La checklist pour rédiger une problématique de mémoire pertinente !

Par Superprof, partenaire de l'Etudiant, publié le 22 Juin 2022
10 min

Si vous êtes à la fin de la première année de votre master, vous commencez sans doute à vous intéresser à votre mémoire qu’il faudra rédiger en deuxième année. En tout cas vos professeurs ont déjà dû vous en parler et vous devriez vous y intéresser.

Prenez le temps des vacances d’été pour réfléchir à votre sujet et à votre problématique. En général, on vous demande de valider le tout avant les vacances de Noël mais plus vous prenez de l’avance, mieux c’est, car le mémoire est un gros travail.

Spoiler alert : la problématique d’un mémoire ne se rédige pas de la même façon qu’une problématique en dissertation ou en commentaire littéraire.

Vous allez devoir apprendre une nouvelle méthodologie, celle du mémoire de fin d’études.

Pas de panique, en y allant étape par étape, tout devrait bien se passer. Et on commence par le début : dans cet article, on vous aide à bien définir votre problématique qui vous suivra tout au long de l’année jusqu’à votre soutenance.

Prérequis : bien délimiter le sujet de votre mémoire et le valider

Avant même de réfléchir à votre problématique, il faut que vous soyez sûr de votre sujet de mémoire universitaire ou professionnel et que vous l’ayez validé auprès de votre directeur de recherche. Et pour cela, plusieurs étapes s’imposent.

Prenez connaissance des consignes de votre université ou école

Commencez par prendre connaissance des consignes de votre université ou de votre école.

Un sujet sera parfois imposé ou semi-imposé, de même pour le plan à suivre. Il y a également peut-être des règles à suivre comme l’obligation de réaliser une étude terrain, une étude qualitative ou une recherche expérimentale.

Il faut que vous soyez au courant des prérequis avant même de vous lancer dans la recherche de votre sujet et de votre problématique.

Le choix du sujet de votre mémoire avec la méthode de l’entonnoir

Plus facile à dire qu’à faire, mais ne vous en faites pas, en suivant nos quelques conseils, vous devriez y parvenir sans mal.

Le meilleur moyen de définir le sujet : la méthode de l’entonnoir.

Commencez par un sujet vaste et précisez-le petit à petit (sans pour autant que le sujet soit trop restreint).

1. Essayez d’associer deux domaines d’études pour que votre sujet soit riche. Par exemple, la politique et les réseaux sociaux, la littérature et le féminisme, l’histoire et le cinéma, l’économie et l’art, la publicité et l’écologie…
2. Une fois que vous avez trouvé vos deux domaines d’études, continuez d’affiner. Par exemple, si on prend le sujet « littérature et féminisme », il faut préciser : « le féminisme dans la littérature » > « la présence du féminisme dans les romans / les poèmes / les essais » > « la représentation de la femme dans le roman », etc.
3. Pour descendre un peu plus dans l’entonnoir, nous vous recommandons de délimiter géographiquement et/ou temporellement votre sujet. Par exemple, « la représentation de la femme dans les romans français du XXe siècle ».

Si vous manquez d’idées, consultez des mémoires déjà rédigés sur le thème de mémoire que vous aurez choisi. Il ne s’agit pas de copier un sujet de mémoire mais de vous en inspirer pour amener un angle nouveau.

Validez votre sujet de mémoire

Une fois que vous pensez avoir trouvé votre sujet de mémoire, vous pouvez en parler avec votre directeur de mémoire mais nous vous conseillons de cocher chaque point de cette checklist :

  • Avez-vous suffisamment de connaissances sur le sujet ?
  • Y a-t-il assez de ressources pour étayer le sujet ?
  • Est-il possible d’établir un plan équilibré ?
  • Avez-vous assez de temps pour répondre au sujet ? Sous-entendu, l’avez-vous assez restreint ?
  • Le sujet vous passionne-t-il assez pour travailler dessus pendant un an ?

Vous avez répondu non à l’un de ces points ? Il va falloir retravailler, faites-vous aider si besoin par votre directeur de recherche ou un professeur particulier.

Tout est ok jusque-là ?

Vous pouvez commencer à réfléchir à votre problématique en suivant les différentes étapes détaillées dans les prochaines parties.

1er checkpoint : la problématique traite d’un seul problème

Partez du sujet que vous avez choisi et élaborez une série de questions sur le cadre conceptuel du thème, on va prendre pour l’exemple littérature et féminisme.

Partez d’une idée reçue sur le thème afin de délimiter votre champ de recherche et d’identifier les faits. Puis posez-vous des questions autour du thème.

Cela vous permettra de mieux structurer les données et les résultats attendus afin de formuler une problématique qui répondra à UN SEUL problème.

Par exemple, les questions pourraient être :

  • Qui sont les auteurs féministes ?
  • Quelle époque voit apparaître les premières œuvres féministes ?
  • Qu’est-ce que le féminisme ?
  • Quelle est l’évolution du féminisme dans la littérature depuis ses débuts ?
  • Quelle est l’influence des auteurs féministes à telle ou telle époque ?
  • Comment sont-ils perçus ?
  • Etc.

Toutes les questions mèneront à une question centrale qui regroupera tous les problèmes soulevés. Par exemple, « les féministes sont-elles des femmes dans les romans français du XXe siècle ? »

On va partir de cette problématique et vérifier qu’elle passe bien tous les points de contrôle de notre checklist de la problématique pertinente.

2e checkpoint : elle met en lien différents concepts

La problématique de recherche englobe un seul problème mais sous différents aspects.

Par exemple, « La motivation des salariés en entreprise repose-t-elle sur des leviers financiers ? »

Dans ce cas, trois notions principales sont en jeu : l’environnement de l’entreprise, les théories de la motivation salariale et les procédés d’intéressements financiers.

Pour continuer sur notre exemple « littérature et féminisme », plusieurs concepts sont également en jeu : le féminisme, qui se sent concerné par la question et le roman en France au XXe siècle.

Si vous avez bien utilisé la méthode de l’entonnoir pour trouver un sujet de recherche, ce point de contrôle devrait être validé d’office.

3e checkpoint : elle est simple, précise, concise, cohérente

Troisième élément à prendre en compte : votre problématique doit être simple, précise, concise et cohérente.

Ne faites pas une phrase de dix lignes. Vous devez absolument synthétiser toutes les questions que vous vous êtes posés en une phrase qui tient sur une ligne, deux maximum.

Vous ne devez qu’énoncer les concepts. Vous les expliquerez dans votre introduction.

Votre problématique doit être facilement compréhensible par n’importe qui, même quelqu’un qui n’est pas familier avec le sujet. N’utilisez pas de mots compliqués, faites simple.

Notre problématique passe-t-elle le checkpoint n°3 ? Haut la main !

4e checkpoint : la problématique de mémoire se présente sous forme de question fermée

Il s’agit de la principale différence entre une problématique de mémoire et une problématique de dissertation ou commentaire.

Dégager une problématique de mémoire, c’est trouver une question fermée : on doit pouvoir répondre par oui ou non, contrairement à une problématique de dissertation qui commence souvent par « pourquoi » ou « en quoi ».

Le but de votre problématique est de confirmer ou d’infirmer des hypothèses de départ. Évidemment, dans votre mémoire, vous n’allez pas seulement répondre par oui ou non mais apporter des nuances.

4e checkpoint validé pour notre problématique : « les féministes sont-elles des femmes dans les romans français du XXe siècle ? »

5e checkpoint : elle est originale mais plausible

Cinquième élément à contrôler : l’originalité de votre problématique.

Lors de vos recherches, notamment auprès de mémoires déjà rédigés, vous ne devez pas copier-coller une problématique que vous avez rencontrée.

Une bonne problématique est originale et innovante pour le thème du mémoire.

Mais attention, vous devez faire un arbitrage entre une problématique trop banale qui sera sanctionnée (« les féministes sont-elles forcément des femmes dans la littérature ? ») et une problématique trop originale où il n’y a aucune documentation disponible.

Concernant la problématique pour notre exemple, elle est suffisamment originale pour ne pas avoir été traitée de nombreuses fois et il y a assez de ressources pour pouvoir se documenter. Checkpoint 5 réussi.

6e checkpoint : elle est utile

Dernier point à vérifier : votre problématique est-elle utile ?

L’utilité de votre mémoire est évidemment relative à votre situation. On ne vous dit pas qu’il doit changer le monde ou l’avenir d’une profession. Mais il doit vous être utile au moins à vous et être pertinent pour votre domaine et/ou votre entreprise.

Elle peut être utile à différents degrés :

  • Pour votre entreprise si vous êtes en master professionnel
  • Pour votre domaine de recherche
  • Pour la suite de votre parcours (études, travail…)

Si vous vous destinez à des études de journalisme par exemple, la problématique « les féministes sont-elles des femmes dans les romans français du XXe siècle ? » pourrait évoluer pour s’orienter vers la presse du XXe siècle ou les réseaux sociaux du XXIe siècle.

Si vous voulez devenir professeur de français ou de littérature en lycée ou à l’université, le sujet est parfait pour votre domaine.

Vérifiez la pertinence de votre problématique !

Pour trouver LA problématique pertinente de votre mémoire de licence, votre mémoire professionnel ou votre mémoire de fin d’études, il y a quelques points à valider :

1. La délimitation du sujet
2. Un seul problème auquel répondre
3. Différents concepts mis en parallèle
4. Pensez simplicité, précision et cohérence
5. Optez pour une question fermée
6. Une problématique originale mais avec de la documentation existante
7. Une problématique utile pour vous et votre domaine.

Alors, votre problématique passe-t-elle la checklist ?

Lire aussi

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une Master, mastère, MBA

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !