université [collectivités, ministère, entreprises, etc.] et des journalistes. Le support est plus adapté à des livetweets sur des événements comme les Journées scientifiques de l’université.»

L’objectif est vraiment de renforcer un sentiment d’appartenance, pas d’être dans une communication institutionnelle



L’université de Nantes a par ailleurs opté pour une centralisation des procédures. Quand certains établissements possèdent une dizaine de comptes, Nantes mise sur un seul fil Twitter et une unique page Facebook. «Nous voulons avoir une image claire et simple, pour que l’identification à l’université se fasse facilement.» De même, une seule personne, Vincent Génin, a la responsabilité de l’animation de ces réseaux. «Une seule voix garantit une plus grande cohérence et une stabilité de notre présence», défend-il.

Ce qui n’empêche pas plusieurs enseignants, personnels administratifs ou étudiants de parler en leur nom propre. À leur intention, l’équipe Web a d’ailleurs publié un dépliant de quatre pages de conseils sur les bonnes pratiques à respecter sur les réseaux sociaux.

Dans les mois à venir, Vincent Génin prévoit de développer «l’événementiel» sur les réseaux, de multiplier les initiatives plus ludiques autour de l’actualité. «Pour asseoir sa présence et qu’une telle stratégie soit payante, il faut certes être réactif au quotidien, mais ne pas non plus oublier qu’on est sur le long terme. Bâtir une bonne e-réputation prend du temps et se construit», conclut-il.



• Facebook : http://www.facebook.com/univnantes, 9.481 fans.
• Twitter : @univnantes, 6.282 followers.

Caroline Franc | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires