1. Admission en master 2 : un manque d’information sur les critères

Admission en master 2 : un manque d’information sur les critères

Envoyer cet article à un ami

QUESTION AU MÉDIATEUR - Une université peut-elle refuser l'accès en master 2 à un étudiant ayant validé son master 1 dans un autre établissement ? Charles, ne comprenant pas le refus qu'il a essuyé étant donné la qualité de son dossier de candidature, a posé la question au médiateur.

Titulaire d’un master 1 de droit public avec mention et ayant un très bon dossier, Charles a été refusé en master 2 dans une autre université. Il a saisi le médiateur parce qu’il ne comprenait pas les raisons de ce refus. Le médiateur lui a appris que la priorité était donnée aux étudiants formés dans l’université proposant ce master.

Le problème posé


Charles, titulaire d’une double licence droit-sciences politiques et d’un master 1 de droit public avec mention, souhaite entrer dans un master 2 au sein d’une autre université. Il a saisi le médiateur après avoir essuyé un refus au motif « qu’il ne remplissait pas les critères d’admission dans ce master ».
Sur le site Internet de la formation, l’étudiant avait pu lire que l’accès était réservé aux titulaires d’un master 1 de droit et que la sélection se faisait sur dossier, sans plus de précision. Il ne comprenait donc pas en quoi les critères ne lui permettaient pas d’accéder à la formation. Il a été d’autant plus surpris qu’il se sentait assuré d’être sélectionné, eu égard à son bon dossier, sans aucun redoublement, avec une mention à son master 1. Etant l’un des meilleurs élèves de sa promotion, il trouvait légitime de postuler dans une plus grande université.


Qu’a fait le médiateur ?


Le médiateur a pris contact avec l’université choisie par Charles. Il lui a été précisé que l’effectif du master 2 était de 25 places dédiées « en priorité » aux étudiants formés au sein de ladite université. Par ailleurs, lors de l’étude de son dossier, la motivation de l’étudiant pour intégrer un master aussi rigoureux a été mise en doute par le jury. Raison invoquée : Charles n’avait pas effectué de stages lors de sa scolarité.
En retour, le médiateur a précisé qu’à aucun moment les étudiants ne pouvaient avoir accès à ces critères de sélection, qui n’étaient pas précisés sur le site Internet.
L’université a noté la remarque du médiateur mais a souligné qu’elle avait agi dans la légalité puisqu’aucun texte n’exige la diffusion des critères d’admission en master 2.
Au final, Charles a informé le médiateur qu’il avait été accepté dans un autre master réputé encore plus sélectif au sein d’une autre université.


Que faut-il retenir ?


Pour chaque master 2, le médiateur souhaite que les critères d’admission pris en compte par les commissions pédagogiques soient publics et accessibles.
L’accès en master 2 peut être restreint par l’application de différents critères. Dans le cas présenté, ces critères étaient l’université d’origine et la réalisation de différents stages lors de la scolarité. Certaines universités n’acceptent en master 2 que les étudiants ayant obtenu une certaine moyenne à leur master 1. En général, les étudiants n’ont pas accès à ces informations qui leur permettraient pourtant de mieux envisager leurs chances de sélection. Et cette absence de transparence induit une incompréhension chez les étudiants dont le dossier est refusé.
Le médiateur souhaite que les décisions de refus d’admission soient systématiquement motivées et que tout rejet d’une candidature en master 2 soit accompagné d’une proposition d’orientation vers un autre M2. 


Contacter le médiateur de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur
Les coordonnées du médiateur et des médiateurs académiques