1. Soutenance : le tuteur de Pierre n’avait pas lu son rapport de stage
Témoignage

Soutenance : le tuteur de Pierre n’avait pas lu son rapport de stage

Envoyer cet article à un ami
Le jour de votre soutenance, votre tuteur n’a toujours pas lu votre rapport de stage... Témoignage et conseils. // © l'Etudiant
Le jour de votre soutenance, votre tuteur n’a toujours pas lu votre rapport de stage... Témoignage et conseils. // © l'Etudiant

Mauvaise surprise : le jour de sa soutenance, Pierre s’aperçoit que son tuteur n’a pas pris la peine de lire le rapport qu’il a rédigé après ses six mois de stage en tant que développeur informatique dans une grande banque. Myriam Greuter relate son expérience dans Bien rédiger son mémoire ou son rapport de stage, publié aux éditions l’Etudiant. Extraits.

Pierre l'a expérimenté : tous les tuteurs de stage ne brillent pas par leur conscience professionnelle. Rôdé aux présentations orales, le jeune homme, qui termine alors son cursus à l'EFREI (École d'ingénieurs des technologies de l'information et du management, dans le Val-de-Marne), s'en est cependant bien sorti le jour J. Son récit et ses conseils.

Un juré assez désinvolte

fleche-rouge La soutenance : un tiers de la note

« Mon stage et mon rapport de fin d'études étaient importants, puisqu'ils fournissaient ma note de second semestre pour la cinquième (et dernière) année d'école d'ingénieurs, explique Pierre. J'avais rédigé mon étude sur "La mise en place d'un outil de monitoring pour une grille de calcul". Le rapport comptait pour un tiers de la note, tout comme l'appréciation de mon maître de stage. Le dernier tiers correspondait à la soutenance. »

fleche-rouge Un tuteur qui « débarque »

« Par une après-midi de septembre, raconte Pierre, je me suis donc retrouvé dans une petite salle pastel au fond d'un couloir de mon école, debout face à mon maître de stage et à mon tuteur. Le maître de stage, un brillant informaticien qui m'avait suivi durant mes six mois dans l'entreprise, avait lu mon texte. Il avait en partie mis en place mon projet de stage, et était curieux de savoir ce que j'en avais retiré.

En revanche, le tuteur dépêché par l'établissement­ a découvert le sujet en direct. Informaticien à la retraite, il était censé venir me voir dans l'entreprise – mais il ne l'a pas fait. Il n'avait, de toute évidence, pas non plus lu mon rapport : durant la soutenance, je l'ai vu parcourir les titres, regarder les images, le plan. Et il a utilisé la pause de délibération pour annoter mon intro et ma conclusion. »

Conseils pour l'écrit

Vous n'êtes pas certain que vos jurés auront lu votre mémoire, en tout cas pas de manière approfondie ? Mettez toutes les chances de votre côté dès la rédaction du rapport !

fleche-rouge Peaufinez l'intro et la conclusion

« Je n'ai pas été tellement surpris lorsque j'ai constaté que le tuteur ignorait tout de mon rapport, poursuit Pierre. On sait d'expérience que le rapport n'est pas souvent lu par l'école. J'aurais donc plusieurs conseils à donner aux étudiants. D'abord, soignez l'introduction et la conclusion. Ce sont elles qui ont le plus de chances d'être parcourues par ceux qui vous noteront.

Pour donner une bonne impression, soyez concis (pas plus d'une demi-page), et démarquez-vous d'une manière ou d'une autre. Pourquoi pas insérer une citation littéraire bien choisie ? Autre exemple, mettez d'emblée en valeur les éléments les plus intéressants de votre stage ; pour ma part, dès l'introduction, j'ai souligné l'importance des interactions humaines dans ce projet car à de nombreuses reprises, les spécialistes qui m'entouraient avaient montré qu'ils étaient prêts à prendre le temps de m'aider. »

fleche-rouge Pensez à la construction et à l'intérêt du texte

« Le plan du rapport est primordial – surtout si votre tuteur n'a pas lu le texte ! Il faut d'autant plus lui donner l'impression que le travail est bien construit. Concrètement, cela veut dire bannir les parties trop longues et les chapitres de tailles disparates. N'oubliez pas non plus de trouver des noms de parties accrocheurs. Je l'avoue, ce n'est pas mon point fort ; mais on peut imaginer des titres de chapitres qui se font écho – par exemple "Une entreprise", "Un projet", "Une équipe".

Enfin, dans votre rapport, dites des choses suffisamment intéressantes pour donner envie de vous lire, quitte à sortir de la pure description des tâches que vous avez effectuées. Insistez notamment sur ce que cette expérience vous a apporté. Je me suis ainsi attardé sur tout ce que j'avais pu apprendre de mes collègues, et j'ai montré tout le profit que j'avais tiré de cette expérience. »

Recommandations pour l'oral

Que votre rapport soit excellent ou juste acceptable, que les jurés l'aient lu ou pas, la qualité de votre présentation le jour J sera primordiale. Du ton à employer jusqu'au soin à apporter aux éventuels fichiers PowerPoint, tout compte pour les séduire. Démonstration.

fleche-rouge Parler comme à des néophytes

« Finalement, observe Pierre, dans toute soutenance (même si les tuteurs ont lu le rapport !), il vaut mieux partir du principe que vos interlocuteurs ne savent pas ce dont vous allez parler. Pour ma part, lors de mes présentations, je me figure que mes jurés connaissent l'informatique, mais pas l'application particulière sur laquelle j'ai travaillé. Un peu comme si je m'adressais à un directeur informatique d'une autre société, je commence par présenter le contexte (l'entreprise) pour m'approcher progressivement de ma mission et de ses aspects techniques, sans me perdre dans les précisions.

Avant mes soutenances, je me suis toujours entraîné face au mur ou à un miroir. L'idéal à mon avis reste de tester sa présentation devant un néophyte, pour vérifier qu'il comprend bien votre propos. »

fleche-rouge Respecter le temps imparti

« Répéter son topo, renchérit Pierre, permet aussi de se chronométrer. Car si la présentation doit, comme dans mon cas, durer vingt-cinq minutes, il ne faut ni dépasser, ni faire moins long.

Mon souci, lors de cette soutenance, c'est que j'ai été souvent interrompu par mon tuteur, enthousiasmé par ce projet qu'il découvrait tout juste. Sans cesse, il se tournait vers mon maître de stage pour lui demander des précisions. Ça m'a fait perdre du temps, et m'a obligé à sabrer certains éléments de ma présentation. C'est délicat de reprendre la parole avec finesse, d'autant que les remarques de ce monsieur étaient pertinentes : il voulait sincèrement en savoir plus.

Finalement, mon exposé a duré un peu plus de trente minutes. Mon maître de stage me l'a ensuite reproché, en me disant que je n'aurais pas dû dépasser le temps imparti, quitte à faire défiler plus vite mes pages PowerPoint, ou à écourter les dernières parties, même si le passage qui concernait l'apport personnel du stage était pour moi le plus important...

Finalement, j'ai décroché un 16 en guise de note finale (18 pour le stage, 16 pour le rapport, et 14 pour la soutenance, notamment parce que je n'avais pas respecté le timing). Surtout, j'ai été embauché comme prestataire de services dans la banque où je venais de passer six mois ! »

Présentations PowerPoint : simplicité et esthétisme

De très nombreuses soutenances demandent désormais de ponctuer l'exposé par une projection PowerPoint (images, schémas, résumé du propos...). « Dans ce domaine, le maître mot doit être la lisibilité, assène Pierre, diplômé d'une école d'ingénieurs. Évitez les textes roses sur fond noir, les animations dans tous les sens, les textes qui tourbillonnent. Tous ces procédés maladroits détournent l'attention des jurés. »

Mettez aussi un brin d'élégance dans vos slides : « L'esthétique va de pair avec le marketing », reconnaît Pierre qui, pour sa présentation, a repris les couleurs et la charte graphique de la banque qui l'avait employé. Mais dans tous les cas, souligne l'étudiant, « le plus important reste que la forme ne prime pas sur le fond. »

À consulter aussi

Définir son sujet de mémoire
Projet de stage : un choix de mission très encadré
Mémoire, rapport de stage : comment réagir en cas de sujet imposé ?
Master : bien choisir son directeur de mémoire
Études supérieures : comment trouver un bon stage
Mémoire, rapport de stage : les relations avec le tuteur

En savoir plus

Mémoire
Le mémoire de master, mode d'emploi
Choisir son sujet de mémoire
Réaliser un mémoire de master
Mémoire de fin d'études
Règles de fond et de forme pour la présentation d'un mémoire
Travailler et réviser grâce au Web - Gare au plagiat !
CV : des mémoires valorisés

Rapport de stage
Comment faire un rapport de stage ?
Soutenance de stage : comment la réussir à coup sûr
Rapport de stage : comment le réussir à coup sûr

Stage
Réussir son stage en entreprise
Vos droits et devoirs en stage : le vrai/faux
Test : quel(le) stagiaire êtes-vous/serez-vous ?
Trouver un stage en pays anglophone
Le guide du stage
Réussir son stage de troisième, mode d'emploi 
Mon premier jour de stage, j'assure !