1. Clément, en Master Web-marketing à l'ESCEN : "Ma formation est vraiment un parcours Web, pas une option"
Témoignage

Clément, en Master Web-marketing à l'ESCEN : "Ma formation est vraiment un parcours Web, pas une option"

Envoyer cet article à un ami
Clément, en MBA webmarketing. // © Stéphane Moret
Clément, en MBA webmarketing. // © Stéphane Moret

Clément, 21 ans, est en 1re année de master à l’ESCEN, à Paris. Il concilie marketing et Web dans sa formation, en suivant son cursus en alternance (3 semaines en entreprise, 1 semaine en école). Il revient sur le choix de ce master et les débouchés qu’il lui offre.

Pourquoi avoir choisi ce master ?

 

"J'ai toujours bidouillé par moi-même sur Internet pour créer des sites ou des jeux. Alors, après mon BTS (brevet de technicien supérieur) domotique, j'ai poursuivi en licence 3 de Web marketing, à Aix-en-Provence, histoire de commencer à en faire quelque chose de professionnel. C'est là qu'un professeur m'a conseillé le master. En me renseignant, j'ai vu qu'il y avait deux mois de cours à Montréal, des contacts avec des professionnels du Web, et la possibilité de garder le contact avec eux par la suite, par mail. J'en ai donc fait mon premier choix, plutôt qu'une école de marketing qui aurait juste proposé une option Web. D'autant plus que mon école, l'ESCEN (Ecole supérieure de commerce et d'économie numérique), proposait la formation en alternance. Non seulement je suis mieux payé qu'en stage, mais mon entreprise a pris en charge mes frais de scolarité. Du côté des cours, j'aime surtout le Web marketing, même i il y a du marketing plus classique et de la technique, comme le référencement naturel, et le Social Media."

Comment s'est passée la sélection ?

 

"J'ai envoyé un dossier avec mon CV, une lettre de motivation et la présentation de mon parcours. C'est le premier niveau de sélection. Ensuite, on passe un entretien de motivation en face d'un professionnel du Web et d'un représentant de l'école. Cela dure environ une heure, pendant laquelle la discussion sert à vérifier qu'on s'y connait dans ce domaine et qu'on correspond au profil des enseignements. On sait si on est pris au bout d'environ deux semaines. Les sessions de recrutement peuvent avoir lieu à Paris ou Bordeaux, de janvier à juin."

Que vous apporte cette formation ?

 

"C'est vraiment un parcours Web et pas une option, et ça c'est un plus. Le côté international, avec la visite de starts-ups à Montréal et celle prévue en fin de cursus à la Silicon Valley, les contacts professionnels qu'on en tire, sont aussi non négligeables. On apprend vraiment à aider des entreprises à s'agrandir sur le côté commerce via le Web."

Quels débouchés visez-vous ?

 

"L'entreprise qui m'accueille en alternance m'a fait comprendre qu'ils pariaient de moi pour l'après-formation. Mais même si elle ne me gardait pas, ou si je ne me projetais pas chez eux, d'autres entreprises ont des besoins sur ce domaine de l'échange et la visibilité sur le Web. On le sent de plus en plus avec le nombre d'offres proposées par l'école. Et pourquoi pas retourner dans le domaine de mon BTS, la domotique ? Je tenterais bien aussi l'aventure internationale pendant 2 ou 3 ans, par exemple à Montréal ou San Francisco."

Quels conseils donneriez-vous à ceux qui veulent faire le même parcours ?

 

"A ceux qui viennent d'un domaine totalement différent, cela peut aussi être utile pour avoir un point de vue du marketing sur le Web, devenu indispensable aujourd'hui pour toute entreprise. Si besoin, l'école propose une mise à niveau en marketing. Et pour vous faire recruter, mettez votre passion du Web en avant, vos compétences aussi."

Sommaire du dossier
Retour au dossier Octavia, en master cancérologie : "On fait aussi bien de l’expérimentation scientifique que de la philo" Justine, en master manager communication à l’ISEFAC : "L'alternance 1 jour en école - 4 jours en entreprise m’apporte une vraie expérience pro" Aymeric, en master 1 ressources Humaines à l’IGS :"Les études de droit sont un bon préalable" Judicaëlle, en master langues et échanges internationaux :"J’ai préféré la fac à une école de commerce" Clément, en Master Web-marketing à l'ESCEN : "Ma formation est vraiment un parcours Web, pas une option" Charlotte, en MBA spécialisé marché et commerce international de l’art à l’ICART : "Suivre un MBA demande un investissement personnel total" Charlotte et Nathalie, en M1 manager immobilier : "Agent immobilier n’est pas le seul métier possible, le domaine est vaste !" Sofia, en M2 management et stratégie d’entreprise : "Ma formation en alternance répond vraiment aux besoins de mon entreprise" Nicolas, en master d’études bilingues des droits de l’Europe : "Le point fort de mon master : l'internationalisation"