Newsletter

Michel Bon nommé président de la Fnege par intérim

Cécile Peltier
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Michel Bon nommé président de la Fnege par intérim
Ancien président de la Fnege et actuel président d'honneur, Michel Bon assure l'intérim, après la démission de Bruno Lafont. // ©  plainpicture/Blend Images/Hill Street Studios
Le conseil d'administration de la Fnege, réuni le 12 décembre 2017, a choisi son ancien président, Michel Bon pour assurer l'intérim après la démission de Bruno Lafont, mis en examen dans le dossier Lafarge en Syrie.

L'ancien PDG de France Télécom, Michel Bon, aujourd'hui président du conseil de surveillance de Devoteam, reprend du service à la Fnege (Fondation nationale pour l'enseignement de la gestion des entreprises). Le conseil d'administration de la Fondation, réuni le 12 décembre 2017, l'a élu à l'unanimité pour assurer l'intérim après la démission, le 9 décembre, de Bruno Lafont. Ce dernier lui avait succédé en octobre 2016 à la tête de la Fnege.

Ce départ fait suite à la mise en examen, le 8 décembre, de Bruno Lafont, ancien PDG de Lafarge, pour "financement de terrorisme" et "mise en danger de la vie d'autrui" en Syrie, où le cimentier est suspecté d'avoir versé d'importantes sommes à Daech pour maintenir l'activité de sa cimenterie de Jalabiya. Le président démissionnaire de la Fnege était depuis 2015 coprésident du conseil d'administration de LafargeHolicim et président d'honneur du groupe Lafarge.

"UNE PERSONNALITÉ INCONTESTABLE"

Cette affaire a suscité une vive émotion au sein de la communauté. Une centaine de professeurs de management issus d'universités ou d'écoles avaient demandé à la Fnege, dès le 29 novembre 2017, au moment de la mise en examen de premiers cadres de Lafarge, la démission de Bruno Lafont. Dans un texte daté du 10 décembre, ces enseignants se félicitaient de son retrait et exprimaient leur souhait de voir une "personnalité incontestable" prendre le relais rapidement.

"La question du maintien de Bruno Lafont dans ses fonctions avait déjà été abordée au sein de la Fnege depuis plusieurs semaines. Quelle que soit sa situation, sa préoccupation a toujours été l'intérêt de la Fondation, il a d'ailleurs pris ses responsabilités", assure le délégué général de la Fnege, Maurice Thévenet. La Fondation a salué, le 12 décembre, "l’action importante de Bruno Lafont en [sa] faveur pendant ces derniers dix-huit mois".

La Fnege cherche désormais un nouveau président. Qu'il soit déjà membre de son conseil d'administration ou pas, il devra, conformément aux statuts, diriger une entreprise.


Cécile Peltier | Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires