Newsletter

Qui sont vraiment les profs de prépa ?

Chercheurs d'Actu
Publié le
Envoyer cet article à un ami

Les professeurs de classes prépas descendent dans la rue lundi 9 décembre 2013 pour s'opposer au projet de Vincent Peillon qui envisage de revoir leur statut et leurs rémunérations. Jacques-Benoît Rauscher, auteur d'une thèse de sociologie à Sciences po sur ce corps original, revient sur les particularités de ces enseignants. Une interview accordée à Chercheurs d'actu.

En quoi les revendications des professeurs de CPGE sont-elles différentes de celles de leurs collègues du secondaire ?

Quand les enseignants du secondaire manifestent, ils défendent au fond leur statut, l'image qu'ils ont de leur position, dans le but d'améliorer leur métier, leurs conditions d'exercice. Les enseignants de CPGE procèdent à l'inverse : ils défendent d'abord leur métier, leurs résultats, leur utilité, pour conserver leur statut particulier.  

En quoi les enseignants de classes préparatoires sont-ils à part dans l'Éducation nationale ?

Ils sont à part statutairement pour commencer. Ils ont un statut du secondaire mais enseignent dans le supérieur avec le droit de sélectionner leurs étudiants. D'ailleurs, la plupart de leurs mobilisations ont pour but de préserver ce statut.

Ils ont également un capital culturel différent de leurs collègues du secondaire. 90% sont titulaires de l'agrégation, 25% sont docteurs. Ils sont bien mieux payés que les autres professeurs puisque 82% déclarent toucher plus de 3.000€ net par mois. Ils sont plus souvent issus d'un milieu de cadres et professions intellectuelles supérieures que l'ensemble des professeurs du secondaire. Enfin, ils jouissent d'une certaine autonomie vis-à-vis de la hiérarchie, que ce soit le chef d'établissement ou l'inspecteur général.

Les professeurs de CPGE représentent l'excellence mais pas la prééminence

Peut-on dire qu'il s'agit de l'élite des professeurs ?

Pas exactement. Le terme "élite" regroupe deux idées, l'excellence et la prééminence. Les professeurs de CPGE représentent l'excellence mais pas la prééminence. Ils n'usent pas de leur statut pour influer sur les programmes du secondaire ou faire infléchir des politiques éducatives en général. Ils sont une niche à part dans le corps professoral.

Lire la suite de l'interview sur Chercheurs d'actu


Chercheurs d'Actu | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires