1. Supérieur
  2. Master / MBA/ Mastère
  3. Pour quel master en droit ou administration publique opter ?
Décryptage

Pour quel master en droit ou administration publique opter ?

Envoyer cet article à un ami
Du public au privé, la palette des débouchés après un master en droit ou administration publique est large. // © Adene Sanchez/iStock
Du public au privé, la palette des débouchés après un master en droit ou administration publique est large. // © Adene Sanchez/iStock

Le droit est l’une des voies qui conduisent à une palette de métiers extrêmement large, de directeur des ressources humaines à magistrat, en passant par juriste en entreprise, lobbyiste ou avocat. À ces professions s’ajoutent celles de l’administration publique, vers lesquelles peuvent se tourner juristes et non juristes. Voici quelques pistes pour vous guider dans votre choix de master.

Les universités et les instituts d’études politiques (IEP) proposent plusieurs masters, en un ou deux ans, en droit et administration publique. Ils recrutent soit à la sortie d’une licence, soit après une première année de master.

La licence de droit, la voie royale ?

L'accès le plus direct pour un master de droit est bien sûr… la licence de droit ! Mais pas seulement. Certains masters sont accessibles aux étudiants d’autres disciplines : administration économique et sociale (AES) pour se lancer en droit public, géographie pour commencer le droit de l’environnement ou encore ingénierie, pour se tourner vers le droit du numérique.

Les cursus d’administration publique accueillent volontiers les étudiants en droit, mais aussi ceux d’AES, et bien entendu ceux qui ont suivi une licence d’administration publique. Cependant, certaines formations recommandent, voire exigent, d’avoir suivi des enseignements spécifiques, comme du droit bancaire financier.

La sélection se fait sur examen du dossier et/ou entretien ou tests. L’admission est parfois directe pour les étudiants issus de la licence ou de la première année de master correspondante. Niveau coût, comptez ici les droits universitaires.

Lire aussi : Poursuite d'études : "trouver mon master" un portail national pour choisir son master

Vers des métiers "classiques" du droit

Bien sûr, vous pourrez vous diriger vers une carrière de magistrat, d’huissier ou de notaire. Certains masters, assez généralistes, en "contentieux" ou "procédures" sont plutôt adaptés à ces projets. Pour devenir avocat, une profession accessible sur concours, vous pouvez opter pour un master dans le domaine qui vous intéresse le plus : le droit fiscal, de la famille, de l’environnement, du travail, de l’urbanisme…

Lire aussi : Sélection en master : 6 conseils pour vous démarquer

Diplômés en droit : ces métiers moins connus

Mais le droit conduit à bien d’autres métiers. La plupart des parcours vous ouvrent à des postes de juristes en entreprise, ou dans des cabinets de conseil, parfois pour gérer les relations avec l’administration, si vous sortez d’un cursus en droit public. En fonction du domaine que vous choisirez, vous vous dirigerez vers des secteurs différents : le droit des transports, de la construction et de l’urbanisme, de la vigne et du vin, du marché de l’art… Un parcours en droit social ou droit du travail peut vous ouvrir les portes des services de ressources humaines d’entreprises, d’administrations ou d’organisations professionnelles. Le droit du numérique forme souvent à la cybercriminalité.

Lire aussi : Quelle insertion professionnelle pour les diplômés de master ?

Vous pouvez aussi intégrer des cabinets de transactions immobilières après une spécialisation en droit de l’immobilier, ou des cabinets de lobbying dans un domaine dans lequel vous avez acquis une certaine expertise (sport, environnement, etc.). Enfin, le droit des affaires ouvre de larges perspectives, avec souvent une dimension internationale.

En administration publique : les concours en ligne de mire

La plupart des métiers de l’administration publique sont accessibles sur concours, auxquels préparent certains masters, suivis ou non au sein d’un institut ou d’un centre de préparation à l’administration générale (IPAG/CPAG). Certains parcours se concentrent sur l’administration générale, d’autres sur les collectivités territoriales. Vous pourrez alors prétendre soit à travailler au sein d’un ministère, de l’Inspection du travail ou d’un service comme le Trésor Public, soit à rejoindre des intercommunalités, des établissements publics territoriaux.

Devenir contractuel dans le secteur public

Mais vous pouvez aussi rejoindre l’une des trois fonctions publiques (d’État, territoriale ou hospitalière) en tant que contractuel (sans concours). Enfin, les cursus en administration publique conduisent aussi à des métiers de consulting, de responsable des ressources humaines, ou de chargé d’études dans le secteur privé ; vous pouvez alors être amené à gérer les relations avec l’administration, ou à travailler dans des sociétés d’économie mixte.