Newsletter

50 établissements français prêts à tester les connaissances DD de leurs étudiants

Morgane Taquet
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Kedge Marseille // DR
Kedge Marseille // DR

Deux mois après son lancement, le premier test international des connaissances en développement durable est désormais disponible pour tous les établissements d'enseignement supérieur.

Comment faire prendre conscience aux étudiants de l'importance du développement durable ? Telle était l'une des questions débattues lors de la sixième édition des R2D2 (Rendez-vous des référents du développement durable), les 21 et 22 mai 2014 à LaSalle Beauvais. Le test de connaissances en développement durable, le Sustainable Literacy Test, se veut une des réponses possibles à cette problématique.

Lancé en avril 2014, notamment à l'initiative de Kedge, il est désormais parvenu à tous les référents DD des établissements de la CGE (Conférence des grandes écoles) "pour voir à quoi celui-ci ressemble, et en parler aux directeurs de programme", explique Agnès Kerecki, responsable du sujet à l'Essec et copilote du groupe de travail "compétences" commun à la CGE et CPU (Conférence des présidents d'université).

Pour le rendre pertinent dans le monde entier, deux tiers des questions sont les mêmes, le dernier tiers étant adapté au contexte local, en fonction des lois, de la culture, des habitudes… Pour cette version pilote, le test est diffusé dans 25 pays et traduit dans sept langues. Plus d’une centaine d’universités dans le monde ont déjà commencé à organiser des sessions d’examen pour leurs étudiants en début ou en fin de cursus.

En France, 50 établissements proposent déjà le test à leurs étudiants sur leur site Web, parmi lesquels dix universités, indique Jean-Christophe Carteron, directeur RSE (responsabilité sociétale des entreprises) de Kedge, et responsable de la mission internationale DD pour la CGE et la CPU. "Chaque établissement reste libre des modalités de passage du test", précise Agnès Kerecki. Toutefois, "l'idéal serait que tous les étudiants qui entrent dans un établissement le passent automatiquement", estime Jean-Christophe Carteron. Prochain objectif : 100.000 tests passés à travers le monde d'ici à la prochaine conférence de l'Unesco sur l'éducation au développement durable en novembre 2014 à Nagoya, au Japon.


Morgane Taquet | Publié le

Vos commentaires (1)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Olivier Ridoux.

Faire un test sans enseignement me semble bizarre. C'est renvoyer le DD à un fait culturel sans enjeu. Il me parait plus opportun de faire un enseignement de DD en le plaçant dans le contexte personnel et professionnel des étudiants. Et de faire ensuite un test selon les pratiques pédagogiques de la formation dans laquelle est placée le cours de DD.