Newsletter

Face au médiatique IEP Paris, Assas cherche à imposer sa marque

Sarah Piovezan
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Visibilité inégalée pour Sciences po. L'image et la marque sont le nouveau champ de bataille des établissements d'enseignement supérieur, c'est un fait. Pour exister, il faut être connu et reconnu. En la matière, Sciences po a une force de frappe quasi inégalée en France : son immense réseau de professeurs vacataires couvrant un large spectre de disciplines. De plateaux de télévision en interviews dans la presse, ils transportent avec eux le nom de l'institut et lui donnent un écho énorme. Pour ses concurrents, difficile de lutter.


Assas à la recherche d'une identification propre. « Harvard ou Stanford n'ont pas besoin de reconnaissance de l'État, leur nom leur suffit, explique le président d'Assas, Louis Vogel. La marque Assas doit elle aussi suffire à porter un diplôme, même si ce n'est qu'un DU (diplôme d'université). En cela, notre "collège de droit" est au cœur de notre politique d'identification forte. » Imposer sa marque, c'est aussi communiquer. Depuis son arrivée à la tête de Paris 2, Louis Voguel a donc instauré quelques rituels symboliques à fort contenu émotionnel, comme une cérémonie de remise de trophées aux majors de chaque master, en présence d'un parrain de promotion. Un concours de plaidoirie a également été lancé, devant un parterre de personnalités du monde juridique (bâtonnier de Paris, président de la Cour de cassation, etc.). Et, moins anecdotique qu'il n'y paraît, l'université va lancer, dès la rentrée 2009, une boutique en ligne, où les étudiants trouveront une série de produits dérivés siglés Assas, à la mode américaine. Dis-moi quelle est la couleur de ton mug, je te dirai qui tu es...


Sarah Piovezan | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires