1. Sélection à l'université : 1.300 masters 2 concernés, et les autres ?
Décryptage

Sélection à l'université : 1.300 masters 2 concernés, et les autres ?

Envoyer cet article à un ami
Le projet de décret listant les masters autorisés à sélectionner comprend 1.300 mentions de M2, issues de 80 établissements, comme l'université d'Aix-Marseille. // © Camille Stromboni
Le projet de décret listant les masters autorisés à sélectionner comprend 1.300 mentions de M2, issues de 80 établissements, comme l'université d'Aix-Marseille. // © Camille Stromboni

Le gouvernement a établi une liste de plus de 1.300 mentions de masters 2 autorisées à sélectionner. Ce qui ne signifie pas pour autant que la sélection sera absente dans tous les autres masters. Explications.

Depuis plus d'un an, la question de la sélection en master fait polémique, avec une trentaine de procès opposant universités et étudiants. Le Conseil d'État a tranché en février 2016 : toute sélection est illégale en deuxième cycle, en l'absence d'un décret établissant une liste "limitative" des formations pouvant sélectionner.

40% des masters 2 visés

Le ministère de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche vient donc d'établir une liste de plus de 1.300 mentions de masters 2, soit 40% des 3.000 qui existent, autorisées à sélectionner. Ce projet de décret, examiné en CNESER (Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche) le 18 avril 2016, doit être publié au Journal officiel d'ici l'été.

Les masters de cette liste, issus de toutes disciplines confondues, sont proposés dans 80 établissements (des universités, mais aussi l’EHESS, l’EPHE, l’Inalco, etc.). Dans certaines facs, il s’agit d’une seule mention visée, quand d’autres émargent à une soixantaine, comme le mastodonte universitaire d’Aix-Marseille.

Une sélection qui devient légale

Dans ces masters, l’admission en deuxième année pourra désormais "dépendre des capacités d’accueil de l’établissement d’enseignement supérieur telles qu’il les a fixées et, éventuellement, être subordonnée au succès à un concours ou à l’examen du dossier du candidat, selon des modalités définies par l’établissement", est-il indiqué dans le texte. Ce qui signifie que ces masters pourront continuer, légalement, à sélectionner à l'entrée, comme ils le font aujourd'hui.

Et dans les 1.700 autres masters ?

Quid des autres mentions ? Bien qu'elles ne figurent pas dans la liste, cela ne signifie pas que toute sélection disparaîtra d'un coup dans tous les autres masters et que vous aurez une place de manière automatique dans ces derniers. Il est très probable que de nombreux masters continuent à fonctionner de la même manière, malgré ce texte, en examinant les dossiers des candidats. Sans compter qu'un certain nombre de formations sélectionnent, elles, à l'entrée du M1... bien que cela ne soit pas "légal", au regard de la décision du Conseil d'État.

Des cas particuliers ?

Deux nuances figurent par ailleurs dans ce projet de décret. Pour les étudiants venant d'une autre université en M1, ou d'une autre mention de M1, l'inscription dans le M2 pourra être "subordonnée à la vérification, par le responsable de la formation de l’établissement d’accueil, que les unités d’enseignement déjà acquises dans son établissement d’origine sont de nature à lui permettre de poursuivre sa formation en vue de l’obtention du diplôme de master", d'après le texte réglementaire. Soit une manière assez floue de permettre une autre forme de sélection, concernant ces deux profils d'étudiants.

Mais certains doutent de la solidité d'une telle règle, en droit...

La concertation est ouverte...

Derrière ces subtilités juridiques complexes, le débat ne fait que commencer : le secrétaire d'État à l'Enseignement supérieur, Thierry Mandon, a annoncé l'ouverture d'une concertation sur le sujet pour les quatre prochains mois, afin d'aboutir à une solution pérenne.

Dans tous les cas, pour l'heure, renseignez-vous auprès des masters 2 que vous visez pour connaître la procédure à suivre. Et pour mettre toutes les chances de votre côté, investissez-vous à fond dans vos études durant la licence et le master 1, notamment pour disposer d'un bon dossier de candidature.

Pour aller plus loin...

- À lire sur EducPros : Master : un décret, deux sélections et Sélection en master : un feuilleton juridique et politique

- La liste limitative des mentions de master 2 annexée au projet de décret "Master"