À l’ISCOM, un engagement permanent

Par L'Etudiant Fab, publié le 26 Avril 2021
5 min

Parce que la communication est un métier d’engagement, l’ISCOM montre la voie à ses étu-diants en s’impliquant au quotidien pour le développement d’une société plus progressiste et humaine. Les Iscomiens eux-mêmes sont vivement encouragés à devenir les acteurs de la transformation de la société.

La communication, par définition, est tournée vers l’autre. Pour s’en convaincre, il suffit de jeter un rapide coup d’œil à l’étymologie du terme. En latin, « communicatio » signifie « mise en commun ». Travailler dans la communication, c’est donc s’engager pour la communauté, c’est contribuer au développement d’une société plus progressiste, plus tolérante et plus humaine. Voilà pourquoi l’ISCOM prépare ses étudiants aux métiers de la communication en développant leur sens de l’engagement.

L’ISCOM, une école responsable et solidaire

Membre de Campus Responsable, le premier réseau français des grandes écoles et universités françaises engagées dans le développement durable, l’ISCOM s’inscrit dans une démarche de partage de bonnes pratiques liées au développement durable, mais aussi, de manière plus générale, à l’amélioration de la qualité de vie et du bien-vivre ensemble.

Régulièrement, des conférences sont organisées sur des thématiques sociales ou personnelles telles que les addictions, le racisme, la violence, etc. L’idée est de permettre aux étudiants d’être informés sur ces sujets, sur leurs droits et les possibilités qui s’offrent à eux. « L’école est vraiment très impliquée, notamment dans l’engagement RSE, qui est présent de manière transversale dans toutes nos formations, mais aussi sur des thématiques plus solidaires, comme l’accès à la communication de profils divers », abonde Sylvie Gillibert. La directrice des formations, des partenariats et du développement fait référence à l’USC, l’Université Solidaire de la Communication. L’USC permet ainsi à des jeunes entrepreneurs installés dans des quartiers défavorisés de profiter d’une formation en communication pour pouvoir développer plus facilement leur entreprise.

Chaque année, l’ISCOM s’implique auprès d’un acteur associatif menant un combat sociétal d’actualité. Déjà partenaire de l’association Les Lionnes, qui lutte contre le sexisme dans le secteur de la publicité et d’Enfance Majuscule, qui se bat au quotidien pour la protection des enfants, l’ISCOM s’engage également cette année auprès de Respect Zone. Cette ONG française, créée en 1994, assure une mission de prévention positive des cyber violences et de la protection de l’enfance.

L’humain au cœur de la formation

L’ISCOM accorde de l’importance au bien-être à l’école. En cas de problèmes personnels ou de difficultés dans les études, une psychologue de l’association Apsytude effectue chaque jeudi soir des consultations individuelles dans les locaux de l’établissement. Des consultations gratuites et accessibles sans rendez-vous.

Par ailleurs, l’école propose des ateliers aux étudiants qui présentent des troubles du langage écrit ou oral, qui sont dyslexiques ou dysphasiques et qui souhaitent améliorer leur orthographe.

Enfin, l’ISCOM encourage l’entraide entre les étudiants via du coaching en anglais et du tutorat.

Les Iscomiens en action

Parce que les jeunes sont des citoyens avant d’être des étudiants, l’ISCOM les invite à s’engager dans l’associatif. Les étudiants sont moteurs dans le développement de projets solidaires et sportifs tout au long de leur formation. Dans le cadre de ces projets, ils sont amenés à prendre des responsabilités et à gérer des budgets et des équipes.

Il y a les associations étudiantes traditionnelles, liées au BDE, bien entendu, mais il y a surtout les associations à vocation plus humanitaires. Avec ces dernières, les étudiants prennent conscience que les enjeux de la communication dépassent la sphère de l’entreprise pour s’adresser à l’humain. Ils développent leur goût du dépassement de soi et de l’ouverture aux autres.

On citera, par exemple, la contribution des étudiants au développement de la communication de l’association Enfance Majuscule, la journée de sensibilisation et de soutien à la lutte contre l’endométriose, instaurée à l’initiative du BDE et la création de différentes associations étudiantes solidaires. Parmi ces dernières, Yes We Kids, qui a organisé un voyage humanitaire d’un mois en Inde pour venir en aide aux enfants et habitants les plus démunis.

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !