1. Charlotte, en MBA spécialisé marché et commerce international de l’art à l’ICART : "Suivre un MBA demande un investissement personnel total"
Témoignage

Charlotte, en MBA spécialisé marché et commerce international de l’art à l’ICART : "Suivre un MBA demande un investissement personnel total"

Envoyer cet article à un ami
Charlotte, en MBA spécialisé marché de l'art. // © Laure Antoine
Charlotte, en MBA spécialisé marché de l'art. // © Laure Antoine

Charlotte, 22 ans, est en première année de MBA spécialisé "Marché et commerce international de l’art" à l’ICART (l'école des métiers de la culture et du commerce de l’art), à Paris. Elle explique son parcours et délivre ses conseils pour suivre sa trace.

Pourquoi avez-vous choisi de suivre ce MBA ?

 

"Après un bac S, j’ai fait un Bachelor à l’ICART en trois ans et je suis sortie major de ma promotion. Pour mon MBA, je me suis décidée en comparant mon école à deux autres, équivalentes pour leur programme. J’ai préféré continuer mes études à l’ICART car les stages conventionnés de six mois sont à temps plein (et non pas à mi-temps), ce qui permet d'en faire un à l’étranger. Nous avons 5 mois de cours (de 30 à 35 heures par semaine) et 6 mois de stage minimum.

Le réseau d’anciens est très utile pour trouver une entreprise. Actuellement, je me suis arrangée avec mon école pour faire mon stage tout en suivant les cours. Et je vais bientôt suivre une formation parallèle qui me passionne, à l'université d'Assas, en droit et technique de l’expertise des œuvres d’art. Suivre un MBA demande un investissement personnel total mais quand on est passionné par ce que l’on fait…"

Quelle est la portée internationale de votre MBA ?

 

"L’école a noué des partenariats avec New York, Dublin, Gold Coast (en Australie), Tokyo. Il est possible, par exemple, de suivre son cursus à Tokyo toute l’année ou seulement un semestre. En fonction de nos professeurs et de la matière, certains de nos cours sont en anglais."

Comment financez-vous vos études ?

 

"En Bachelor, je m’étais autofinancée. Pour le MBA (les frais de scolarité s’élèvent à 7335 €), j’ai contracté un prêt étudiant auprès d’une banque partenaire de notre école."

Comment avez-vous été sélectionnée ?

 

"D’habitude, les étudiants qui arrivent de licence envoient un dossier et passent ensuite un entretien de motivation d'environ une heure. Mais comme je suis entrée en niveau Bachelor, j’étais déjà dans l’école. Le personnel me connaissait et j’ai été major de ma promo. Du coup, pas besoin de leur fournir mon dossier et l’entretien a été très informel. Cela a plus été une discussion sans enjeu."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Octavia, en master cancérologie : "On fait aussi bien de l’expérimentation scientifique que de la philo" Justine, en master manager communication à l’ISEFAC : "L'alternance 1 jour en école - 4 jours en entreprise m’apporte une vraie expérience pro" Aymeric, en master 1 ressources Humaines à l’IGS :"Les études de droit sont un bon préalable" Judicaëlle, en master langues et échanges internationaux :"J’ai préféré la fac à une école de commerce" Clément, en Master Web-marketing à l'ESCEN : "Ma formation est vraiment un parcours Web, pas une option" Charlotte, en MBA spécialisé marché et commerce international de l’art à l’ICART : "Suivre un MBA demande un investissement personnel total" Charlotte et Nathalie, en M1 manager immobilier : "Agent immobilier n’est pas le seul métier possible, le domaine est vaste !" Sofia, en M2 management et stratégie d’entreprise : "Ma formation en alternance répond vraiment aux besoins de mon entreprise" Nicolas, en master d’études bilingues des droits de l’Europe : "Le point fort de mon master : l'internationalisation"