Newsletter

Quels usages des classements universitaires ?


Publié le
Envoyer cet article à un ami
Le campus de Harvard
Comme en 2015, Harvard conserve sa première place au classement de Shanghai, publié le 15 août 2016. // ©  Emmanuel Vaillant
Sur le site de "The Conversation", Stéphane Gregoir, doyen de Toulouse School of Economics, s'interroge sur les usages qui peuvent être faits des classements internationaux, selon la nature même des données utilisées et des traitements qui leur sont appliqués.

De nombreux classements d'universités sont aujourd'hui établis par des journaux spécialisés ou des institutions académiques. Les classements de Shanghai, du "Times Higher Education", de QS, du "Financial Times", de RePeC, de "l'Etudiant"... parmi tant d'autres, informent les futurs étudiants, leurs parents, les établissements d'éducation supérieure, le personnel universitaire et les autorités publiques.

Mais restons prudents : ces classements peuvent induire en erreur, du fait de la nature même des données qu'ils utilisent et des traitements qu'ils leur appliquent.

Choisir une université

Au cours des dernières décennies, la mondialisation a entraîné une hausse de la mobilité des personnes, et plus particulièrement des étudiants. Mais il est difficile pour l'étudiant globe-trotteur de comparer simplement les apports de différentes universités, car ces dernières sont organisées et financées de diverses manières.

À cause du coût que représente la collecte des données et de la multiplicité des critères, il est très difficile d'asseoir le choix d'un établissement en particulier. En Europe, des efforts ont été faits pour harmoniser les diplômes afin de faciliter la comparaison des différentes institutions par les étudiants et de permettre à ces derniers de passer d'un programme universitaire à un autre.

Mais il reste encore beaucoup de travail à accomplir. Les organismes nationaux et internationaux d'accréditation produisent des rapports détaillés, mais ces derniers sont souvent obscurs pour le non-initié.

Il serait plus approprié de regrouper dans des fourchettes de classement les établissements présentant des performances similaires.

Les classements d'universités sont plus lisibles, mais il n'est pas toujours facile de les interpréter. Les classements sont présentés comme scientifiquement exacts, mais les méthodes statistiques employées sont loin d'être robustes. Il serait plus approprié de regrouper dans des fourchettes de classement les établissements présentant des performances similaires.

Les établissements d'éducation supérieure participent en effet à des activités variées : éducation à différents niveaux de qualification et dans de nombreuses disciplines, recherches universitaires ou appliquées, services offerts par les bibliothèques, conseils d'orientation et accompagnement professionnel.

Ces différentes dimensions ne sont pas toutes nécessairement présentes au sein d'un même établissement, elles ne sont pas homogènes et comparables.

Un classement unidimensionnel ne peut être le résultat que de choix subjectifs quant à l'importance de ces dimensions. Certains critères ont donc un impact plus important que d'autres.

Le sens d'un rang

Dans ces circonstances, les différences de rang dans un classement peuvent résulter de choix implicites. Ainsi, les classements ne répondent pas nécessairement aux besoins des lecteurs, dont les priorités et les intérêts peuvent différer. Ils peuvent induire en erreur.

Certains d'entre eux, par exemple, adoptent une approche générale de l'efficacité économique sans vraiment intégrer les principes économiques adaptés à la situation des établissements d'éducation supérieure, comme la théorie des clubs et du bien public local. Sur la base d'approximations fragiles, d'autres peuvent proposer des comparaisons rétrospectives de la rentabilité d'un investissement dans une formation.

Les classements ne répondent pas nécessairement aux besoins des lecteurs, dont les priorités et les intérêts peuvent différer.


Ce faisant, ils ne prennent pas forcément en compte la pertinence du contenu des enseignements en relation avec les évolutions anticipées des exigences des marchés de l'emploi pour un pays donné, les salaires non perçus pendant le temps de la formation ou l'impact de la sécurité sociale sur les rémunérations.

Des données peuvent être omises, car il est difficile de se les procurer, ou parce qu'elles nécessitent des traitements trop complexes. D'autres classements évaluent la qualité scientifique d'un corps enseignant à un moment donné par des mesures résultant de processus longs et cumulatifs.

Des classements rétrospectifs et court-termistes

Bien qu'ils aient encouragé quelques établissements à investir dans des domaines négligés, les classements d'universités sont rétrospectifs et court-termistes. Ils ont tendance à être autoréalisateurs en renforçant la dimension réputationnelle sur laquelle ils reposent en grande partie.

Il est également plus avisé de ne pas se référer à un seul classement, mais d'en combiner plusieurs pour évaluer ces établissements sous plusieurs angles.

Certains classements recueillent ainsi les avis sur la réputation des établissements, mais ces avis, formulés par des professionnels qualifiés, peuvent être construits à partir des versions antérieures desdits classements (Bastedo et Bowman, 2009 ; 2010).

Il est donc prudent d'accorder uniquement du crédit aux classements qui exposent clairement leurs a priori lorsque ces derniers sont considérés comme pertinents. Il est également plus avisé de ne pas se référer à un seul classement, mais d'en combiner plusieurs pour évaluer ces établissements sous plusieurs angles.

Lire la suite


| Publié le

Vos commentaires (0)

Nouveau commentaire
Annuler
* Informations obligatoires