Mastérisation : les nouvelles règles du jeu

Par Emmanuel Vaillant, publié le 12 Mars 2009
3 min

Entre les réductions annoncées du nombre de postes et la réforme de la formation et de l’accès aux concours, la période est plutôt troublée pour les candidats aux métiers de l’enseignement. Dans ce contexte assez peu réjouissant, quelques espoirs demeurent...

La "mastérisation" de la formation du métier d’enseignant est désormais en vue. Ce terme un peu obscur signifie, qu’à partir de 2010 (théoriquement), il faudra être diplômé d’un master 2, c’est-à-dire un niveau bac + 5, pour pouvoir se présenter à un concours de recrutement d’enseignants du premier comme du second degré. Les étudiants qui passent cette année les concours devraient être les derniers à y accéder avec une licence (bac + 3). Cette prolongation obligée des études s’inscrit dans un projet dit de "revalorisation" du métier de prof. Il se traduit par un engagement de l’État à mieux rémunérer les enseignants en début de carrière.

Au niveau de la formation, le changement est important puisque l’année dite de professionnalisation qui suivait la réussite au concours est supprimée. Elle consistait pour les reçus au CAPES ou au CRPE en une formation à leur futur métier en étant rémunérés en tant que professeurs stagiaires. Désormais, ils seront directement affectés à un poste après leur réussite au concours. Ils seront accompagnés par un enseignant expérimenté qui fera office de tuteur. Les étudiants auront suivi auparavant un master spécialisé qui devrait les aider à préparer le concours de leur choix et leur donner des bases de formation au métier d’enseignant. Or, les maquettes de ces masters, c’est-à-dire les contenus des programmes, sont encore en cours d’élaboration et suscitent de fortes tensions entre les universités et le ministère. À suivre…
 

Et dans le privé ?

 
Collège, lycée ou école primaire, quel que soit le degré d’enseignement, pour travailler dans un établissement privé, les concours d’accès au métier d’enseignant sont distincts mais équivalents sur le fond à ceux du public. Il y en a deux : le CRPE (concours de recrutement des professeurs des écoles), c’est le même examen que pour l’enseignement public, et le CAFEP (certificat d’aptitude aux fonctions d’enseignement du privé).

Pour devenir professeur des écoles, la formation se déroule dans un CFP (centre de formation pédagogique). Il en existe vingt-cinq catholiques, un juif et un laïque. Pour les professeurs du secondaire, la formation se déroule dans les IUFM. Mais pour ces deux concours, dans le privé comme dans le public, la mastérisation en cours change la donne.

Articles les plus lus

Contenus supplémentaires

A la Une Master, mastère, MBA

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !