1. Entrée en mastère spécialisé : des candidatures passées au crible
Décryptage

Entrée en mastère spécialisé : des candidatures passées au crible

Envoyer cet article à un ami

Labels délivrés par certaines grandes écoles d’ingénieurs ou de management, les mastères spécialisés sont très sélectifs. Pour postuler à ces postbac+5 (ou postbac+4 avec 3 ans d’expérience) coûteux et pointus, vous devrez constituer un dossier solide, avec lettres de recommandations, passer des tests comme le TOEIC ou le TAGE-MAGE, et argumenter votre motivation lors d’un entretien. Comment convaincre ? Voici 6 candidatures réussies commentées par les jurys de sélection.

La sélection du mastère spécialisé


Claire mastère spécialisé Créé en 1987, le mastère spécialisé "Médias" de l'ESCP-Europe est la plus ancienne formation européenne en management des médias. En 2010, sur les 121 candidats, 73 étaient admissibles et seuls 24 ont réussi l’oral d’admission.

Dossier + écrit + oral : sélection en 3 étapes.

L’examen d’un dossier (CV, lettres de recommandation, description du projet professionnel en 1 page) est complété par des épreuves écrites (culture générale et test d’anglais) pour les candidats n’ayant pas de score TOEIC (Test of English for International Communication), TOEFL iBT ou GMAT (test de mathématiques en anglais). Tous sont ensuite soumis à une épreuve écrite spécifique au MS Médias : l’épreuve d’originalité. D’une durée de 2 heures, cet écrit vise à "mettre en valeur les capacités créatives qu’un parcours scolaire n’a pas forcément permis de mettre en avant", explique Ghislain Deslandes, directeur scientifique du MS. La seconde étape, l’oral, permet de sélectionner les candidats qui formeront la nouvelle promotion.

"Les candidatures que nous recevons sont très ouvertes, poursuit-il. Evidemment, les diplômés de Sciences po sont nombreux, tous ont de très bons dossiers : il faut donc savoir se démarquer pour se faire remarquer ! Mais dans l’ensemble, nous accueillons 1/4 d’universitaires, 1/4 de Sciences po, 1/4 de diplômés d’écoles d’ingénieurs et 1/4 de parcours "atypiques" : normaliens, ingénieurs, juristes. Sur le marché du travail, ces profils ont la côte".

Les frais de scolarité s'élèvent à 11.600 €
 

Pourquoi Claire a-t-elle choisi ce mastère spécialisé ?


"Mes études à Sciences po m’ont offert une formation très généraliste. Ce mastère me donnait la possibilité d’évoluer dans le monde des médias, tout en ayant une approche spécialisée en marketing et en commerce". Claire n’a pas postulé à d’autres formations : si elle n’avait pas été reçue à l’ESCP-Europe, elle aurait cherché un premier emploi. "Le prestige de la formation et la richesse du réseau des anciens ont été des éléments primordiaux dans mon choix".

La candidature de Claire passée au crible


Son parcours scolaire commenté

Après un bac S mention "bien", Claire entre en prépa littéraire à Bordeaux, puis, au bout d’un an, réussit à intégrer Sciences po Paris en 2e année, "avec l’idée très claire de devenir journaliste". Non retenue au master journalisme de l’IEP (institut d'études politiques), elle se dirige alors vers le master "Affaires publiques", filière culture. Sur son CV, Claire mentionne aussi sa note à l’IELTS (test d’anglais), sa maîtrise de logiciels (Microsoft Office, Adobe Photoshop, etc.) et son activité au sein d’une compagnie de théâtre.

Diplômée et très "active".
Pour Ghislain Deslandes, le parcours de Claire est classique, mais de très bon niveau : "Comme beaucoup d’élèves de Sciences po, elle possède une mention au bac. Je note aussi un activisme associatif tourné vers la culture : ce n’est pas négligeable, car cela entre en résonance avec l’identité même du mastère.

Le stage long de Claire est un plus.
Pour Claire, son stage de 6 mois chez Europa Cinema est l’expérience professionnelle la plus significative. A la suite de cette collaboration, réalisée dans le cadre de son M2 à Sciences po, l’entreprise l’a embauchée en tant que free-lance pour poursuivre sa mission. De son côté, le directeur du MS estime que son expérience professionnelle tournée vers les médias est un excellent point. "Cela prouve qu’il y a une adéquation entre son discours et ses actes. De plus, ses employeurs sont fidèles et semblent apprécier son travail."

"Montrer que je savais ce que je voulais".
"Pour répondre à la question concernant mon projet professionnel, je me suis basée sur mon expérience chez Europa Cinema, explique justement Claire. Je pensais avoir une certaine légitimité à en parler, après avoir travaillé dans cette entreprise pendant plusieurs mois. J’ai donc décrit avec précision mon envie de travailler dans le monde de la distribution de films indépendants, en montrant que je savais ce que je voulais".

Exposer une vision large du secteur "médias".
"Le dossier est bien écrit et ses idées sont bien structurées, souligne Ghislain Deslandes. Elle a une façon très "MS Médias" de décrire la filière distribution : elle est attentive à la fois à l’aspect artistique et au côté économique. Cette double préoccupation est intéressante. Mais le fait de tout miser sur la distribution comporte aussi un risque : fera-t-elle preuve d’assez d’ouverture d’esprit pour appréhender toutes les matières proposées durant le cursus : journalisme, communication, etc. ?"
 

L’entretien de Claire commenté

 
Face à 5 personnes, dont des anciens du MS.
"J’ai passé mon entretien d’admission le lendemain du grand oral de Sciences po !, se souvient la jeune femme. J’étais vidée, fatiguée et très tendue. Heureusement, je m’étais bien préparée à cet examen. Face à moi, il y avait 5 membres du jury, parmi lesquels des anciens du MS. L’entretien s’est plus apparenté à une discussion, avec des questions sur mon parcours, le monde de la distribution et mes goûts culturels. Je suis sortie en me disant : il n’y a pas eu de drame, on verra bien !"

"Claire s’est montrée "curieuse, motivée et ouverte d’esprit", expose Ghislain Deslandes. C’est ce que nous cherchons : des candidats avec qui nous avons envie de passer du temps pendant les prochains mois et que nous recruterions en toute confiance si nous étions DRH. Les compétences professionnelles sont aussi importantes que les qualités personnelles. Pour mettre toutes ses chances de son côté, mieux vaut préparer l’entretien. Il faut savoir se présenter, écouter les jurés, rebondir sur leurs propos et faire preuve de diplomatie."

La candidature détaillée de Claire :


Claire Candidature Mastere Spe


Sommaire du dossier
Comment Mehdi a réussi à entrer en mastère spécialisé conseil en stratégie d’HEC Comment Caroline a réussi à entrer en mastère spécialisé agroalimentaire à l’EM Lyon / Montpellier SupAgro Comment Sandra a réussi à entrer en mastère spécialisé télécommunications à Télécom Bretagne Comment Yohann à réussi à entrer en MS environnement à AgroSup Dijon