Académie : 7 recteurs délégués nommés à l’Esri et nouvelle valse des rectrices

Dahvia Ouadia
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Académie : 7 recteurs délégués nommés à l’Esri et nouvelle valse des rectrices
Un décret de 2019 a créé la fonction de recteur délégué à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation. // ©  Adobe Stock/Atlantis
Sept personnalités du supérieur sont nommées au poste de recteur délégué à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation, nouvelle fonction qui entre en vigueur cette année. Quatre autres femmes sont nommées à des fonctions de rectrices. Pour deux d’entre elles, il s’agit d’une première nomination à ce poste.

Ca bouge dans les académies. Sept personnes sont nommées au poste de recteur délégué à l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation (Esri) dans sept régions académiques, en février 2020. Il s’agit d’une nouvelle fonction créée, à partir du 1er janvier 2020, par un décret relatif à l’organisation territoriale du ministère de l’Éducation nationale et celui de l’Enseignement supérieur, la recherche et l’innovation publié en novembre 2019.

Trois femmes et quatre hommes parmi les nouveaux recteurs

Parmi les nouveaux recteurs figurent trois femmes et quatre hommes. La plupart sont des personnalités reconnues de l’enseignement supérieur. En effet, Simone Bonnafous, qui devient rectrice déléguée à l’Esri de l’Île-de-France, a été présidente de l'Upec (université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne) de 2006 à 2012, mais surtout Dgesip (directrice générale de l'enseignement supérieur et de la recherche) de 2012 à 2017. Fabienne Blaise, de son côté, a été présidente de l’université de Lille 3 de 2012 à 2018 puis rectrice de l’académie de Grenoble depuis 2018. Marie-Elisabeth Borredon était quant à elle déléguée régionale à la recherche et la technologie pour la région Occitanie depuis 2016.

On peut aussi citer Khaled Bouabdallah, président de la Comue Université de Lyon, qui devient recteur délégué de la région Occitanie ; Philippe Dulbecco, ancien président de l’Université d’Auvergne et inspecteur général de l’éducation, du sport et de la recherche, qui prend la fonction de recteur délégué en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Gabriele Fioni, précédemment directeur du projet Ither du CEA, devient, quant à lui, recteur délégué de la région académique Auvergne-Rhône-Alpes. Enfin, Claudio Galderisi est le nouveau recteur délégué de Nouvelle-Aquitaine. Il était président de l'Association Qualité de la science française. Il a aussi occupé plusieurs fonctions dans des laboratoires et équipes de recherche, notamment à l'Université de Poitiers.

Lire aussi : Recteurs : radioscopie d’un corps en mutation

Être un interlocuteur privilégié des établissements

Dans sept régions qui comprennent plusieurs académies, le recteur de région peut dorénavant s’appuyer sur un recteur délégué compétent dans les questions qui concernent l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation.

Ces recteurs sont donc les interlocuteurs privilégiés des universités, des écoles et des organismes de recherche sur le territoire. Les sept régions académiques concernées sont : Auvergne-Rhône-Alpes ; Grand Est ; Hauts-de-France ; Île-de-France ; Nouvelle Aquitaine ; Occitanie ; Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Cette évolution s’inscrit dans le cadre de la réforme de l’organisation des services déconcentrés des ministères de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur. Depuis le 1er janvier 2020, le recteur de région académique devient responsable de différents champs, dont l’enseignement supérieur, la recherche et l’innovation, la formation professionnelle, l’orientation et l’apprentissage. Autant de chantiers qui rendent nécessaires la création d’une nouvelle fonction.

Lire aussi : Bientôt un rectorat par grande région académique

De nouvelles rectrices

Quatre femmes sont par ailleurs nommées rectrices dans une nouvelle valse. Deux d’entre elles étaient déjà rectrices dans une académie, c’est le cas de Sophie Béjean, qui quitte ses fonctions de rectrice de l’académie de Strasbourg pour devenir rectrice de la région académique d’Occitanie et rectrice de l’académie de Montpellier en remplacement de Béatrice Gille.

De la même manière, Hélène Insel, rectrice de l’académie de Reims, devient rectrice de l’académie de Grenoble à la place de Fabienne Blaise qui devient rectrice déléguée à l’Esri.

Deux autres femmes deviennent rectrices pour la première fois : Elisabeth Laporte, inspectrice générale de l'éducation, du sport et de la recherche (IGESR), remplace Sophie Béjean à l’académie de Strasbourg, et Agnès Walch Mension-Rigau, aussi IGESR, prend la succession d’Hélène Insel à l’académie de Reims. Un vent féminin continuer de souffler sur les académies…


Dahvia Ouadia | Publié le

Vos commentaires (5)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Marcello.

Encore des copains - copines à placer ? Ces régions académiques sont du grand n'importe quoi le Grand Est par exemple n'est et ne sera jamais une région tout comme les autres regroupements. Ce sont des territoires pondus par des technocrates parisiens qui n'ont aucune logique historique, géographique ou culturelle.

EC_Lyon.

Il existe déjà des Délégués Régionaux à la Recherche et à la Technologie, dont l'une des missions semble être également de conseiller le recteur d'académie sur les questions d'innovation et de recherche. Ces nouveaux recteurs délégués ne font-ils pas double emploi ?

James.

Comme les recteurs un salaire prohibitif avec avantages net d'impot + prime annuelle de 50 000 euros. On peut se poser la question de la réelle nécessité de ces nomminations... Copinage ? Verrouillage... Une republique qui vit au delà de ses moyens et gaspille l'argent public... Pauvres contribuables.

jpjohet.

de nouvelles rectrices ...portées par le croupion!!

jjpjohet.

ils auraient pu mettre le mec d'ITER sans h du CEA-Cadarache recteur de la région PACA il connaissait au mois la région