1. Mémoire : le témoignage de Claire, qui court après le temps
Témoignage

Mémoire : le témoignage de Claire, qui court après le temps

Envoyer cet article à un ami
Gérer son temps, une contrainte essentielle pour rédiger son mémoire dans les délais impartis. // © plainpicture/Hero Images
Gérer son temps, une contrainte essentielle pour rédiger son mémoire dans les délais impartis. // © plainpicture/Hero Images

Pour Claire, élève en deuxième année de master professionnel relations internationales et études stratégiques à Paris 13, la principale difficulté du mémoire a été liée à la gestion du temps. Myriam Greuter relate son expérience dans Bien rédiger son mémoire ou son rapport de stage, publié aux éditions l’Etudiant. Extraits.

Claire, qui a rendu à la date prévue son travail sur La levée de l'embargo européen sur les armes à destination de la Chine, nous raconte ses vicissitudes et nous livre ses astuces pour en venir à bout.

Une année chargée

Particularité du master de la jeune fille, les mémoires devaient être remis, non en juin, mais en septembre. « Heureusement, souffle l'étudiante, car même avec la meilleure volonté du monde, je n'aurais pas pu soutenir avant l'été. »

fleche-rouge De lourdes contraintes universitaires

« Au départ, explique Claire, nous étions censés avoir deux jours de cours par semaine. En réalité, ces heures étaient réparties sur toute la semaine, et les plannings étaient mobiles ; on découvrait notre emploi du temps au mieux une semaine à l'avance. Difficile dans ces conditions de prévoir des plages de travail suffisamment longues pour nos recherches.

C'était d'autant plus gênant pour moi, car j'avais bien vu à Sciences po à quel point les mémoires à rendre m'avaient occupé la tête. Pour réussir un tel travail, j'ai besoin de ne penser qu'à ça. En outre, un stage était prévu de mars à juin, en plus des cours et des examens. Impossible, donc, de travailler sur le mémoire au printemps. »

fleche-rouge Choisir, c'est renoncer à certaines activités

« De mon propre chef, ajoute Claire, je m'étais inscrite à un cours de japonais, le soir, à raison de quatorze heures par semaine. Je me suis vite rendu compte que je pouvais assister aux cours, mais qu'avec tout le travail à fournir pour le master, je n'arrivais pas à assimiler les leçons ni à faire les devoirs demandés.

Au départ, ces cours étaient pour moi une activité de détente, qui me passionnait. Mais elle a empiété sur ma santé, et même mon couple : je me levais tous les jours à 5 heures, je n'étais jamais rentrée avant 23 heures... En décembre, j'ai arrêté le japonais. Il est essentiel d'avoir des loisirs, mais ils doivent justement rester un plaisir ! »

Respecter le calendrier

Le temps file plus vite qu'on ne le croit. En cas d'impasse ou de surbooking, il faut donc réagir promptement.

fleche-rouge Parler pour sortir de l'ornière

« Je n'ai trouvé, se souvient Claire, mon sujet de mémoire qu'en janvier. Certes, 80 % des élèves étaient dans ce cas, mais ça craint. Un mémoire, c'est long à faire. Ne restez pas trop longtemps bloqué ! Si votre recherche n'avance pas, arrêtez de marmonner dans votre tête "J'ai honte, je n'ai toujours pas ma problématique...".

Parlez plutôt autour de vous de ce qui ne va pas ! J'ai moi-même beaucoup de mal à sortir de ma timidité ; mais il faut prendre conscience qu'il ne s'agit plus ici d'une simple question d'études : ce mémoire conditionnera souvent votre future carrière. Pour ma part, la situation s'est débloquée au cours d'un déjeuner avec un de nos profs. Il nous a demandé quels étaient nos sujets de mémoire. J'ai répondu que je souhaitais travailler sur l'armement en Asie. Toc, il m'a sorti mon sujet ! Et par la suite, il m'a envoyé une tonne de documentation, à en faire exploser ma boîte e-mail. »

fleche-rouge Donner la priorité à son mémoire

« Après le stage qui m'a accaparée de mars à juin, l'observatoire européen qui m'avait employée m'a proposé de participer à un nouveau projet. Je continuerais ma veille stratégique (sur un marché britannique), mais les notes de synthèse que j'avais à rendre toutes les deux semaines ont enflé : elles devaient faire 15 pages (en petits caractères !).

En dépit du planning que je m'étais fixé, mon mémoire est donc passé à la trappe en juillet. J'arrivais tout juste à lire quelques articles sur mon sujet. Début août, j'ai vu que j'étais épuisée, et que je n'avais encore rien écrit pour mon master. J'ai décrété l'alerte rouge, et j'ai levé le pied sur mon travail de veille pour me consacrer à mon mémoire – que j'ai pu rendre à temps moyennant une bonne dose de stress. »

fleche-rouge Organiser son emploi du temps

Certes, c'est au tuteur de fixer des dates butoir – pour la définition de la problématique, la remise du plan... Mais au quotidien, l'étudiant a tout intérêt à écrire son propre planning. Claire conseille de dessiner son emploi du temps sur une semaine ou deux, « en remplissant les cases représentant chaque jour avec les cours, le travail pour le mémoire – mais aussi le dentiste, les sorties... » Ensuite, « il faut marcher par petits défis, comme une fourmi obstinée : si on a un dossier de 80 pages à éplucher en huit jours, il faut prévoir suffisamment de temps pour lire quotidiennement 10 pages – sans remettre au lendemain. »

Bien utiliser son temps

Pour mettre à profit les délais (toujours trop courts) qui vous sont alloués, la recette tient en deux mots : anticiper et optimiser.

fleche-rouge Faire les choses au bon moment

« Je suis capable d'abattre beaucoup de travail, raconte Claire, mais je sais que je dois bosser beaucoup pour arriver à un bon résultat. L'étape de la rédaction­ est pour moi particulièrement douloureuse ; arriver à écrire comme je le souhaite me demande un effort exceptionnel. En fin de compte, j'ai rendu un mémoire satisfaisant (j'ai eu 14, une bonne note), mais dans la douleur.

L'épreuve du plan a été terrible. Je m'y suis reprise à plusieurs fois. Rétrospectivement, je me rends cependant compte que le plan est modulable, qu'on peut commencer à écrire certaines sous-parties même si on n'a pas encore la charpente définitive. Des éléments adviendront en cours d'écriture...

Pour la documentation, c'est pareil. L'idéal, c'est de commencer ses recherches dès la rentrée, afin d'avoir environ trois mois pour lire. Sachant qu'il n'existe pas de livres de fond sur mon sujet, j'aurais dû commencer bien plus tôt mes recherches sur la Chine. La richesse de la bibliographie est en effet un élément essentiel du mémoire. »

fleche-rouge Exploiter chaque instant

« Quand j'en avais marre d'écrire, se souvient Claire, je faisais de la mise en pages. L'idée est ici de ne pas laisser filer les heures. Par exemple, dès qu'on trouve un article ou une réflexion intéressante, il faut le transcrire sous Word (grâce à la fonction "rechercher", il sera ensuite ultrarapide de retrouver l'information). En revanche, tous mes amis ont eu des galères avec la mise en pages automatique du traitement de texte : réservez donc ça pour la fin de votre mémoire !

Enfin, surlignez, numérotez, ordonnez votre doc ! Vous constaterez que ça vous fera gagner un temps fou. J'avais rangé chronologiquement les articles d'actualité : six mois plus tard, ça me faisait beaucoup de bien de retrouver instantanément le papier que je cherchais. Et puis surtout, pour éviter de vous ronger les sangs (activité hautement chronophage), rappelez-vous que vous ne jouez pas votre vie dans ce mémoire. Au fond, on vous demande simplement de répondre à une question, sans dilettantisme et en étant intellectuellement honnête. »

À lire, aux éditions de l'Etudiant

Bien rédiger son mémoire ou son rapport de stage, de Myriam Greuter

À consulter aussi

- Mémoire et rapport de stage : quelles différences ?
Mémoire, rapport de stage : les contraintes et les bons côtés
- Mémoire, rapport de stage : savoir ordonner ses notes et sa documentation
- Mémoire, rapport de stage : l'odyssée de la frappe
- Thèse : le témoignage de Clélia, qui cherche le meilleur thème
- Rapport de stage : le témoignage de Grégoire, déçu par son stage
- Mémoire : le témoignage d'Alice, partie chercher ses sources en Équateur
- Mémoire : le témoignage d'Anne-Sophie, qui marie terrain et théorie
- Mémoire : Géry met des mois à trouver son plan
- Mémoire : le témoignage d'Anne-Françoise, novice en informatique

En savoir plus

Mémoire
Le mémoire de master, mode d'emploi
Choisir son sujet de mémoire
Réaliser un mémoire de master
Mémoire de fin d'études
Règles de fond et de forme pour la présentation d'un mémoire
Travailler et réviser grâce au Web - Gare au plagiat !
CV : des mémoires valorisés

Rapport de stage
Comment faire un rapport de stage ?
Soutenance de stage : comment la réussir à coup sûr
Rapport de stage : comment le réussir à coup sûr

Stage
Réussir son stage en entreprise
Vos droits et devoirs en stage : le vrai/faux
Test : quel(le) stagiaire êtes-vous/serez-vous ?
Trouver un stage en pays anglophone
Le guide du stage
Réussir son stage de troisième, moded'emploi 
Mon premier jour de stage, j'assure !