La candidature de Laurie au M2 géographie et aménagement des espaces maritimes

Par Olivier Monod, publié le 17 Septembre 2013
5 min

La sélection du master

 

Héritier d'un DES (diplôme d'études supérieures) créé en 1976, le master géographie et aménagement des espaces maritimes de l'université de Nantes (44), a évolué vers plus de pluridisciplinarité et s'est dorénavant ouvert à la biologie, le droit, l'économie, l'écotoxicologie...

Il a une orientation professionnelle et est composé de promotion "de 17 ou 18" étudiants selon Brice Trouillet, responsable de la formation.

Chaque année, il reçoit une cinquantaine de candidatures, en comptant les étudiants issus du M1 de Nantes, qui doivent, eux aussi, passer par la case sélection. Au final, moins de la moitié d'une promotion vient du M1 local.

"Je conseille vraiment aux étudiants de prendre contact en amont avec nous afin de valider la conformité de notre master par rapport à leur projet, intervient Brice Trouillet. Il ne faut pas hésiter à être proactif dans sa démarche de construction de parcours et échanger avec l'équipe pédagogique et le laboratoire d'accueil."
 

Pourquoi Laurie a choisi ce master
  

"J'ai fait mon choix en deuxième année de licence, quand j'ai commencé à me demander ce que je voulais devenir. Je me suis orientée vers la géographie maritime, car c'est un beau sujet et un beau terrain.

Il existe plusieurs masters sur ce thème, mais celui de Nantes est le plus orienté vers les humanités, alors que les autres sont plus environnementaux. Ayant suivi mes études en partie à Nantes, je connaissais les équipes pédagogiques. Cela a joué dans ma décision.

À la fin de mon M1, j'ai préparé un dossier pour le M2, mais aussi pour les M2 de Brest (29) et La Rochelle (17)."

 
Sa candidature passée au crible

 


Son CV commenté

 

Après un bac L, mention assez bien, Laurie se frotte à la classe préparatoire, mais l'expérience tourne court. En un mois, la jeune fille s'aperçoit que la formation n'est pas faite pour elle et elle s'inscrit à l'université, en histoire. "Je laisse cet épisode dans mon CV pour montrer la diversité de ma démarche. J'ai pris le temps pour trouver ma voie, je me suis formée à différentes choses, cela me semble important."

Pendant sa première année d'histoire, la jeune fille redécouvre la géographie, le courant passe bien et elle décide de se spécialiser dans cette discipline. "La vraie accroche dans mon CV pour le master a été les stages que j'ai effectués."

Ceux-ci ont commencé en M1, "parce qu'avant, j'effectuais des petits boulots pour gagner de l'argent." Ils ne sont pas obligatoires dans le cursus, signe d'une certaine motivation et tous en lien avec l'aménagement maritime.

fleche-rouge Brice Trouillet, responsable du master

"Les dossiers sont étudiés par une commission pédagogique. Nous avons un prisme différent en fonction de l'origine du candidat. S'il vient de géographie, comme Laurie, les résultats académiques sont importants, ainsi que la maturité du projet professionnel.

S'il n'a pas fait un cursus en géographie, nous ferons plus attention à sa motivation, son originalité, et à l'apport qu'il pourrait avoir pour la promotion. Nous regardons aussi bien évidemment le type de stages, de missions et l'ouverture internationale des profils.

En termes académiques, sauf projet très solide, avoir des notes en dessous de 12 est pénalisant."

 
Sa lettre de motivation commentée

 

"J'ai appliqué une démarche très chronologique. J'ai expliqué mon cheminement intellectuel. Je me suis basée sur les lettres que j'avais déjà eues à écrire : je me présente, j'explique mon parcours. Au final, j'ai fait trois parties : qui je suis, d'où je viens et où je veux aller.

Ayant déjà effectué deux métiers de cadre dans la fonction publique, je voulais plutôt partir vers l'expertise.

À la relecture, c'est vrai que j'ai peu parlé de ma bonne connaissance de leur master, je ne sais pas trop pourquoi..."
  

fleche-rouge Brice Trouillet, responsable du master

"Il s'agit de la pièce la plus importante du dossier ! Elle doit contenir toutes les informations primordiales. La justification du parcours, du projet professionnel. On doit lire entre les lignés la maturité et la cohérence de l'ensemble. Il faut aussi nous dire pourquoi choisir ce master plutôt qu'un autre.

Les deux éléments clés sont vraiment la réflexion par rapport au projet professionnel et la connaissance de notre formation. Quitte à formuler des doutes et à émettre plusieurs hypothèses quant au projet professionnel, nous préférons une sincère réflexion.

Dans le cas de Laurie, son projet autour de la pêche, avec une approche anthropologique et géographique nous a intéressés. Aucune personne n'était intéressée par le secteur dans cette promotion et nous savions que Laurie est une étudiante dynamique avec de bons résultats."

 
Sa synthèse d'un travail de M1 commentée

 

J'ai envoyé un diagnostic territorial. Je l'ai fait pour le dossier. Le but est plus de montrer la démarche, la méthodologie, l'appropriation du sujet.
  

fleche-rouge Brice Trouillet, responsable du master

"Pour les étudiants que l'on connaît moins, cela nous permet de voir comment ils travaillent. Nous sommes attentifs à la manière de présenter leur projet, sur la forme, mais dans le fond aussi, à la cohérence avec le projet professionnel présenté. La cohérence de l'ensemble est primordiale.

Articles les plus lus

A la Une Master, mastère, MBA

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !