Apprendre un métier chez les compagnons du devoir

Par Texte et photo : Sandrine Chesnel, publié le 18 Janvier 2012
4 min

Premier centre de formation en France, les Compagnons du devoir forment chaque année 10.000 jeunes dont 6.000 apprentis dans une trentaine de métiers différents. À partir de la rentrée, une "licence des métiers", véritable bac+3, viendra compléter leur offre de formation. Explications et test pour évaluer si la formule est faite pour vous.

Depuis le mois de novembre 2010, l’Unesco a inscrit le Compagnonnage sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de la France, au même titre que la gastronomie française. Mais qui sont les compagnons ?

Qui sont les Compagnons du devoir ?

L’histoire des compagnons du devoir remonte au Moyen-âge et aux bâtisseurs de cathédrales… Derrière le terme générique des "Compagnons du devoir" il y a plusieurs organisations différentes. La plus connue, celle qui accueille le plus de jeunes, est l’Association ouvrière des compagnons du devoir du tour de France (AOCDTF), créée en 1941, reconnue d'utilité publique par l'État. Elle forme chaque année 10.000 jeunes dont 6.000 apprentis.

À quel âge peut-on entre chez les compagnons, et pour préparer quel diplôme ?

Les compagnons du devoir accueillent les filles comme les garçons à partir de 15 ans. Ils proposent de préparer des diplômes d’état comme le CAP, le bac professionnel mais aussi le brevet de maitrise, qui est l’équivalent d’un bac+2 professionnel. Depuis la rentrée 2011, les Compagnons proposent aussi une licence professionnelle, un bac+3, ouvert à tous les bacheliers généraux, technologiques et professionnels.

À quels métiers peut-on se former ?

L’AOCDTF permet de se former à près de 30 métiers différents :

- métiers du métal : Carrossier constructeur, Chaudronnier, Electricien, Forgeron, Mécanicien constructeur, Mécanicien haute précision, Maréchal-ferrant, Métallier,

- métiers du cuir et des matériaux souples : Cordonnier-bottier, Maroquinier, Sellier-garnisseur

- métiers du bois : Ebéniste, Menuisier, Charpentier, Tonnelier

- métiers du bâtiment : Couvreur, Maçon, Carreleur, Peintre, Plombier-chauffagiste, Tailleur de pierre, Plâtrier-plaquiste-staffeur, Jardinier-paysagiste

- métiers d’art : Tapissier, Solier

- métiers de l'alimentation : Boulanger, Pâtissier

Quels sont les grands principes de la formation chez les Compagnons ?

- La formation en alternance : tous les jeunes qui se forment chez les compagnons du devoir sont en en contrat d’apprentissage ou de professionnalisation. L’alternance est dite "longue" : 6 semaines en entreprise, 2 semaines en centre de formation.

- La vie en communauté : les jeunes en formation vivent dans des maisons, dirigées par de jeunes compagnons, appelés les « prévôts », qui sont aidés par des intendantes qu’on appelle les "mères" ou les "maitresses de maison". Il y a plus de 80 maisons en France, où les jeunes sont logés, nourris et instruits.

- Le voyage : les jeunes qui le souhaitent peuvent compléter leur formation par un Tour de France. Il s’agit, pendant 4 à 5 ans, de voyager de maison en maison, de ville en ville et d’entreprise en entreprise. Une expérience unique, qui permet de considérablement enrichir ses connaissances et ses compétences professionnelles, tout en étant débarrassé des soucis logistiques puisque les "itinérants" sont logés en maison. Ce Tour de France peut aussi se dérouler en partie dans une cinquantaine de "pays de passage ". 40% des jeunes formés chez les Compagnons font leur Tour de France - qui n’est pas obligatoire même si c’est l’un des piliers de la transmission des savoirs chez les Compagnons.

Combien coûte de se former chez les compagnons ?

La pension en maison, pour un mois à temps plein, est d’un peu plus de 500 euros. Mais comme les jeunes formés sont tous en contrat d’alternance, ils touchent un petit revenu en pourcentage du smic, qui, chez les compagnons, n’est jamais inférieur à 500 euros. Donc leur formation ne leur coûte rien ou presque rien, même s’il faut quand même s’acheter ses outils.

Que deviennent ensuite les jeunes formés chez les compagnons ?

Les taux d’insertion professionnelle à l’issue du Tour de France sont bons, 80 % des jeunes trouvent un travail rapidement et 75 % sont toujours dans leur filière d’origine 5 ans après. Leur formation terminée, près de 50 % des jeunes créent ou reprennent une entreprise générale ou artisanale.

 

Les compagnons en chiffres
• 10.000 jeunes formés chaque année, dont 6.000 apprentis et 4.000 en Tour de France.
• 81 maisons dont 40 abritant leur propre Centre de formation des apprentis (CFA)
• 48 pays de passage dans le monde entier pour les Compagnons itinérants
• 38.000 entreprises partenaires
• 5% de filles