Sciences po : Frédéric Mion dévoile sa nouvelle organisation

Olivier Monod
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Sciences po Paris - Hall d'entrée - péniche - Octobre 2012 - ©C.Stromboni
Sciences po Paris - Hall d'entrée - péniche - Octobre 2012 - ©C.Stromboni
Le changement débute à Sciences po. Frédéric Mion a annoncé, mercredi 10 avril 2013, la démission de Nadia Marik, directrice adjointe, remplacée par Brigitte Taittinger-Jouyet. Le nouveau directeur de l'institut parisien, dont le fonctionnement a été remis en question par le dernier rapport de la Cour des comptes, crée également un poste de secrétaire général.

Réorganisation rue Saint-Guillaume. Huit jours après sa prise de fonction, Frédéric Mion a procédé aux premiers changements dans l’organigramme de Sciences po. Annoncée le 10 avril 2013, la démission de Nadia Marik, jusqu'ici directrice adjointe et directrice de la stratégie et du développement, a immédiatement été compensée par l’arrivée de Brigitte Taittinger-Jouyet, au poste de directrice de la stratégie et du développement.

"Nous avons appris la démission en même temps que la nomination, regrette le président de l’Unef Sciences po, Nicolas Robin. Le recrutement s’est donc fait de manière confidentielle. Les hommes changent mais les pratiques restent. Ceci dit, nous n’avons que peu d’éléments sur Mme Taittinger-Jouyet, si ce n’est qu’elle est mariée avec un des membres éminents du CA, Jean-Pierre Jouyet. " [Sciences po a indiqué, vendredi 12 avril, que Jean-Pierre Jouyet avait quitté le CA, à l'Express]

A 54 ans, Brigitte Taittinger-Jouyet a été présidente de la Société des Parfums Annick Goutal de 1991 à 2012. Elle est également diplômée de l’IEP de Paris. "On reste dans l’entre-soi, regrette Ambroisine Bourbon, déléguée syndicale CGT au sein de l'institut. C’est bien de recruter une femme, mais ses liens avec un administrateur envoient un mauvais message."

Un secrétaire général et une instance d'évaluation

Seconde annonce du directeur-administrateur : la création du poste de secrétaire général, afin de "renforcer la coordination et le pilotage des fonctions supports (services généraux, ressources humaines, immobilier, systèmes d’information, service juridique, finances)", précise l’IEP dans un communiqué. Le poste sera occupé par Charline Avenel, 34 ans, énarque, diplômée de l’IEP de Paris, ancienne directrice adjointe du cabinet du ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (juillet 2007 à mai 2012).

Une annonce plutôt bien accueillie en interne. "Il s’agissait d’une demande, confirme Catherine Blanc, élue CGT. Cela va permettre de mieux coordonner les fonctions support, de mettre en place des procédures qui réduiront les souffrances des salariés."

Ces premières nominations inaugurent la prise en main de Sciences po par Frédéric Mion. Son principal chantier consiste à renouer la confiance entre les personnels et la classe dirigeante de l’institut. "Une entité d’évaluation devrait voir le jour sous l’égide du secrétaire général, explique Catherine Blanc. Cela permettra d’apporter de la transparence."

Ambroisine Bourbon met tout de même un bémol. "Nous ne voulons pas d’une transparence de façade, affirme-t-elle. La transparence doit porter sur les procédures, pas uniquement sur leurs résultats."


Olivier Monod | Publié le