Formation des enseignants au numérique : l’héritage inattendu de la crise sanitaire

De notre partenaire la Netscouade
Publié le
Envoyer cet article à un ami
Formation des enseignants au numérique : l’héritage inattendu de la crise sanitaire
// ©  insta_photos/Adobe Stock
PARTENARIAT. La formation des professeurs était un angle mort du débat sur la transformation numérique des universités. Par manque de ressources, de temps ou d’intérêt. Le confinement a précipité les choses et la formation au numérique s’est imposée en urgence. Evolution salutaire : les questions pédagogiques prédominent désormais sur les questions techniques.

Il y avait les beaux discours, les belles intentions. Et il y avait la réalité. Le numérique se heurtait depuis longtemps à un mur à l’université : la formation des professeurs. Le matériel et les outils ne suffisent pas si les principaux intéressés ne sont pas formés pour s'en emparer.

La pédagogie de nouveau sur le devant de la scène

Ce manque est apparu de manière criante au printemps 2020 quand les enseignements sont brutalement passés au tout-distanciel, dans des conditions souvent très dégradées. Mais c’est aussi par l’entremise de cette crise sanitaire que la formation des professeurs a pris un nouvel envol. Désormais entré de plain-pied à l’université, le numérique interroge les façons d’enseigner et remet sur la table un art trop souvent oublié, celui de la pédagogie.

La demande de formation en numérique n’a jamais été aussi forte. Au centre de ce nouvel enjeu, sollicités comme rarement auparavant, les ingénieurs pédagogiques. Leur rôle n’était pas toujours bien compris, ils sont aujourd'hui devenus indispensables sur les campus.

Ce sont eux qui ont accompagné les professeurs lors du grand exil numérique du premier confinement, répondant à toutes les demandes, tant techniques que pédagogiques, et formant sur le tas des centaines de professeurs paniqués. Loin d’être cantonnés à un rôle de hotline technique, l’émergence de ces acteurs accompagne une révolution pédagogique de velours.

Ingénieurs pédagogiques : précieux soutiens pour les enseignants pendant la crise sanitaire

A Angers, 800 demandes d’accompagnement

A l’Université d’Angers, les 17 ingénieurs pédagogiques sont regroupés au sein du "Lab’UA", un laboratoire des nouvelles pratiques qui connaît un engouement sans précédent depuis le début de la pandémie : pas moins de 800 demandes d’accompagnement reçues !

Le projet a soudain pris une autre dimension : "Avant la crise sanitaire, on était en relation avec un cercle d'enseignants qui nous suivait de près. C’était une vraie communauté, mais on était loin de toucher toute la communauté angevine universitaire", relate la responsable du Lab’ Nathalie Lusson. "La crise a amené vers nous la base des enseignants, avec qui nous avons commencé par les fondamentaux : une formation à l’utilisation de Moodle, la plateforme d’apprentissage utilisée dans notre université". L’expérience est la même au Pôle d’innovation pédagogique de l'Université de Paris, comme le souligne Vanessa Maupome.

Après cette première phase technique d’appréhension des outils de cours à distance, des thématiques pédagogiques se sont rapidement imposées, à la grande joie de ces professionnels. Cécile Badoual, vice-présidente de la transformation pédagogique à l'Université de Paris, a été bluffée par la rapidité du processus : "La transformation pédagogique par le numérique est normalement un lent et long processus, ça ne se fait pas d'un coup de baguette magique ! Mais cette crise sanitaire, en poussant à l’utilisation en urgence d’outils qui n’avaient pas été pris en main auparavant, a formidablement accéléré la prise de conscience chez les enseignants de la nécessité de repenser l’enseignement. Au début, c’était 'on va faire comme on peut'. Et maintenant que les professeurs ont goûté à d’autres modes d'enseignement, ils se demandent comment les optimiser dans leur spécialité".

Témoignage vidéo, Cécile Badoual, vice-présidente de la transformation pédagogique à l'Université de Paris

L’acte de décès du cours magistral

Un changement d’optique que confirme Nathalie Lusson : "Avant la crise, au Lab’UA, nous proposions surtout des formations orientées vers les outils. Mais maintenant que chacun sait utiliser techniquement Moodle, nous osons plus facilement aborder les questions pédagogiques et nous constatons un fort engouement. Les professeurs se demandent par exemple comment créer du lien en distanciel avec leurs étudiants : est-ce en créant un sondage, en envoyant un message sur le forum ? Ils sont obligés de repenser leur pédagogie, en l’adaptant au numérique et se posent des questions qu’ils ne s’étaient jamais posées auparavant".

La pandémie semble avoir signé l’acte de décès du bon vieux cours magistral. La visioconférence devient vite un enfer si les professeurs n’adaptent pas leur pédagogie à cette nouvelle donne. Pour recréer un lien aboli par les écrans, le besoin d’interaction avec les étudiants n’a jamais été aussi fort. C’est ainsi que l’application Wooclap, qui permet de développer l’interactivité avec les élèves via des QCM ou des sondages, connaît un grand succès dans les universités et grandes écoles.

Une formation des professeurs à la carte

Est-il possible de quantifier le temps nécessaire de formation au numérique ? La réponse ne coule pas de source. Cela dépend des professeurs, de leurs besoins, de leur motivation mais aussi, contrainte majeure, de leur temps disponible. Les services d’ingénierie pédagogique font du cousu main, en proposant des formations à la carte et de courte durée pour s’adapter aux agendas surchargés. A l’Université d’Angers, comme à l'Université de Paris, des formations à des outils comme Wooclap ou Panoptoo (enregistrement vidéo) sont proposés sur des formats très courts, 1h à 1h30.

Témoignage vidéo, Nathalie Lusson, responsable du Lab’ de l'Université d'Angers

Des webinaires sur des questions pédagogiques spécifiques sont également organisés. Mais la formation ne se limite pas à des cours, il y a également un travail d’accompagnement au fil du temps. Les professeurs peuvent envoyer des sollicitations par mail afin d’obtenir un rendez-vous en visioconférence d’une quinzaine de minutes et ainsi débloquer une situation.

La formation à la technique s’est faite à marche forcée, sous la pression de la crise sanitaire. Au moins, elle n’est plus à faire. Reste désormais à savoir si les réflexions pédagogiques entamées survivront à la crise et au retour (on l’espère…) au présentiel. Les ingénieurs pédagogiques en conviennent : cela passera avant tout par les échanges entre professeurs et leur partage d’expérience. "La réponse doit être institutionnelle, mais aussi par cooptation", souligne Cécile Badoual. Et si finalement la meilleure des formations était celle des pairs ?

Agence de communication corporate digitale, la Netscouade accompagne les marques, entreprises et institutions dans la création d’un engagement durable avec leurs publics. Ses métiers recouvrent l’éditorial, l’UX design, l’influence et la veille des conversations, avec une prédilection pour les problématiques sociétales : environnement, santé, éducation, culture, médias… Découvrez-en plus sur son site : https://lanetscouade.com/


De notre partenaire la Netscouade | Publié le