1. Supérieur
  2. Master / MBA/ Mastère
  3. Pour quel master en informatique et numérique opter ?
Décryptage

Pour quel master en informatique et numérique opter ?

Envoyer cet article à un ami
Le secteur de l'informatique-numérique continue de recruter de nombreux cadres. // © cecilie arcurs/iStock
Le secteur de l'informatique-numérique continue de recruter de nombreux cadres. // © cecilie arcurs/iStock

Tenté par un deuxième ou troisième cycle en informatique ou numérique ? Sachez que les diplômés d’un bac+4 ou 5 valent de l’or sur le marché du travail ! Il ne reste plus qu’à trouver la formation qui vous convient. Voici des pistes qui devraient vous y aider.

De la santé à la banque, en passant par le commerce, l’industrie, les médias, ou l’immobilier… pas un secteur d’activité n’est épargné par les évolutions induites par les innovations technologiques ! Conséquence : les entreprises ont un besoin exponentiel d’experts en codage, big data, cybersécurité, réalité augmentée, systèmes d’information, etc.

Véritable vivier d’emplois, ce dernier représenterait 7 recrutements de cadres sur 10, soit un peu plus de 60.000 postes (source : Talents du numérique). D’autant que l’essentiel des offres d’emploi (60,6%, source : Opiiec) en 2019 s’adresse aux titulaires d’un bac+4/5.

Un large choix de programmes proposés

De nouveaux programmes apparaissent chaque année et le niveau de compétences ne cesse de grimper pour se mettre au diapason des besoins du marché. En poursuivant vos études après votre bac+3 ou 4, vous aurez toutes les chances d’être recruté dès la sortie de votre cursus, voire pendant votre stage de fin d’études. La majorité des étudiants sont issus de cursus scientifiques.

Lire aussi : Poursuite d'études : "trouver mon master" un portail national pour choisir son master

Se former en informatique à l'université

Le master mention informatique est l’une des voies d’accès logique. La première année (M1) s’articule autour d’un socle commun qui comprend des matières générales comme la conception et la programmation, les bases de données, les systèmes multimédias, etc.

La spécialisation, quant à elle, intervient en deuxième année (M2). Les étudiants ont le choix parmi les différents parcours. La formation accorde une large place à la pratique avec plusieurs périodes de stage en entreprise, qui durent au minimum trois mois.

Lire aussi : Master, MSc, Mastère Spécialisé®… Faites la différence !

Les MIAGE, une formation en double compétence

Autres masters très prisés : MIAGE (méthodes informatiques appliquées à la gestion des entreprises) et MIASHS (master informatique appliquée aux sciences humaines et sociales). Leur atout ? La double compétence en informatique et en gestion, pour l’un, et en sciences humaines et sociales pour l’autre. De manière générale, les masters permettant d’acquérir une double compétence, à la croisée entre les compétences technologiques et un autre champ disciplinaire, sont très appréciés des recruteurs.

Lire aussi : Comment je suis devenu conseiller stratégique en intelligence artificielle

De nombreux cursus en écoles d'ingénieurs

Dans le domaine de l’informatique, de l’électronique et du numérique, les écoles d’ingénieurs se taillent la part du lion.

Pour schématiser, vous trouverez à la fois des écoles qui se spécialisent sur ce secteur, comme l’EISTI (École internationale des sciences du traitement de l’information), EPITA (École pour l’informatique et les techniques avancées), Grenoble INP-ENSIMAG (École nationale supérieure d’informatique et de mathématiques appliquées), ENSIIE (École nationale supérieure d’informatique pour l’industrie et l’entreprise), Polytech Marseille ou ESAIP La Salle Angers ; mais aussi des écoles généralistes ou pluri-spécialistes qui proposent des parcours avec une coloration en informatique ou numérique pendant les deux dernières années du cycle d’ingénieur valant grade de master.

Ces spécialisations prennent le nom de majeures, d’options ou de dominantes et donnent lieu à 400 heures de cours et à un projet de fin d’études de six mois en entreprise. Au sein de leur cycle ingénieur, ces écoles proposent quelques places aux titulaires d’une licence ou d’un master pouvant justifier d’un excellent dossier.

Lire aussi : Sélection en master : quel bilan ?

Se spécialiser via un MS® ou un MSc ?

Vous pourrez ajouter une nouvelle corde à votre arc en poursuivant un cursus d’ingénieur par un Mastère Spécialisé® (MS) ou Master of Sciences (MSc), qui, en un ou deux ans, se propose de compléter un parcours avec une compétence pointue en intelligence artificielle, data sciences, réseaux et services mobiles, digital marketing, cyber-sécurité, etc.

Accessibles aux profils techniques ou scientifiques, pour y entrer, vous devrez être titulaire d’un niveau bac+5 (M2, diplôme d’ingénieur) ou d’un niveau bac+4 avec trois ans d’expérience pro. On vous demandera, dans la plupart des cas, de présenter un dossier, suivi, si vous êtes retenu, d’un test et/ou d’un entretien individuel.

Lire aussi : Quelle insertion professionnelle pour les diplômés de master ?

De plus en plus d'écoles dédiées

Enfin, vous pouvez opter pour des écoles privées 100% dédiées à l’informatique ou au numérique qui proposent des programmes qualifiants, essentiellement en alternance, jusqu’au bac+8. Elles délivrent des titres d’expertise en informatique ou numérique de niveau 2 (bac+4) et niveau 7 (bac+5), généralement reconnus au RNCP.

Parmi elles, on peut citer Epitech, IPI, EPSI école d’informatique, HETIC, Sup’Internet, IMIE, Webtech Institute, Web school factory, IESA multimédia. Bémol : si la formation est plus technologique que celle dispensée en école d’ingénieurs, le socle scientifique, qui fait la particularité des grandes écoles de la CTI (commission des titres d’ingénieur), y est absent.