Un chirurgien-dentiste sur trois obtient son diplôme à l’étranger

Par Martin Rhodes, publié le 26 Septembre 2017
2 min

Après la Belgique pour les médecins, la Roumanie pour les étudiants en odontologie. Une étude dévoile qu’un tiers des chirurgiens-dentistes ont obtenu leur diplôme à l’étranger en 2015.

Selon une étude publiée en septembre 2017 par la DREES (Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques), en 2015, un professionnel sur trois nouvellement inscrit à l’Ordre national des chirurgiens-dentistes a obtenu son diplôme à l’étranger. À titre de comparaison, ils n’étaient que 10 % en 2010. La part de primo-inscrits venus de l’étranger a donc été multipliée par trois en l’espace de seulement six ans.

Qui sont ces nouveaux inscrits diplômés à l'étranger ? Essentiellement des étudiants d'origine étrangère. "Moins d'un sur huit avait la nationalité française", selon un ouvrage publié en 2016 par la DREES. À ceux-là s'ajoutent les futurs chirurgiens-dentistes français qui contournent le numerus clausus (1.199 places disponibles en 2017) en se formant hors de l'Hexagone. Contrairement à la filière médecine, le nombre de places offertes en odontologie a très peu évolué ces dernières années.

Lire aussi

60 % de diplômés à l’étranger en plus en 3 ans

La DREES constate une "hausse du nombre de diplômés à l’étranger exerçant en France". Les chiffres parlent d’eux-mêmes : "308 chirurgiens-dentistes diplômés à l’étranger se sont inscrits pour la première fois à l’Ordre et ont commencé leur activité en 2013 […] contre 500 en 2016", détaille l’étude. Autrement dit, l’Ordre a enregistré près de 60 % de jeunes diplômés à l’étranger en plus en seulement trois ans.

La grande majorité des diplômés à l’étranger proviennent d’Europe, notamment de Roumanie (46 % des diplômés à l’étranger inscrits en 2015), d’Espagne (22 %) et du Portugal (17 %).

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !