Newsletter

Le manque de moyens à l’université, concrètement, ça veut dire quoi ?


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Université Paris Descartes Paris 5
Le manque de moyens nuit à l'accueil et au suivi des étudiants. // ©  Camille Stromboni

Sur le site de "The Conversation France", Valérie Robert, maître de conférences à l'université Sorbonne Nouvelle Paris 3-USPC, détaille ce qui signifie au quotidien dans la vie d'un enseignant-chercheur le manque de moyens à l'université, sur les plans matériels, organisationnels et pédagogiques.

Les universités françaises, au contraire de leurs pendants "d'élite" que sont les classes préparatoires, vivent une catastrophe financière sans précédent, dont les conséquences se font sentir à tous les niveaux, du plus matériel (la taille et l'état des locaux, le chauffage ou la quantité de papier toilette) au plus fondamental (l'élaboration et la transmission de connaissances, missions de l'université mises en danger notamment par la suppression de groupes, de cours, de filières entières) en passant par l'organisation du travail, le statut et les conditions de travail des personnels.

Si les deux premiers niveaux sont les plus visibles et les mieux connus, le troisième mérite d'être mis en lumière. Il touche en effet l'accueil des étudiants, comme en témoigne leur indignation souvent justifiée ("C'est organisé n'importe comment, ici !"), leur étonnement désolé ("Vous faites les emplois du temps à la main ? Avec des Post-It ?") ou parfois leur admiration solidaire ("Merci pour tout votre travail, et on sait dans quelles conditions"). Tout ceci résulte de l'abandon financier des universités – que compense un engagement des personnels sans commune mesure avec leurs conditions de travail, leurs salaires et leur considération sociale.

Un sous-encadrement chronique

En principe, les tâches sont réparties ainsi : aux personnels administratifs tout ce qui relève de l'accueil des étudiants pour le volet "technique" (inscriptions, accès aux notes, information...), aux enseignants-chercheurs tout ce qui relève du pédagogique (ce qui inclut aussi l'organisation) et du scientifique. En réalité, la plupart des enseignants-chercheurs sont devenus des administratifs à temps partiel, voire à temps plein, au détriment de ce qu'est réellement leur métier.

Cela tient à un sous-encadrement administratif qui était déjà caractéristique du système français mais qui s'est fortement aggravé : le département que j'ai dirigé est ainsi passé en dix ans de cinq personnes à temps plein à 1,5 (un temps plein et un temps partiel). Tout congé maladie peut avoir des conséquences désastreuses puisque les étudiants n'ont alors plus d'interlocuteur. Les secrétaires pédagogiques, surchargés, travaillent régulièrement de chez eux le soir et le week-end, tout comme les enseignants, pour répondre aux questions des étudiants ou régler des problèmes.

Dans les universités françaises, organisation et management ont désormais pour fonction première – pour des raisons financières mais aussi idéologiques – de réduire les coûts. Pour économiser des postes, la plupart des universités ont créé des "plates-formes" administratives censées appuyer l'activité des départements, départements dont on a réduit les personnels.

Or ces structures ne peuvent remplacer ni la présence auprès des étudiants (dont l'accueil est la fonction la plus chronophage) ni l'expertise spécifique d'administratifs dédiés entièrement à un ou plusieurs diplômes. Dépouillant les structures "de proximité", elles contribuent à une bureaucratisation de l'université qui est l'exact contraire d'un accueil efficace. Les économies ainsi réalisées, avec au total moins de personnels, ont en réalité un coût, en temps de travail et en pression supplémentaire sur les personnels en première ligne.

Le management de la disette : réduction d'effectifs et précarité

Loin du mythe du fonctionnaire, les personnels administratifs sont en grande partie (plus d'un tiers dans mon université) et de manière croissante en situation précaire, enchaînant les CDD avec des salaires de misère (1.200 euros par mois pour une grande partie d'entre eux, avec parfois des contrats de 10 mois pour ne pas avoir à les payer durant les vacances...). Pourtant, on attend d'eux qu'ils compensent le sous-encadrement par un engagement personnel démesuré, et les universités ne continuent à fonctionner que grâce à cet investissement d'un certain nombre.

Cela a pour conséquence un turn-over important, les administratifs allant chercher ailleurs des conditions de travail décentes – avec pour conséquence une perte de l'expertise spécifique, notamment la connaissance des étudiants, des formations, des procédures, des collègues mais aussi des petits "trucs" permettant par exemple de maîtriser des logiciels complexes et souvent inopérants. Car en situation de disette organisée et d'organisation visant la réduction des coûts, il faut avoir recours au système D et aux bouts de ficelle.

Par ailleurs, nombre d'enseignants-chercheurs acceptent, dans l'intérêt des étudiants et par attachement au service public, de pallier les manques en se transformant de facto en administratifs. Ils sacrifient pour cela en grande partie leur activité de recherche et ainsi leur carrière. L'université fonctionne là aussi grâce au dévouement de quelques-uns, qui est fort peu (ré)compensé.

En tant que directrice de département, je touchais 64 heures complémentaires par an, à comparer aux quelque 30 heures hebdomadaires consacrées à cette fonction, à côté des heures consacrées aux cours et à la recherche (les semaines de 70 heures n'étaient pas rares). Les cas de souffrance au travail et de burn-out se multiplient dans les universités, et ce n'est pas un hasard. La "base" que constituent les personnels en première ligne subit une pression et un stress permanents et croissants, car s'ils sont moins nombreux, ce sont toujours eux qui sont les interlocuteurs directs des étudiants et que ceux-ci rendent responsables des (nombreux) dysfonctionnements.

Une génération d'enseignants-chercheurs sacrifiée

Quant aux conditions de travail des enseignants-chercheurs, elles sont la plupart du temps tout aussi déplorables : des salaires sans rapport avec leur niveau d'études et leur temps de travail réel ; pas de bureaux pour beaucoup d'entre eux, en particulier en sciences humaines et sociales, donc la nécessité de travailler chez soi, avec les coûts que cela implique ; pas d'assistants ; peu ou pas d'ordinateurs fournis par l'université...

Le statut même est désormais remis en question : les jeunes enseignants-chercheurs sont victimes d'une précarité généralisée. Les universités gérant désormais elles-mêmes leur masse salariale, elles font des économies en "gelant" les postes qui deviennent vacants, ce qui consiste en réalité, à long terme, à les supprimer. On continue donc de fonctionner avec moins de personnels titulaires (qui étaient déjà en nombre très insuffisant), dans le meilleur des cas en recrutant des personnels temporaires et des chargés de cours vacataires.

Ceci ne permet pas de garantir une continuité pédagogique ni un encadrement correct, car par nature les chargés de cours doivent avoir un emploi principal et ne peuvent donc être aussi présents pour les étudiants. La jeune génération d'enseignants-chercheurs est de toute évidence une génération sacrifiée, qui va de contrat en contrat (un an à Nantes, un an à Metz, un an à Paris...) avec peu d'espoir de disposer un jour d'un poste fixe.

Lire la suite sur "The Conversation"


| Publié le

Vos commentaires (4)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires
Martin.

Vous êtes peut-être un enseignant-chercheur très investi, mais je ne peux pas laisser dire que la majorité des enseignants-chercheurs travaillent 50 semaines par an et 60 heures par semaine. Les enseignants-chercheurs sont soumis à la durée légale du travail de 1 607 heures par an, mais seules les 192 heures (ETD) d’enseignement sont quantifiables. Par conséquent, vous pouvez avancer tous les chiffres que vous voudrez, c’est invérifiable !!! Concrêtement, 192 heures de cours sur l'année universitaire, réparties autour de 24 semaines de cours, c'est 8 heures de cours en moyenne par semaine, hors vacances scolaires. Effectivement, l'EC doit préparer ces heures d'enseignement et corriger les copies (il manquerait plus que ça !). Mais lorsque l’EC dépasse ce nombre d’heures, il comptabilise des heures complémentaires. Lorsqu’il se voit confier des charges administratives, il perçoit une prime et même une décharge d’enseignement. Sur la partie recherche, ce n’est pas la peine de l’évoquer dans la mesure où la charge de travail est totalement inquantifiable. Quand un EC consulte ses mails, il fait de la recherche … Vous évoquez la quantité des heures effectuées, mais vous n'évoquez pas la qualité de ces heures, que ce soit en termes d'enseignement et de recherche. Mais cette qualité peut être en effet évaluée au travers des taux de réussite et des indicateurs de recherche au niveau national (que je vous laisserez apprécier). Sans plaisanter, les EC sont privilégiés ...

Anne B.

Je suis administrative occupant des responsabilités dans une grande université française. Je ne partage pas les avis des enseignants-chercheurs qui estiment ne pas être privilégiés. Le service dont j’ai la responsabilité doit se contenter d’un budget restreint, amputé d’une partie distribuée en priorité aux composantes et aux enseignants-chercheurs. Alors si votre budget est en baisse le notre l’est encore plus car mon activité (à savoir l’insertion professionnelle) passe après l’enseignement et la recherche. En outre, dans la plupart des services centraux des universités, il y a un nombre important de contrats « précaires », mal rémunérés par rapport aux compétences de ce personnel et avec des niveaux de diplômes parfois équivalents à ceux des enseignants-chercheurs (Doctorat). Ces personnes sont souvent rémunérées au SMIC (voir légèrement plus, mais loin du salaire d’un enseignant) sans prime de recherche (entre autre !) et sans pérennité. En dehors de leur rémunération et de leur précarité, toutes ces personnes, qui travaillent tous les jours au côté des enseignants-chercheurs et qui eux aussi accompagnent les étudiants, manquent de reconnaissance dans un système où tous les pouvoirs sont donnés aux enseignants-chercheurs (même celui de diriger, manager, prendre des décisions importantes sur des thèmes qui leur sont souvent étrangers). Quel prix a la reconnaissance ? Alors merci de relativiser et d’avoir l’honnêteté de reconnaitre que malgré tous les enseignants-chercheur restent encore privilégiés.

Yves O.

Je suis totalement en accord avec Didier. Je suis dans une université scientifique et au niveau recherche, les enseignants chercheurs doivent se trouver leurs contrats afin de faire vivre leurs recherches. Ceci est du temps pris sur leur temps de la recherche. Ensuite, ils doivent exécuter de plus en plus de tâches administratives pour leurs enseignements puis assumer leurs cours. De plus, pour ceux qui interviennent en première année de licence, bien souvent, ils ont des étudiants pas très motivés et qui ne savent pas ce qu'ils vont faire comme parcours professionnel! Personnellement j'arrive encore à gérer, mais il est vrai que nous faisons plus de 60 heures par semaines pour que tout fonctionne et pour un salaire qui ne reflète pas les responsabilités mises en jeu.

Martin.

La réduction des moyens (qui est différente du manque de moyens) met en exergue les dysfonctionnnements, le manque d'organisation et les errances managériales présents depuis des années dans les universités. En absence d'organisation, ce sont les administratifs qui payent le prix fort de cette baisse de moyens, et non les enseignants-chercheurs qui restent priviligiés.

Didier COSTE.

Privilégiés, les enseignants-chercheurs, vous voulez rire? Ils gagnent sans doute encore un peu plus que les administratifs, mais, surtout au niveau professoral (bac + 12), ils n'ont plus que quelques jours de repos par an (s'occupant des thésards et de la préparation de nouveaux cours pendant l'été, corrigeant des examens ou des essais pendant les autres congés ou semaines sans cours, sans parler des réunions ou des colloques placés dans les "trous" d'emploi du temps). Donc, le plus souvent, si l'on fait son travail de Professeur, on travaille au moins 60 heures par semaine, au moins 50 semaines de l'année, et l'on termine sa carrière, le plus souvent, avec un salaire égal à celui d'un agrégé hors classe, 3700€ environ —salaire bloqué depuis dix ans et dont le montant net diminue d'année en année! En l'absence d'aides à la recherche, en Lettres, Langues, Arts et Sciences Humaines, et du fait du manque de documentation et de matériel, la minuscule prime de recherche, immuable depuis des dizaines d'années, et imposable, ne couvre qu'une fraction des frais engagés pour la recherche, les directions de recherche et l'enseignement (livres, colloques et congrès, matériel informatique et télécommunications). Faire partie d'un jury de thèse ou d'HDR, c'est assurément, outre fournir un travail considérable non rémunéré, de plusieurs dizaines d'heures, en être de sa poche! Les conditions de vie et de travail des EC de nombreux pays pauvres (Inde, Maroc...) sont considérablement meilleures qu'en France.

Les annuaires du sup

Newsletters gratuites

Soyez informés de l'actualité de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Abonnez-vous gratuitement

Je m'abonne