Newsletter

Université de recherche et formations mutualisées : les ambitions de Paris-Saclay

Sophie Blitman
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le futur Centre de nanosciences et nanotechnologies © Michel Rémon Architecte
Le futur Centre de nanosciences et nanotechnologies © Michel Rémon Architecte

Axe de développement prioritaire de l'université Paris-Saclay, la recherche mobilise la majorité des fonds perçus dans le cadre des Investissements d'avenir, et de l'Idex en particulier. Tandis que la mutualisation des formations a beaucoup mobilisé les équipes sur le terrain.

Environ 10.000 chercheurs et enseignants-chercheurs, ainsi que 20.000 salariés de la R&D : tel est le potentiel scientifique de Saclay, qui devrait représenter à terme environ 15% de la recherche française. De quoi alimenter les ambitions des acteurs du plateau et, au-delà, des politiques qui souhaitent créer une "Silicon Valley à la française" et n'ont pas ménagé leurs efforts pour faire aboutir le projet – malgré les difficultés des établissements membres à proposer une gouvernance claire pour la future université. Retoquée lors de la première vague des Idex (Initiatives d'excellence) en 2011, Saclay a obtenu le précieux label – et ses financements – l'année suivante.

Reconnaissance internationale de taille, le pôle est en outre entré pour la première fois en août 2013 dans le top 8 mondial des World Innovation Clusters, établi par la prestigieuse MIT Technology Review.

Priorité à la recherche

Sur les 144,7 millions d'euros obtenus dans le cadre de l'Idex, 60% sont dévolus à la recherche, d'après les chiffres établis par la FCS (Fondation de coopération scientifique) pour la période probatoire de quatre ans. "Avec Paris-Saclay, nous créons une grande université de recherche, il est normal que les dépenses en la matière soient les plus importantes." Président de la FCS, Dominique Vernay tient à ce que les moyens soient en cohérence avec les ambitions affichées.

À côté des 11 Labex (Laboratoires d'excellence) sélectionnés dans le cadre des Investissements d'avenir, qui absorbent 64,5 millions d'euros, la FCS a lancé ses propres appels à projets de recherche, de manière à "soutenir ceux qui n'ont pas reçu le label national", explique Dominique Vernay. 15 millions d'euros ont été attribués à 12 "Labex maison", baptisés "Lidex". "Interdisciplinaires et inter-établissements, ces projets sont fondateurs pour la future université", souligne le président de la FCS.

Plus largement, l'idée est de mettre en place des "pôles cohérents autour de grandes thématiques", soutenus par des équipements de recherche à la pointe de la technicité. Parmi les projets phares, l'université Paris-Sud a lancé le chantier de l'ISMO (Institut des sciences moléculaires d'Orsay), évalué à 32 millions d'euros, et va développer un Centre de physique, matière et rayonnement qui associe deux constructions et deux réhabilitations pour un enveloppe de 98 millions d'euros. Autre réalisation prévue : un "centre de nanosciences et de nanotechnologies doté d'une salle blanche dont le coût est estimé à presque 100 millions d'euros", indique Hervé Le Riche, chef de projet campus à la FCS.

La mutualisation des formations était d'autant plus difficile que nos membres sont pour la plupart des établissements à très forte identité.
(D. Vernay)

Formations : la mutualisation au service de l'attractivité

Côté formation, la future université Paris-Saclay, qui rassemble 12 établissements d'enseignement supérieur, proposera 350 diplômes et 1.000 parcours répertoriés par la FCS. "Nous sommes la Comue (Communauté d'universités et établissements) qui est allée le plus loin dans la mutualisation de son offre de formation", se félicite Dominique Vernay, qui reconnaît que la tâche était "d'autant plus difficile que nos membres sont pour la plupart des établissements à très forte identité". Et de se satisfaire notamment que "le nombre de masters a été divisé par trois". Désormais au nombre de 50, ils permettront aux étudiants de suivre 350 parcours différents. De fait, le CGI (Commissariat général à l'investissement) constate qu'en prenant en charge la construction globale de l'offre de master de la future université, les établissements sont allés plus loin que ce qu'ils pensaient pouvoir faire.

Perspective intérieure du futur bâtiment de l'Ecole centrale Paris à Saclay © OMAPerspective intérieure du futur bâtiment de l'École centrale Paris à Saclay © OMA

Par ailleurs, un consensus a pu être trouvé autour d'un diplôme unique pour le doctorat, délivré par l'université Paris-Saclay. Un symbole fort dont, de fait, toutes les Comue ne peuvent se prévaloir.

Ce travail de mutualisation, qui a abouti à la définition de huit schools disciplinaires, constitue la principale action en matière de formation, explique la FCS, qui met en avant la volonté d' "imaginer des parcours attractifs".

Un objectif dont participent également les bourses de masters et de doctorat financées par l'Idex et délivrées dans le cadre d'appels à projets. S'ajoutent à cela des actions visant à développer la pédagogie innovante, à commencer par les Idefi (Initiatives d'excellence en formations innovantes) : l'Institut Villebon-Charpak a été doté de 2,5 millions d'euros et Ecotrophelia, de 3,5 millions.

Au total, 23,5 millions d'euros, soit 16% du budget de l'Idex, devraient être investis dans des actions de formation entre 2012-2016 – les 24% restants étant répartis sur des projets concernant la valorisation de la recherche, la vie du campus, l'international et la gouvernance. Le tout au profit d'étudiants et de chercheurs qu'il s'agit aussi, plus largement, d'accueillir au quotidien sur le campus. Un autre défi majeur que doit relever la future université.

 

Les huit "schools" de l'université Paris-Saclay
- Sciences fondamentales
- Ingénierie, sciences et technologies de l’information
- Économie et sciences sociales
- Biologie, médecine, pharmacie
- Biodiversité, alimentation, environnement
- Sport et mouvement humain
- Humanités
- Business, management
- Droit

 


Sophie Blitman | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires