Aix-Marseille, une université euro-méditerranéenne ouverte sur le monde

publié le 29 Octobre 2020
5 min

En plaçant la mobilité comme vecteur de citoyenneté, Aix-Marseille Université entend faire valoir son excellence en matière d’enseignement supérieur, d’insertion professionnelle et d’innovation. Une ambition qu’AMU souhaite asseoir à l’échelle européenne et internationale.

De plus en plus attractive sur la scène internationale, Aix-Marseille Université a réussi à attirer l’attention de la Commission européenne en remportant l’appel à projets sur les universités européennes avec la construction de CIVIS, en collaboration avec sept universités partenaires.

Lancée en juin dernier, cette université civique européenne est portée, aux côtés de sept autres universités* et bénéficie des subventions Erasmus +. L’objectif ? Ériger des passerelles physiques et virtuelles entre l’Europe, la Méditerranée et l’Afrique en permettant aux étudiants, universitaires, chercheurs et personnels de se déplacer et de collaborer aussi librement que dans leur institution d’origine. Au total, CIVIS réunira près de 400 000 étudiants et 55 000 personnels autour de thématiques abordant les grands défis sociétaux tels que l’urbanisation, l’énergie et le changement climatique, le vieillissement ou encore le patrimoine culturel.

Forte de ses acquis et de son solide ancrage territorial, AMU a également obtenu, en juillet dernier, le label « Bienvenue en France » pour la qualité de l’accueil de ses étudiants internationaux, faisant ainsi partie des 25 premiers établissements labellisés dans l’Hexagone. Derrière cette reconnaissance attribuée par Campus France, il faut dire qu’AMU fait tout pour accroître sa visibilité auprès des étudiants étrangers en s’investissant dans une démarche d’amélioration continue.

Depuis la rentrée 2019, des droits d’inscription différenciés ont notamment été mis en place pour les étudiants extracommunautaires qui entrent au niveau licence ou master, et un système d’exonérations a également été développé.

Erasmus+ et programmes d’échanges

Au-delà de l’accueil, une ouverture à l’international se juge en matière d’aides à la mobilité. Là encore, AMU délivre de très nombreuses opportunités à saisir pour celles et ceux qui souhaitent élargir leur horizon en ajoutant une compétence sur leur CV à travers une expérience de vie interculturelle.

Pour ce faire, la Direction des Relations Internationales est là pour informer et aider les étudiants dans la préparation de leur séjour. D’Erasmus+ à AMI en passant par PRAME, plusieurs dispositifs de bourses existent pour financer un cursus ou un stage à l’étranger jusqu’à 12 mois maximum par cycle d’études (licence, master, doctorat). Sans oublier les bourses délivrées par les collectivités territoriales telles que les villes d’Aix-en-Provence/Marseille, le Conseil général du Vaucluse, le Conseil général du Var ou encore la Région Sud.

En dehors du développement des Summer Schools l’été ou encore du Diplôme en Partenariat International (DPI), de plus en plus d’étudiants optent pour un programme d’échange, le temps d’un semestre, au sein d’une université étrangère partenaire d’AMU. Exonérés des droits d’inscription, ces derniers peuvent également bénéficier du transfert des crédits obtenus pour valider leur diplôme initialement préparé au sein d’AMU.

De solides partenariats internationaux

Cette dimension internationale est devenue déterminante dans la stratégie de développement d’AMU. Positionnée au 116e rang au classement de Shanghai 2020, AMU figure aujourd’hui parmi les toutes premières universités françaises dans les classements internationaux.

Portée par une ambition européenne en tant qu’université de recherche intensive, AMU, qui est aussi la première université française à avoir ouvert un bureau de représentation permanente à Bruxelles auprès de l’Union européenne, en janvier 2016, internationalise ainsi de plus en plus ses activités en tissant des partenariats privilégiés dans le monde entier.

La Direction de la Recherche et de la Valorisation (DRV) de l’université pilote à ce titre de multiples actions coopératives pour permettre à ses étudiants de participer à des programmes internationaux de recherche et d’innovation tels que Horizon 2020, Era-Net ou Life+. D’ores et déjà engagée dans une politique d’inclusion et de lutte contre toute forme de discrimination, AMU envisage son projet d’université civique européenne comme un espace d’enseignement, mais aussi d’échanges culturels sur le long terme.

Lire aussi

* L’Université nationale et capodistrienne d’Athènes (Grèce), l’Université de Bucarest (Roumanie), l’Université Libre de Bruxelles (Belgique), l’Université autonome de Madrid (Espagne), La Sapienza, université de Rome (Italie), l’Université de Stockholm (Suède), Eberhard Karls Universität Tübingen (Allemagne).

Articles les plus lus

A la Une supérieur

Partagez cet article sur les réseaux sociaux !