1. Bien choisir son master professionnel ou recherche
Coaching

Bien choisir son master professionnel ou recherche

Envoyer cet article à un ami

Aujourd’hui, le master universitaire est le diplôme phare de niveau bac+5 dans l’enseignement supérieur. Sa cohérence pédagogique garantit, à quelques exceptions près, d’excellentes perspectives d’insertion.

En quelques années, depuis la mise en place du dispositif LMD (licence-master-doctorat), le diplôme universitaire de master s’est taillé une place de choix dans le paysage de l’enseignement supérieur. Il compte plus de 2.500 spécialités professionnelles, plus de 1.300 en recherche, auxquelles s’ajoutent plus de 1.800 masters indifférenciés.

"Ce diplôme est une référence incontournable, souligne Jean-Michel Jolion, président du comité de suivi du master. Il a une cohérence pédagogique sur 4 semestres de formation et une visibilité incontestable sur le marché de l’emploi."

Dans la continuité de la licence générale (bac+3), le master couvre tous les grands domaines de compétences : sciences, arts, technologies, sciences humaines et sociales, lettres, langues... Il se décline le plus souvent en 2 versions distinctes : le master professionnel et le master recherche.

En principe, le premier a vocation à préparer les étudiants à être opérationnels en entreprise. Le second a pour finalité la recherche via un doctorat (bac+8). Mais en principe seulement, car, dans les faits, cette distinction entre master pro et master recherche n’est pas si marquée. Elle est même remise en cause par l’introduction d’unités professionnelles dans la plupart des filières recherche.

"Aujourd’hui, les profils sont de plus en plus croisés, observe Jean-Michel Jolion. Les entreprises recrutent des étudiants en recherche qui ont assimilé les enjeux liés aux applications professionnelles. De même, les profils pro peuvent se révéler d’excellents chercheurs."

Par ailleurs, comme les parcours sont plus ouverts, les étudiants s’autorisent des changements d’orientation. "En entrant en master 1, rien n’est jamais figé, note Daniel Simon, vice-président du CEVU de l’université Lyon 1. Selon les affinités qu’ils se découvrent, notamment lors des stages, les étudiants en 1re année de master pro ont toujours la possibilité de bifurquer vers une 2nde année de master recherche, et inversement."

Ces changements sont courants lorsque les mêmes équipes pédagogiques encadrent les 2 cursus recherche et pro et que les étudiants ont des cours en commun. Aussi certaines universités, à l’exemple de celle de Strasbourg, ont-elles décidé d’abandonner la division entre les 2 types de master. "Pour les étudiants comme pour les employeurs, cette distinction n’a plus de raison d’être", estime Emmanuel Caillaud, professeur à l’université de Strasbourg.


Sommaire du dossier
Les masters : entre sélection et réorientation Insertion professionnelle variable selon les spécialités du master Après le master, un soutien à la recherche d’emploi Master/3e cycle : un "effet établissement" à relativiser