1. Supérieur
  2. Master / MBA/ Mastère
  3. Pour quel master en finance, audit et comptabilité opter ?
Décryptage

Pour quel master en finance, audit et comptabilité opter ?

Envoyer cet article à un ami
Les universités sont nombreuses à proposer une mention finance. // © joyfotoliakid/AdobeStock
Les universités sont nombreuses à proposer une mention finance. // © joyfotoliakid/AdobeStock

Avec un bac+5, vous êtes assuré de vous insérer facilement sur le marché de la finance, de la comptabilité ou de l’audit. Encore faut-il que vous optiez pour celui qui vous correspond le mieux ! Suivez le guide.

Bien que très spécifique, le secteur de la finance, de la comptabilité et de l’audit offre d’innombrables opportunités d’emplois dans une grande variété de métiers. Avoir un bac+5 dans ce secteur, c’est vous assurer des connaissances techniques pointues et des qualités managériales dont les recruteurs raffolent.

Que vous le suiviez à l’université, dans une grande école ou en poursuivant vos études en MS®, MSc ou MBA, vous n’aurez aucun mal à décrocher un emploi et à accéder à des postes de manager, directeur financier ou consultant.

Lire aussi : Poursuite d'études : "trouver mon master" un portail national pour choisir son master

Des masters universitaires en finance de plus en plus professionnalisants

Titulaires d’une licence AES, économie et gestion, droit, assurance, finance, comptabilité ou d’un Bachelor, les étudiants sont sélectionnés sur dossier et/ou entretien.

Chargé d’affaires en fusion-acquisition, gérant de portefeuille, analyste crédit… si votre cœur balance entre ces métiers, pas de doute, c’est un master en finance qu’il vous faudra faire. La mention finance vise en effet à maîtriser les rouages du système financier. Nombreuses sont les universités qui proposent la mention finance, même si chacune dispose de ses propres parcours.

Masters en finance : à quoi ressemblent les programmes ?

Bien que les intitulés varient, le contenu reste proche entre ces masters. Généralement commune à tous les parcours, la première année se propose de vous familiariser avec la finance liée au marché, comme celle propre à l’entreprise, ainsi qu’à la gestion des risques et celle de portefeuille. Au programme : des cours théoriques en comptabilité, fiscalité, droit, contrôle de gestion.

En M2, finances publiques, finances d’entreprise et pratique des marchés, banque et bourse, peuvent constituer autant de spécialisations selon le parcours proposé. Les masters universitaires font également la part belle à la pratique et la connaissance du milieu professionnel, à travers la réalisation d’un ou plusieurs stages ou un parcours en alternance.

Lire aussi : Sélection en master : quel bilan ?

Des formations en audit et comptabilité qui offrent des équivalences pour le DSCG

Proposé dans une trentaine d’IAE (Institut d’administration des entreprises) dont Nantes, Grenoble, Lyon, Bordeaux, Nice, Poitiers, le master CCA (comptabilité, contrôle, audit) se propose de vous fournir des connaissances pointues en comptabilité, mais aussi en droit, finance, contrôle de gestion ou systèmes d’information.

Avec un système d’équivalences, il permet d’obtenir le DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion), le sésame si vous souhaitez devenir expert-comptable ou CAC (commissaire aux comptes) en cabinet.

Si chaque université organise le programme à sa façon, les enseignements s’articulent toujours autour des disciplines suivantes : gestion juridique, fiscale et sociale, finance, management et contrôle de gestion, comptabilité et audit, management des systèmes d’information.

Lire aussi : Quelle insertion professionnelle pour les diplômés de master ?

Ce sont en effet cinq des sept épreuves du DSCG qui, grâce au contrôle continu, vous dispensent de les passer à l’examen. Les deux années universitaires comprennent au moins un stage obligatoire. Dans certains IAE, il s’agit du second semestre du master 2, dans d’autres, ce sont deux périodes de trois mois en seconde partie des M1 et M2.

Très sélective, la formation accueille la grande majorité des étudiants (IAE, DUT GEA option comptable et finance ou PMO) dès la L3 sur dossier, puis épreuves écrites auxquelles se rajoutent un oral. Des passerelles sont toutefois possibles pour une entrée directe en M1, si vous avez un excellent dossier et de solides connaissances en comptabilité générale et financière.

Quel master suivre pour se spécialiser en contrôle de gestion ?

Autre formation phare dispensée en IAE : le master CGAO (contrôle de gestion et audit organisationnel) qui a pour objectif de former conjointement des cadres à trois métiers différents, mais complémentaires : le contrôle de gestion, l’audit et le contrôle internes et l’audit externe.

Lire aussi : Master, MSc, Mastère Spécialisé ® … Faites la différence !

Certains parcours couplent la spécialisation à une compétence technique forte en systèmes d’information (informatique décisionnelle ou ERP) ou proposent une formation interdisciplinaire au carrefour des domaines du contrôle de gestion, de la finance, de l’audit et de la comptabilité. Les cursus sont proposés en formation initiale ou en alternance.

La première année est généralement commune aux masters finance et CCA. Elle permet d’acquérir de solides bases en finance, comptabilité et contrôle de gestion. La seconde année, en revanche, est spécifique au master CGAO et permet d’atteindre un niveau élevé en audit et contrôle de gestion.

Lire aussi : Un MBA pour réorienter sa carrière

Grandes écoles de commerce et d'ingénieurs : voies royales pour la finance ?

Si les universités attirent de nombreux candidats dans ce secteur, la filière s’adresse aussi à tous les accros des chiffres. Rien d’étonnant donc à ce que les grandes écoles de management et d’ingénieurs constituent l’une des voies royales pour se former à ces métiers.

En France, 34 écoles de management proposent un master en finance, contrôle de gestion, comptabilité ou audit, à travers le choix de majeures.

Les grandes écoles d’ingénieurs ne sont pas en reste. La finance fait en effet de plus en plus appel à leurs diplômés, très recherchés pour leur excellent niveau en maths. Il peut donc être intéressant, pour obtenir une double compétence, de compléter votre formation par un MS® (Mastère Spécialisé), un MSc (Master of Science) ou un MBA dans ce domaine.

Lire aussi : Comment je suis devenu expert comptable