Newsletter

L’enseignement supérieur et la recherche, acteurs essentiels dans la lutte contre les changements climatiques


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université Nanterre © communication université Paris Ouest Nanterre La Défense
L'agenda des solutions de l'Enseignement supérieur et de la recherche est le fruit du colloque Eco-campus 3 organisé les 15 et 16 octobre à Paris-Ouest-Nanterre-la-Défense. // ©  Communication Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Jean-François Balaudé, Denis Guilbard, Jean-Michel Blanquer et Thomas Froehlicher signent une tribune sur "The Conversation France" pour réaffirmer l'engagement et le rôle capital que doivent jouer les établissements d'enseignement supérieur et de recherche dans la transition écologique.

En cette fin d'année 2015, dans le cadre de la COP21 qui voit 150 chefs d'État se réunir pour conclure un accord sur le climat qui met en jeu l'avenir de notre planète, l'Enseignement supérieur et la Recherche français publient leur agenda des solutions, présenté le 2 décembre au Bourget.

Celles-ci sont le fruit notamment des travaux du colloque Éco-campus 3, organisé les 15 et 16 octobre derniers par la Conférence des présidents d'université (CPU) et la Conférence des grandes écoles (CGE) à l'université de Paris-Ouest-Nanterre-la-Défense et à l'Essec Business School, et de Kedge Business School, qui a fondé le Sulitest (Sustainability Literacy Test).

Détermination

Les établissements d'enseignement supérieur français affirment aujourd'hui leur pleine détermination à s'engager dans le grand défi de la transition écologique et de la lutte contre le changement climatique ; ils soutiennent que leurs campus, intégrant ces enjeux, peuvent constituer des leviers majeurs pour la mobilisation de la jeunesse et la mutation des territoires vers de nouvelles formes de comportement et de vivre ensemble.

Universités et écoles, nous sommes des acteurs incontournables de ces défis :

parce que, en vertu de nos missions fondamentales, celles de l'enseignement et la recherche, nous avons la responsabilité de faire progresser la connaissance, l'acculturation et la formation des citoyens, et le développement des innovations nécessaires à l'accompagnement de la transition énergétique ;

parce que notre activité, avec les locaux et les usages qu'elle induit, impacte l'environnement, et que nous avons la responsabilité de réduire notre empreinte écologique ;

enfin, parce que, en raison de ces deux dimensions, nos campus représentent des démonstrateurs uniques permettant de déployer les solutions positives pour la lutte contre le changement climatique et servir d'exemple dans les territoires où nous sommes implantés, car c'est localement que les changements s'opèreront, en collaboration avec les collectivités, les ONG et les entreprises engagées dans une démarche de responsabilité sociétale.

Nos campus représentent des démonstrateurs uniques permettant de déployer les solutions positives et servir d'exemple dans les territoires où nous sommes implanté.

Plan vert

Mais nous n'avons pas attendu la COP21 pour nous engager concrètement dans la transition énergétique et écologique de nos campus !

Dès 2010, la CPU et la CGE ont lancé un Plan vert des établissements d'enseignement supérieur et de recherche, et mis au point le référentiel correspondant.

Chaque établissement universitaire a pu ainsi entreprendre un état des lieux, diagnostiquer ses points forts et ses points faibles, définir sa stratégie de développement durable, élaborer son plan d'action, le mettre en œuvre et développer un processus d'amélioration continu.

Cadre commun à tous les établissements, ce Plan vert illustre les actions menées, les initiatives développées et souligne les pratiques performantes.

Dans la continuité de ce travail, les conférences ont défini un label, véritable outil d'incitation à l'évaluation et au progrès continu, qui est un label "développement durable & responsabilité sociétale" ouvert à tous les établissements engagés dans cette démarche.

Jean-François Balaudé, président de Paris-Ouest-Nanterre-la-Défense
Denis Guilbard, directeur de Télécom École de management
Jean-Michel Blanquer, directeur général de l'Essec
Thomas Froehlicher, directeur général de Kedge business school

Lire la suite sur The Conversation


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires