Dominique Vernay, nouveau président du campus de Saclay

Sylvie Lecherbonnier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Dominique Vernay
Dominique Vernay
strong>Après s'être fait attendre, le conseil d’administration de la fondation de coopération scientifique du campus Paris?Saclay a finalement tranché et élu Dominique Vernay à sa présidence lors de sa séance extraordinaire du mardi 19 avril 2011.  Ce dernier a obtenu six voix, contre trois pour l’autre candidat, strong>Bernard Larrouturou.

Pour le nouveau président, "les prochains mois seront décisifs pour le campus". Il souhaite que "la communauté académique soit étroitement associée aux cotés des établissements à la construction de la future Initiative d’excellence par le biais d’un sénat académique qui sera mis en place rapidement".  Cette élection intervient en effet dans un contexte mouvementé après strong>la démission de Paul Vialle et la non sélection du campus de Saclay strong>lors de la première vague des Idex (Initiatives d’excellence).

Un homme d’entreprise

Diplômé de Supélec, Dominique Vernay, 63 ans, entre dans le groupe Thales en 1973 en tant qu’ingénieur de recherche et y restera tout au long de sa carrière professionnelle. En 1991, il est directeur de la division simulateurs d’entraînement en France puis en Grande-Bretagne. De 1996 à 2009, il est directeur technique du groupe et pilote l’internationalisation de la politique de recherche et technologie.  Président du pôle de compétitivité System@tic , fondateur du club des pôles mondiaux, membre des conseils d’administration du CNRS et de la FCS du Campus Paris‐Saclay, ou du conseil stratégique d’OSEO, Dominique Vernay s’est impliqué dans le monde de la recherche et de l’innovation.

Un profil d’homme d’entreprise très complémentaire de l’autre nouvel homme fort du Plateau, l’universitaire strong>Jean-Marc Monteil. Le Premier ministre, François Fillon, a chargé mi-avril 2011, l’ancien directeur général de l’enseignement supérieur strong>d’une mission pour "finaliser le projet Saclay". Dominique Vernay et Jean-Marc Monteil vont devoir travailler de concert et s’atteler à l’épineuse question de la gouvernance du campus. Avec une échéance : la deuxième vague de sélection des Idex, à l’automne 2011.


Sylvie Lecherbonnier | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires