5 bonnes raisons de faire carrière dans la mode

Par L'Etudiant Fab, publié le 14 Avril 2021
5 min

Travailler dans la mode, c’est certes exercer un métier-passion, mais c’est aussi intégrer un secteur qui pèse lourd dans l’Hexagone et propose une myriade de débouchés. Chargé des Relations Entreprises au sein de Mod’Art, La Grande École de Mode, Florian Hassiotis nous en dit plus sur cet univers si particulier.

Des métiers extrêmement variés

Vous vous imaginez peut-être que travailler dans la mode, c’est uniquement créer ou vendre des vêtements ? En réalité, la chaîne de valeur autour des produits est bien plus étendue que ce que vous pensez ! Les trois filières proposées au sein de Mod’Art témoignent justement de cette pluralité de métiers.

  • La filière Management de la mode va intervenir en amont des collections. « Il s’agit par exemple des chefs de produit qui ont un œil marketing et savent ce qui va plaire ou non à la clientèle de la marque », illustre Florian Hassiotis. Les étudiants dans le management de la mode peuvent aussi devenir responsables de réseau boutiques, chef de projet e-commerce, acheteur ou encore travailler dans le merchandising.
  • La filière Communication de moderegroupe quant à elle tous les métiers autour de la presse, mais aussi des réseaux sociaux. Attaché(e) de presse, chargé(e) de communication, brand content manager, community manager, influenceur, média-planner, chef de projet évènementiel… là encore, les débouchés sont très nombreux.
  • La filière Stylisme-Modélisme regroupe la partie création avec des métiers comme styliste maille, styliste infographiste, modéliste, costumier, directeur artistique, illustrateur de mode… C’est la filière plébiscitée par celles et ceux qui désirent concevoir au plus près les vêtements.

Dans le monde professionnel, toutes ces filières travaillent main dans la main, ce que les étudiants de Mod’Art apprennent à faire dès le démarrage de leurs études.

Un univers attractif

Travailler dans la mode, c’est la promesse d’évoluer dans un univers créatif, stimulant et dynamique. Pas le temps de s’ennuyer ! «  Le travail de tous les services est rythmé autour de la Fashion Week, événement qui représente un vrai rêve pour nos étudiants  », explique Florian Hassiotis, chargé des Relations Entreprises au sein de Mod’Art. Un monde professionnel très intense dans lequel les étudiants de Mod’Art sont immergés en quatrième et cinquième année via l’alternance, avec l’opportunité de participer aux temps forts des collections comme la FW. Un sacré coup de pouce pour leur entrée dans le monde professionnel !

Un secteur innovant

Saviez-vous que le secteur de la mode pèse 48 milliards d’euros en France ? Un univers porté par les géants comme LVMH, le plus grand groupe au monde dédié au luxe, ou encore des mastodontes comme les groupes Richemont ou Kering dans lesquels on retrouve très régulièrement des alternants venant de Mod’Art.Et malgré la crise sanitaire, les perspectives du secteur demeurent bonnes. Entre le boom lié au e-commerce ou encore l’engagement grandissant des entreprises de la mode envers davantage de durabilité, il existe de plus en plus d’opportunités à saisir pour réinventer la mode. «  Les marques ont plus que jamais besoin de jeunes talents pour accélérer leur digitalisation. Elles sont aussi de plus en plus nombreuses à se positionner sur le “made in France”  », poursuit Florian Hassiotis. En effet, la crise sanitaire a accéléré le questionnement des marques sur la relocalisation de leur production. Dans les années à venir, il est fort probable que de plus en plus de savoir-faire soient remis au goût du jour, comme l’a fait la marque 1083 avec la filière jean.

La possibilité de monter sa propre entreprise

Avec les réseaux sociaux, de plus en plus de jeunes marques se lancent sur le marché de la mode… avec succès ! En témoigne l’ascension fulgurante de nombreuses firmes « digital natives » comme Sézane ou Balzac, pour ne citer qu’elles. « Autrefois, il fallait un bon capital de départ pour accéder aux showrooms. Maintenant, les marques peuvent tester leurs produits sur les réseaux sociaux et voir directement si elles ont une clientèle potentielle  », poursuit notre interlocuteur. D’ailleurs, l’engouement pour l’entrepreneuriat dans la mode est tel que de très petites structures n’hésitent pas à embaucher des alternants, ce qui est totalement nouveau. Il y a peu, les étudiants de Mod’Art ont également participé à une opération menée par la Mairie de Paris durant le confinement afin d’aider les petits commerçants à développer leur site internet.

Un métier tourné vers l’international

Dernier point et non des moindres, la mode est un milieu ouvert à une pluralité de profils et dans lequel il est facile de s’exporter à l’étranger. « D’autant plus que Paris demeure la capitale mondiale de la mode. Des quatre Fashion Week, c’est celle qui compte le plus. Nous avons un nombre incroyable de petites et grandes marques ici, ce qui représente un marché énorme pour les jeunes talents. Et ceux qui veulent partir travailler à l’international sont accueillis à bras ouverts, car le savoir-faire français est très recherché », affirme le chargé de Relations Entreprises.

Vous l’aurez compris : la mode abrite une grande variété de métiers, mais aussi de très nombreuses opportunités à saisir, qui plus est dans la capitale mondiale du secteur ! Alors, pour en savoir plus sur les différents débouchés, rendez-vous sur le site de Mod’Art -> https://modart-paris.com

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !