Newsletter

D’Athènes à l’université française : le tirage au sort à travers les siècles


Publié le
Envoyer cet article à un ami
PAYANT - Tirage au sort, illustration
Dans certains domaines, la pratique du tirage au sort est tolérée, voire admise ; dans d'autres, elle est fortement critiquable et largement critiquée. // ©  plainpicture/Jasmin Sander
Sur le site de "The Conversation France", Odile Bernard, enseignante-chercheure en sciences de gestion à l'École de management de Normandie-UGEI, revient sur la pratique du tirage au sort au cours de l'histoire.

La sélection par tirage au sort des bacheliers souhaitant s'orienter vers des études de médecine, de psychologie ou de sport (Staps) fait actuellement polémique. En effet, le Conseil d'État a rejeté le 2 juin la suspension de la circulaire sur le tirage au sort, rendu utilisable lorsque le nombre de candidats pour une filière universitaire est supérieur au nombre de places disponibles.

Cette pratique du tirage au sort – qui, concernant le domaine des études supérieures, date d'au moins 2015 en France – a été régulièrement usitée au cours de l'histoire. Dans certains domaines, elle est tolérée, voire admise ; dans d'autres, elle est fortement critiquable et largement critiquée. En effet, puisqu'elle peut être définie comme le fait de faire un choix en laissant le hasard décider, les personnes concernées perdent leur pouvoir sur les événements.

Revenons sur cette pratique à travers les siècles.

Des magistrats choisis au hasard

Dans la Grèce antique, à Athènes, les sénateurs et les juges étaient tirés au sort. Cette pratique constituait une des particularités de la démocratie de l'époque. Plusieurs vocabulaires désignent cette technique : stochocratie, lotocratie, sortition (au Québec), clérocratie (du nom de la machine utilisée et nommée clérotérion). Cette méthode assurait les qualités de représentativité, de parité, et permettait de pallier le carriérisme ; en revanche, le risque d'incompétence y était, et reste, majeur.

Dans l'État de Florence, au XIVe siècle, un tirage au sort parmi les individus reconnus citoyens permet de pourvoir un mandat public, sauf en cas d'incompétence reconnue.

En France, au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Belgique, les jurés sont tirés au sort afin de constituer un jury populaire. L'avocat de la défense a toutefois la possibilité de refuser certains jurés. Cette participation démocratique, quasi forcée, constitue un droit autant qu'un devoir, et est considérée comme une "corvée irrécusable pour l'homme libre". En mettant en œuvre le phénomène de rotation des tâches, cette méthode élimine la corruption.

La loterie des conscrits

En France, de 1803 à 1872, les conscrits étaient tirés au sort afin de partir ou non à l'armée. De 1873 à 1889, le tirage au sort déterminait la période passée dans l'armée : soit cinq ans, soit seulement un an. À partir de 1890, le tirage au sort permet de déterminer l'arme d'affectation.

Cette pratique prend fin en 1905. Ce tirage au sort s'effectuait en présence du délégué du préfet, du maire et du capitaine de gendarmerie. Mais, la pratique courante et reconnue qui en découla fut celle du remplacement militaire, contre montant d'argent négocié devant notaire, qui exemptait d'armée les plus fortunés.

L'attribution d'un ordre de passage dans le temps

De nos jours, l'ordre de passage des candidats à l'élection présidentielle aux émissions télévisées, ainsi que la place sur les panneaux électoraux, est effectué par tirage au sort.

Dans le domaine du sport, cette pratique du tirage au sort est couramment utilisée pour définir les équipes adverses lors de matchs (sports collectifs, tennis, etc.), ou bien pour attribuer l'emplacement de départ d'une course.

De nombreux lycéens et étudiants sont confrontés à cette pratique, et ceci de manière totalement volontaire. En effet, une marque de vêtements et accessoires, au style très prisé par les jeunes, a trouvé un moyen de rendre ses produits encore plus désirables : la rareté. Pas de vente en ligne, très peu de boutiques avec des jours d'ouverture limités... et donc des files d'attente impressionnantes. Ainsi, l'entrée dans le magasin se fait-elle par tirage au sort. Toutefois, encore faut-il être présent très tôt pour s'inscrire !

Conséquence de l'exploitation astucieuse de cette rareté des produits en vente, les jeunes chanceux, qui ont pu se procurer les vêtements, revendent les biens sur Internet à prix d'or.

Dans ce contexte d'attribution d'un ordre de passage, le tirage au sort est couramment admis, soit en raison de l'évidence du besoin d'une organisation neutre (élections, sport), soit par respect d'une règle (valorisation de la rareté d'un bien).

Ce procédé d'attribution du droit d'acquérir un bien rendu artificiellement rare fait écho à l'attribution égalitaire d'un bien rare.

Lire la suite


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires